×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Energies renouvelables
    L’offre «Energipro» améliorée

    Par L'Economiste | Edition N°:2874 Le 06/10/2008 | Partager

    . L’autoproduction portée de 10 à 50 MW. 12 nouveaux sites à l’étude L’ONE est décidé à intéresser les gros consommateurs d’électricité, surtout ceux qui font appel à une forte capacité, à produire leur propre énergie. Mais tout particulièrement l’électricité à base de sources propres. L’option a toujours été à l’ordre du jour des responsables du secteur électrique marocain. Mais il a fallu attendre l’offre «Energipro», intervenue en septembre 2006, pour assister à une véritable implication du privé dans la production des énergies renouvelables. Selon l’ONE, l’offre est destinée aux clients «grands comptes» désireux d’assurer leur propre production. Concrètement, cette offre s’articule sur deux aspects. D’abord, assurer le transport de toute l’énergie produite à partir du renouvelable, du site vers les points de consommation. L’opération se réalise, bien évidemment, via le réseau national de distribution HT et THT (haute tension et très haute tension). Le coût du transport est jugé compétitif par l’Office. Il est de 0,08 DH/kWh. «Coût ramené à 0,06 DH/kWh pour toute l’énergie produite et transportée avant 2009», est-il souligné. L’autre aspect a trait ensuite à l’achat de l’excédent de l’énergie produite et non consommée moyennant un tarif augmenté de 20% par rapport au prix moyen pondéré de 0,41 DH/kWh actuellement en vigueur. L’objectif est d’inciter le maximum de clients gros consommateurs d’électricité à produire leur propre énergie. Et l’intérêt n’a pas tardé à être exprimé par de nombreux opérateurs du secteur du ciment et de la métallurgie notamment. Cet intérêt devrait gagner d’autres activités industrielles avec l’adoption en août dernier du nouveau texte portant l’autoproduction de 10 MW à 50. Et, d’ores et déjà, le groupe Lafarge Maroc compte investir dans l’extension de son parc de Tétouan dont la puissance actuelle est de 10 MW. Sur le plan technique, l’ONE déploie aussi des efforts pour soutenir l’action des investisseurs et industriels intéressés par la production d’électricité à base de sources renouvelables. Pour disposer d’études de faisabilité de futurs parcs éoliens, l’ONE a «décidé d’acquérir une base de données certifiées sur les caractéristiques du vent des sites de Dakhla, Boujdour, Laâyoune, Tarfaya, My Bouzerktoun, Sendouk, Nouinouich, Fardiwa, Ain Armel, Haouma, Fnideq et Midelt», annonce-t-on auprès de l’Office. Ces données seront utilisées pour l’évaluation du gisement éolien et l’estimation des puissances et des productibles des sites retenus. Et devront être recueillies directement sur les sites par le biais de mats de mesure.A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc