×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Festival international du film
    Alfred Hitchcock de retour à Marrakech

    Par L'Economiste | Edition N°:2877 Le 09/10/2008 | Partager

    . Cinémas britannique et russe à l’honneur . Un hommage au cinquantenaire du 7e art marocain Comme annoncé par L’Economiste, c’est le cinéma britannique qui sera à l’honneur à la 8 édition du FIFM (Festival international du film de Marrakech). Après le Maroc, en 2004, l’Espagne en 2005, l’Italie en 2006, puis la cinématographie égyptienne en 2007, le festival rendra hommage cette année à la Grande-Bretagne, une cinématographie qualifiée de «singulière qui a su résister à la domination du cinéma hollywoodien grâce à un mélange des genres: la comédie, le réalisme social et le fantastique». Elle s’est aussi distinguée par ses grands maîtres réalisateurs tels Alfred Hitchcock ou Ken Loach qui se sont imposés hors des frontières britanniques. Pour la petite histoire, Hitchcock avait tourné un de ses chefs-d’œuvre, «L’homme qui en savait trop», dans les souks de la cité ocre pendant les années 1950.En attendant de dévoiler les noms des personnalités qui seront honorées pendant le festival, la fondation organisatrice se focalise sur le programme de cette édition qui comprend une rétrospective comprenant plus d’une quarantaine de films britanniques, depuis «If» de Lindsay Anderson (Palme d’or en 1968) jusqu’au film de Ken Loach «Le Vent se lève» (Palme d’Or 2006). Un hommage particulier sera rendu à une douzaine de films réalisés par trois cinéastes emblématiques de la production anglaise: Alfred Hitchcock avec des chefs-d’œuvre comme «Le Grand Alibi» ou encore «Les Oiseaux». Outre Hitchcock, les films de Stanley Kubrick pourront être redécouverts par les festivaliers. Les chefs-d’œuvre de Joseph Losey à l’instar de «The Servant» et «The Go-Between» seront également projetés.Un autre cinéaste sera particulièrement mis en avant cette année, le Russe Andrei Konchalovski avec une rétrospective de sept films de sa production qui seront proposés aux festivaliers, dont son dernier, «Gloss».Au programme aussi l’hommage particulier qui sera rendu au grand cinéaste égyptien Youssef Chahine. Le réalisateur avait tenu à être présent dès la première année du FIFM qui lui avait déjà rendu hommage en 2004. L’hommage posthume de la 8e édition comprend une projection du meilleur du réalisateur avec une douzaine de ses films, depuis «Baba Amin» réalisé en 1950, à «Alexandrie... New York» produit en 2004.Enfin, le 7e art marocain aura aussi la part belle lors de la 8e édition du FIFM qui fêtera pour l’occasion son cinquantenaire. C’est en effet en 1958 que Mohamed Osfour, qui a collaboré dans diverses productions internationales tournées au Maroc, réalise son premier long métrage, «Le Fils maudit». C’est le point de départ de la filmographie marocaine. L’initiative va être fêtée comme il se doit cette année, promet-on.

    Sauvons le cinéma!
    Rappelons que plus de 200 projections sont au programme. Et comme chaque année, 16 films sont en lice pour les quatre prix: l’Etoile d’or, le Prix du jury, le Prix d’interprétation féminine et celui d’interprétation masculine. La liste définitive des films en compétition sera connue d’ici peu. En marge de la 8e édition du festival international du film, l’association et mouvement «Sauvons les salles de cinéma du Maroc», créée en 2007, lors de la 7e édition du FIFM, célèbrera à sa manière le cinquantenaire du cinéma marocain au cours d’une soirée dîner-gala «Regard sur les salles de cinéma du royaume». Objectif: réunir des fonds pour la rénovation des salles de cinéma.Badra BERRISSOULE
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc