×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Elles travaillent sans statut fixe

Par L'Economiste | Edition N°:2730 Le 07/03/2008 | Partager

. De la 2e à la 7e place au niveau arabe, en termes de représentativité politique. Un taux d’analphabétisme encore important Quelle place occupe aujourd’hui la femme sur le plan politique, économique et social? Des progrès sont réalisés, mais les lacunes et les résistances persistent quant à l’égalité des chances. . Participation politique Les femmes restent encore sous-représentées. Aux législatives de septembre 2007, seules 34 femmes sur 325 députés ont été élues à la Chambre des représentants, enregistrant un recul par rapport à 2002. Le Maroc passe ainsi du 2e au 7e rang au niveau arabe et du 69e au 95e rang au niveau international, selon l’Union interparlementaire. Aussi, au niveau des 1.497 communes, seuls 2 conseils sont dirigés par des femmes. Les attentes du mouvement pour les droits des femmes ont été ignorées. La proportion de la représentativité à la Chambre des représentants s’élevant à 10%, celle-ci n’est pas considérée par les associations comme porteuse d’impacts positifs sur la condition des femmes. Aussi, la loi ne prévoit pas de quota de femmes devant siéger au Parlement. Ce nombre dépend de la volonté des partis politiques qui doivent le prévoir dans leurs statuts. En 2003, des associations se sont organisées en «Mouvement pour le 1/3 des sièges élus aux femmes, en vue de la parité» pour un accès équitable à la politique. Khadija Errebbah, fondatrice de ce mouvement et présidente de l’ADFM, parle de véritables résistances de la classe politique qui n’est pas prête à faire des concessions dans un sens du partage de pouvoir. «Les critères de sélection pour le choix des candidates n’existent que pour les femmes. Aussi, la femme ne peut cumuler deux mandats alors que cette condition ne s’applique pas aux hommes », s’indigne Errebbah. Des changements de la Charte communale doivent intervenir pour prévoir une plus grande représentativité. . Alphabétisation En 2006, le taux d’analphabétisme total est de 38,5% , dont 47% sont des femmes. L’objectif fixé par l’Etat de réduire ce taux à moins de 20% à l’horizon 2010, est utopique et le pays continue à afficher un des niveaux les plus bas par rapport aux pays de référence. L’analphabétisme touche plus la femme que l’homme. L’enjeu de la lutte contre ce fléau est d’autant plus important que plusieurs défis du pays tels que la mortalité infantile et maternelle, la scolarisation des filles rurales, sont fortement liés au niveau d’instruction des femmes. Le ministère de l’Education nationale a d’ailleurs lancé des programmes d’alphabétisation, relayés par des ONG et des opérateurs publics. En 2007, le nombre d’inscrits a augmenté pour atteindre 709.000 bénéficiaires, dont 80% sont des femmes. «On doit ce succès à la multitude d’intervenants et au travail de proximité des ONG dans des régions reculées», indique El Habib Nadir, directeur de la lutte contre l’analphabétisme. Dans ce cadre, une agence nationale est en cours de création pour dynamiser cette lutte en la dotant d’une autonomie de gestion. . Participation économique De 2004 à 2006, le taux de féminisation de l’emploi s’est établi à environ 28%. Selon le HCP, la structure de l’emploi a enregistré une amélioration du statut professionnel par l’augmentation du salariat aux dépens des aides familiales et du taux de féminisation des cadres. Mais la participation reste marquée par des professions sans statuts. Le Code du travail exclut les employés de maison et les travailleurs du secteur artisanal, en grande majorité des femmes. Aussi, le salariat féminin dans le secteur industriel est caractérisé par une grande précarité, surtout dans les petites unités de sous-traitance. Ces femmes ne travaillent pas toute l’année, et ne sont souvent pas déclarées. J. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc