×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Expansion du travail à temps partiel dans l'OCDE

Par L'Economiste | Edition N°:537 Le 25/06/1999 | Partager

· Taux horaire plus faible et moindre accès à la formation continue pour les employés à temps partiel

· Faible impact sur le chômage de la législation du travail


Peu pratiqué au Maroc, l'emploi à temps partiel est généralement rémunéré à un taux horaire moindre (entre 55 et 90%) que celui à temps complet, du moins dans les pays de l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques). Le rapport annuel 1999 de l'Organisation sur les «perspectives de l'emploi» (publiée en fin de semaine dernière) dénonce cette situation, rapporte l'AFP.
Rappelons que cette Organisation regroupe les membre de l'UE (Union Européenne) et d'autre pays développés comme les Etats-Unis ou le Japon.
Parallèlement, les titulaires de ces emplois sont moins nombreux à bénéficier d'une formation par rapport à leurs collègues qui travaillent à temps plein, même parmi ceux qui possèdent un niveau d'études élevé. Les hommes en bénéficient 30% moins, tandis que les femmes sont 40% moins nombreuses à accéder à une formation continue. Cette situation engendre des difficultés particulières chez ces salariés et soulèvent «certaines interrogations pour l'orientation de l'action publique», explique le rapport.

D'un autre côté, les salariés à temps partiel qui se permettent d'accéder à un plein-temps sont très peu nombreux. Leurs revenus ainsi que leurs droits à pension continuent donc de baisser, à situation comparable, par rapport à ceux des travailleurs à temps complet.
Hors UE, les salariés à temps partiel bénéficient d'une moindre protection en termes d'assurance-maladie ou assurance-vieillesse. Autre point soulevé par l'OCDE, le travail à temps partiel -moins de 30 heures par semaine, selon la définition retenue- a augmenté dans la plupart des 29 pays de l'Organisation. Ce qui a abouti à la création d'emplois dans la zone. La progression a été particulièrement rapide en France et en Allemagne au cours des années 90, à l'inverse des pays du Sud de l'Europe, où le temps partiel reste peu habituel, et de certains pays d'Europe du Nord. Les femmes qui travaillaient à temps partiel ont opté pour le plein-temps.
Les Pays-Bas arrivent en tête de liste du pourcentage de salariés à temps partiel avec 30%, suivis de l'Australie (25,9%), de la Suisse (24,2%) et du Royaume-Uni (23%), la moyenne étant de 14,3% dans la zone OCDE et 16% dans l'UE.


Lois protégeant l'emploi: Peu d'incidences sur le chômage


Le rapport signale que, paradoxalement, la rigueur de la législation sur la protection de l'emploi n'a presque pas d'effet sur le niveau global du chômage.
Durant les dix dernières années, les pays ont notamment assoupli les restrictions applicables au travail temporaire. Parallèlement, le degré de protection accordé aux salariés réguliers n'a guère changé.
Cependant, cette législation semble avoir une influence sur «la composition démographique du chômage» et ce, en abaissant celui des hommes d'âge très actif et en augmentant celui des autres groupes, particulièrement celui des jeunes.
Par ailleurs, le risque de se retrouver au chômage est moindre dans les pays où la législation sur la protection de l'emploi est plus sévère. Revers de la médaille, ceux qui perdent leur emploi «courent un plus grand risque de rester plus longtemps au chômage», note le rapport, qui conclut sur la nécessité de veiller à ce que les règles de protection de l'emploi ne constituent pas un obstacle à l'emploi des jeunes notamment.

Wissal SEGRAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc