×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Fès: Les rotariens se rendent chez les détenus

Par L'Economiste | Edition N°:2414 Le 04/12/2006 | Partager

. Une opération caritative menée au profit des malvoyants. La lecture également au programme les membres du Rotary Club de Fès ne chôment pas. Leurs actions sociales se suivent et ne se ressemblent pas. Mardi dernier, ils étaient tous au pénitencier d’Aïn-Kadouss pour une campagne de dépistage des maladies d’ophtalmologiques, au profit de 1.703 détenus. «Outre la consultation et le diagnostic, nous prendrons en charge également les montures et les verres pour tous les prisonniers malvoyants», indique Raouf El-Abdellaoui, médecin et rotarien. Et d’ajouter que l’opération coûte près de 150 DH par personne. Le Rotary Club ambitionne d’instaurer à Aïn-Kadouss un programme de développement de la lecture à travers quelques 300 livres à titre de prêt renouvelable. Ce dernier est mené en partenariat avec l’Institut français de Fès (IFF). «Il s’agit d’occuper le temps des détenus, de les encourager à s’instruire et de passer un message de solidarité envers cette tranche sociale», explique El-Abdellaoui. Selon ses dires, le Rotary veut créer également un club de cinéma au sein de ce pénitencier pour la projection de films et de documentaires. «C’est la meilleure manière de faire passer des messages et d’inculquer les notions de civisme», souligne Hassan Hamyana, directeur de la prison. Et d’ajouter qu’«entre notre établissement et le Rotary, il existe un partenariat se traduisant par des actions caritatives. Lesquelles ont un grand impact sur le moral des détenus». A noter qu’il y a quelques mois, les rotariens avaient organisé un ftour au profit des jeunes délinquants (de 14 à 20 ans). Une véritable action d’intégration qui a vite porté ses fruits sur la psychologie de ces jeunes en marge de la société. «Cela nous donne du baume au cœur et nous rend moins aigri. Et cela nous donne envie de réintégrer notre place dans la société», lance un jeune détenu de 16 ans. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc