×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

FAR-Journées portes ouvertes:Clôture en beauté à Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:2256 Le 17/04/2006 | Partager

. L’expression «la grande muette» devenue anachronique. Une artillerie lourde et des avions de guerre exposésLance-missiles, chars d’assaut, l’Orgue de Staline, Hélico Puma, artillerie lourde et hôpital de campagne en plein Casablanca! Non, il ne s’agit pas de bruits de bottes. Ce sont les Journées portes ouvertes qu’organisent les Forces armées royales, initiées dans le cadre des festivités commémoratives du cinquantenaire en présence du général de brigade, commandant de la place d’armes, Mourad Bellahsen. La dernière étape de cet événement a eu lieu à l’AMG (Atelier magazin général) de l’Aviation militaire à Casablanca. Un événement qui a connu une grande affluence de personnalités civiles et militaires. C’est dire que l’armée est non seulement décidée à communiquer mais à communiquer autrement avec une opération de relations publiques de grande envergure. L’objectif de cette opération est de faire connaître auprès d’un large public les progrès réalisés par cette institution dans un domaine aussi vital que celui de la Défense nationale dans toutes ses composantes et tous corps confondus (terre, mer, air). Et partant, rapprocher le citoyen du militaire tout en cultivant un esprit de patriotisme auprès de la population jeune. «C’est dans cette optique qu’il convient d’approcher la problématique de la communication de l’armée», précise le colonel Brahim Hibbi qui poursuit que «l’expression de la grande muette» est aujourd’hui d’un anachronisme déplorable, car elle entretient l’ambiguïté dans l’esprit de ceux qui connaissent mal l’armée. C’est dans cet esprit que l’ex-grande muette a ouvert donc ses portes non seulement à des civils mais aussi à la presse étrangère à Casablanca. Les visiteurs venus nombreux ont pu revisiter l’évolution de concepts et procédés en matière de formation militaire. Ont pris part à cette manifestation, les grandes écoles de formation d’officiers telles que l’académie militaire de Meknès, l’Ecole royale de l’air de Marrakech ou encore l’école royale de Santé. L’intérêt de ce volet, expliquent des officiers, est d’élargir la notoriété des centres de formation et d’instruction. Autre stand-phare de l’exposition, celui dédié aux opérations de «Maintien de la paix». Ce dernier a revisité par l’image et la photo les différentes opérations réalisées sous la bannière des Nations unies. Des reportages qui illustrent parfaitement le déploiement de contingents depuis 1960 au Congo, en passant par la Syrie (1973), le Zaïre (1977), voire la Somalie, la Bosnie Herzégovine, le Kosovo, le Congo ou encore la Côte-d’Ivoire et Haïti. Mais la grande particularité de cet événement aura été ce contact direct de la population civile avec le matériel de guerre et les équipements de combat blindés. Des engins bariolés et imposants tels que des chars russes et US de tirs de longue portée. L’artillerie lourde a également été exposée avec le char US M 109, utilisé principalement pour les tirs courbes et tirs directs avec une portée de 20 kilomètres. Mais ce qui a accroché le plus les visiteurs, c’est le célébrissime lance-roquettes communément appelé l’Orgue de Staline. Un nom donné par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale pour cette arme qui provoque un déluge de 40 roquettes extrêmement destructrices. «L’Orgue de Staline est surtout destinée à neutraliser des concentrations d’infanterie et de chars ennemis», explique un colonel. Les lance-missiles US Hummer blindés destinés aux tirs par rafales ont également suscité un engouement fort. Et ce n’est pas tout, l’aviation a aussi brillé de mille feux. Parmi les appareils exposés, l’hélicoptère Puma destiné à l’évacuation sanitaire. Mieux encore, le Mirage F1, cet appareil monoplace connu pour ses tirs de précision et sa vitesse (750 km/heure) a également été exposé. Il sert, selon un pilote de chasse, à assurer la défense et la reconnaissance pour la police du ciel. Le F5 destiné à l’appui aérien n’était pas en reste ou encore le célèbre Hercule connu surtout pour le C 130 destiné au transport et à la logistique. A signaler que le Maroc est réputé dans le monde entier pour ses acrobaties aériennes. L’équipe Al Massira qui effectue des acrobaties et des boucles en miroir (boucle avec appareils superposés et même des vols enchaînés) figure dans les annales du Guiness Book.


Hôpital de campagne

Autre site-phare des JPO de Casablanca, l’hôpital médico-chirurgical de campagne. Une tente que l’armée dresse dans des périodes exceptionnelles (guerres, séismes, catastrophes…) au plus près des victimes, de personnes sinistrées et dans les régions enclavées. Cette unité de soins multidisciplinaires que l’armée déploie en deux heures comprend sous une même tente modulable un rayon dédié à la médecine générale, un bloc opératoire, la radiologie, un laboratoire d’analyses, une unité de pharmacie et de stérilisation et une salle de soins. La police a également participé aux journées des FAR à l’AMG. Des fusils et pistolets ont été exposés dont le Bereta ou encore le Browning, Star et des lance-grenades. La nouveauté de la police réside surtout dans la présence d’une nouvelle unité créée en 2006 et appelée le GIR (Groupe d’intervention rapide). C’est l’équivalent du GIPN en France dont la mission est d’intervenir dans les émeutes. Cette nouvelle unité marocaine est dotée de moyens ultra-modernes tels que des boucliers, les matraques dites Tanfa pour l’attaque et contre-attaque, des gilets pare-balles, des gilets anti-choc et des masques à gaz en cas d’attaque par bombe lacrymogène. Cette équipe est dotée également de véhicules dits auto-pompes pour les jets d’eau en cas d’émeutes. La particularité de cette technique est de procéder à des jets d’eau et de colorants indélébiles sous quinzaine pour identifier les meneurs.


Parade et musique

Clarinettes, saxophones, tambours et, discipline. Ne dit-on pas que la musique adoucit les mœurs. Eh bien, l’armée, elle aussi, y croit fortement. Une troupe mixte des Forces Royales Air s’est illustrée par sa prestation brillante samedi. Brassant un très large registre musical, la troupe de l’aviation, d’ailleurs connue à l’échelon international, a allié marches militaires, oeuvres classiques et standards de jazz internationaux avec des chorégraphies originales. Le tout dans la rigueur et la discipline. Les chorégraphies ont symbolisé des figures représentatives telles que la couronne, l’étoile du drapeau national ou encore les ailes d’un avion. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc