×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Enquête

    Formation continue à l'OFPPT : 70 millions de DH pour les contrats spéciaux

    Par L'Economiste | Edition N°:253 Le 07/11/1996 | Partager


    Avec la réforme des contrats spéciaux, l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT) veut dynamiser la formation dans l'entreprise et particulièrement pour les PME-PMI.

    Le système rénové des contrats spéciaux de formation permet actuellement de rembourser jusqu'à 80% des frais engagés pour la participation d'un collaborateur à un séminaire à l'étranger, ou les frais d'une formation diplômante, un MBA notamment.
    Il est à rappeler que le système des contrats spéciaux rénové (CSF) qui est prévu par le troisième projet de la formation professionnelle a été signé en juin 1996. Il est opérationnel depuis le premier juillet. Ainsi, «les entreprises ayant déposé une demande de remboursement dès le 1er juillet seront traitées dans le cadre de ce système», souligne M. Karim Zaz, directeur de la formation et services aux entreprises à l'OFPPT.
    Alors que l'ancien système remboursait sans distinction 50% des actions engagées, les nouveaux CSF permettent de rembourser jusqu'à 80% de l'ingénierie de formation, 70% de la formation planifiée et 40% de la formation non planifiée. «Le but est que la formation devienne un acte réfléchi et mieux organisé», explique M. Zaz. En fait, avec cette réforme, est-il signalé, la priorité est donnée aux PME-PMI qui ont le plus besoin de développer leurs compétences.
    Pour 1996/97, le budget accordé aux CSF est de 70 millions de DH. En 1995, ce budget était de 16 millions de DH et seulement 600 entreprises sur 620 en ont bénéficié.
    Les entreprises doivent toutefois être assujetties à la taxe de formation professionnelle et s'en être acquittées.
    Les demandes doivent parvenir aux Directions régionales de l'OFPPT un mois à l'avance pour les actions d'étude et de conseil pour la réalisation d'un plan de formation et 48 heures à l'avance pour les actions de formations non planifiées.«Le remboursement inter-viendra 60 jours après le dépôt de la demande», est-il noté.
    Les CSF sont aujourd'hui gérés par un comité technique central et des comités régionaux. Tripartites, ces comités se composent de trois représentants de l'Administration (Ministère des Finances, Ministère de la Formation Professionnelle et Ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat), trois représentants des salariés et trois représentants des employeurs.

    Malika EL JOUHARI

    Création des GIAC


    Les entreprises qui ont des projets de développement et qui souhaitent accroître les niveaux de remboursement de leur plan de formation peuvent bénéficier de l'assistance d'un Groupement interprofessionnel d'aide au conseil. Les GIAC peuvent financer jusqu'à 70% des frais engagés pour des missions d'études et de conseil avec pour objectif l'identification des besoins en compétences de l'entreprise. A l'issue de cette assistance, la conception d'un plan de formation pour l'acquisition de ces compétences est remboursée à 80% au travers des contrats spéciaux de formation.
    Ils sont constitués par des associations professionnelles. Pour l'heure, trois GIAC sont opérationnels. Il s'agit de GIAC 1 qui regroupe la FIMME (Fédération des Industries mécaniques, métallurgiques, électriques et électroniques), l'AMICA (Association marocaine pour l'Industrie et le Commerce de l'Automobile), l'AMGE (Association marocaine des Gestionnaires d'énergie) et l'AMIP (Association marocaine des industries pharmaceutiques); le GIAC textile-cuir formé par l'AMITH (Association marocaine des Industries du textile et de l'habillement) et la FEDIC (Fédération marocaine des industries du cuir), le GIAC des métiers de l'électricité, de l'électronique, de l'informatique et télécommunications. Les GIAC Bâtiment et Travaux publics, du Tourisme et de l'hôtellerie et des Pêches maritimes sont en cours de constitution.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc