×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Dossier Emploi
Horaires souples, mais à quel prix?

Par L'Economiste | Edition N°:1920 Le 20/12/2004 | Partager

. Profil: Cadre, de sexe masculin et bien inséré dans son emploi. Le secteur financier et les services privilégiésLe télétravailleur est essentiellement un cadre. Pratiquement aucun ouvrier et peu d’employés travaillent à distance. Près de la moitié des télétravailleurs sont des ingénieurs ou des cadres et pour un tiers des professions intermédiaires. Et contrairement à ce que l’on peut croire, le télétravailleur est de sexe masculin. Les femmes sont minoritaires et ne représentent que 43% des travailleurs à domicile, selon l’enquête. Le télétravail au domicile n’est donc pas particulièrement souhaité par les femmes pour mieux concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale.Il s’agit aussi d’un salarié qualifié ayant de l’ancienneté. La majorité des télétravailleurs sont en CDI. Le secteur financier (banques et assurances) et les services aux entreprises comptent le plus de télétravailleurs à domicile ou nomades. Quant aux horaires de travail, ils sont plus souples mais aussi plus longs. Contrairement aux salariés travaillant dans les locaux de l’entreprise, les télétravailleurs déterminent plus librement leurs horaires de travail. En revanche, cette liberté s’accompagne souvent de débordements du travail sur le temps familial. Les télétravailleurs sont ainsi beaucoup plus nombreux à travailler la nuit, le samedi ou le dimanche. 20% d’entre eux signalent travailler habituellement la nuit. Ce qui est en contradiction avec l’objectif initial, à savoir équilibrer travail et vie privée. En revanche, les télétravailleurs sont bien insérés dans leur emploi. Ils sont plus nombreux à avoir reçu une formation au cours des douze derniers mois. De plus, ils ne semblent pas souffrir d’un sentiment d’isolement social. Ils signalent plus souvent (63%) fréquenter des collègues hors du travail que les autres salariés (52%).A. E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc