×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique

    Fès: 200 militants occupent le siège du PAM

    Par L'Economiste | Edition N°:3434 Le 29/12/2010 | Partager

    RIEN ne va plus au sein du Parti authenticité et modernité (PAM) à Fès. Le siège du bureau régional de celui-ci est occupé, depuis dimanche dernier, par 200 militants. Ces derniers, épaulés par quatre parlementaires du même parti, réclament le départ du bureau régional actuel. «Présidé par Jaouad Yaacoubi Soussane, secrétaire général régional, ce bureau harcèle les membres depuis plusieurs mois, loin de toute pratique politique ou démocratique», indique Jaouad El Marhoum, membre du PAM. Et d’ajouter : «il (le bureau) prend des décisions de limogeage à un niveau restreint et déforme nos doléances comme notre militantisme et nos actions au sein des Conseils élus pour les transmettre dans la confusion aux dirigeants du parti». Voilà donc un problème de communication qui a tenté d’apaiser Hakim Benchammass, lors d’une visite éclaire, lundi dans la soirée, à Fès. Connu pour son influence au sein de la formation de Fouad Ali El Himma, Benchammass était accompagné de Abdelaziz Benazzouz et Mohamed Belmahi. Dépêchés dans l’urgence à Fès, les trois émissaires du bureau politique du parti n’ont pas pu convaincre les Pamistes en grogne. Lesquels affichent aujourd’hui, l’ambition de discuter directement avec El Himma et Mohamed Cheikh Biadillah, SG du Parti. Et de poursuivre, «pour stopper l’hémorragie, il faut rappeler à l’ordre les membres venus de formations de gauche». D’ailleurs, El Marhoum cite, par leurs noms, Farid Amghar, Hassan Tayki, et Mohamed Lokmani, qui ont rallié le PAM venant du Parti socialiste unifié, et qui, selon lui, «sèment la zizanie entre les militants de Fès et le bureau national». «Nous allons entamer une grève de la faim si notre voix n’est pas entendue et nous mobiliserons nos troupes pour tenir des sit-in à Rabat devant le siège du parti», conclut El Marhoum.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc