×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Fès veut développer son tourisme vert

Par L'Economiste | Edition N°:2736 Le 17/03/2008 | Partager

. Un chantier prioritaire du Conseil régional du tourisme  L’Association régionale des agences de voyage du nord-est (Aravne), le Conseil régional du tourisme (CRT- Fès) et Royal Air Maroc ont organisé, la semaine dernière, le 3e Forum du tourisme rural en faveur d’une soixantaine de professionnels du monde des voyages. La rencontre qui s’est déroulée sur le thème «Tourisme rural et développement durable», à Ifrane, a connu un franc succès.  Pour Driss Faceh, président du CRT, «la prise de conscience des opérateurs, professionnels et décideurs vis-à-vis du développement de l’écotourisme ou du tourisme rural, est une initiative qui doit être vivement encouragée. D’autant plus que c’est une réponse contre le chômage, l’exode rural et la surexploitation des terres. Cela permet aussi de mettre en valeur les produits du terroir et les patrimoines culturel et architectural.» De fait, la région de Fès regorge d’innombrables potentialités: lacs, parcs ornithologiques, forêts, steppes, etc. Le développement du tourisme rural dans ces milieux naturels nécessite la création de micro-activités et microprojets, tels les métiers de gîteurs, d’aubergistes, de muletiers et médiateurs culturels, mais aussi les métiers concernant les tables d’hôtes, l’artisanat local et l’agro-tourisme. Même son de cloche auprès de Abderrahman Brahimi, directeur régional de RAM à Fès. Celui-ci a mis l’accent sur l’importance du partenariat RAM réseau de distribution, tout en soulignant la nécessité de la diversification de l’offre de Fès allant du culturel jusqu’aux multi activités dont les produits de niche (activités pédestres, équestres, VVT, ornithologie, etc.). A noter que le traçage d’un itinéraire, le repérage, le balisage et la gestion côté logistique d’un circuit d’écotourisme, s’avèrent très utile avant la commercialisation de tout circuit de tourisme vert. «Pour réussir ce pari, une méthodologie basée sur une visibilité claire et nette reste de mise», indique Tarik Lechkar, président de l’Aravne. Et d’ajouter qu’il faut cerner l’offre écotouristique et identifier la clientèle. Lachkar a par ailleurs interpellé ses confrères sur la nécessité de se transformer en véritables agents de voyages responsables dans le tourisme rural. Des actions devraient être mises en place avant la IVe édition du Forum consacré au tourisme rural. Enfin, une campagne publi-promotionnelle devrait accompagner la stratégie des opérateurs. Toutefois, une telle opération ne pourra réussir que si, en amont, des actions pour l’amélioration des conditions de vie sont entreprises. L’amélioration du système sanitaire, la scolarisation des enfants, l’accès à l’eau potable et à l’électrification restent des chantiers prioritaires. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc