×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Discours du Trône: Réarmement idéologique

Par L'Economiste | Edition N°:1572 Le 31/07/2003 | Partager

. La religion n'est pas une plate-forme pour les partis politiques . La démocratie resterait incomplète sans partis forts . Les citoyens doivent contribuer à l'assainissement des collectivités localesLe discours du Trône n'était pas consacré au bilan des réalisations de l'Etat comme il est d'usage. Mais le ton était très nouveau, jouant la proximité. Les actes terroristes de Casablanca ont été abordés d'emblée. Le Souverain a rappelé les fondements de base du «rite malékite qui se caractérise par une souplesse lui permettant de prendre en compte les desseins et les finalités des préceptes de l'islam, et aussi par son ouverture sur la réalité«. Dans ce sens, le Maroc reste attaché à ce rite et ne tolère pas des doctrines incompatibles avec son identité spécifique. «Nous n'accepterons jamais que l'islam soit utilisé comme un tremplin pour assouvir des ambitions de commandement au nom de la religion, afin de perpétrer des actes de terrorisme…«, explique SM le Roi. La relation entre l'Etat et la religion dans notre pays est tranchée dès lors que la Constitution stipule que le Royaume du Maroc est un Etat musulman et le Roi, Commandeur des croyants (Amir Al Mouminine), ajoute le Souverain. Le Commandeur des croyants étant l'unique référence religieuse pour la nation marocaine, aucun parti ou groupe ne peut s'ériger en porte-parole ou en tuteur de l'islam. La fonction religieuse, en effet, relève de l'imamat suprême d'Amir Al Mouminine, assisté du Conseil supérieur et des Conseils régionaux des ouléma. Sur un autre registre, le rôle des partis politiques a été souligné. «Le raffermissement de la démocratie resterait incomplet en l'absence de partis politiques forts«, indiquait SM le Roi. L'objectif est la réhabilitation de l'action politique. Le Souverain veut activer l'adoption d'une loi sur les partis. Ils seront dotés de moyens leur permettant d'assumer pleinement leur mission. Cette loi devrait avoir pour finalité le renforcement du rôle des partis, dans l'encadrement et la représentation des citoyens. Là encore, SM le Roi s'oppose à la constitution de partis ou formations “sur des bases religieuses, ethniques, linguistiques ou régionalistes”. Mais il s'agit d'aider les partis à réaliser des programmes, trouver des solutions concrètes à leurs problèmes, les mobiliser autour de toutes les questions d'intérêt local ou national, en collaboration avec les organisations de la société civile. Les partis ont une opportunité pour revaloriser leur image lors des prochaines élections. Pour le Souverain, chaque scrutin se déroule dans les délais prévus par la loi. Par ailleurs, explique SM le Roi, «on ne peut plus s'abriter derrière des considérations électoralistes pour se dérober à ses responsabilités«. Côté éradication des bidonvilles, le Souverain rappelle son discours du 20 août 2001 où il avait tiré la sonnette d'alarme concernant la prolifération de ce fléau”. Ces constructions anarchiques ne sont tout de même pas tombées du ciel, pas plus qu'elles ne se sont répandues sur terre du jour au lendemain! s'exclame le chef d'Etat. En réalité, tout le monde est responsable de cette situation, à partir du citoyen que le Souverain invite à contribuer à l'assainissement des collectivités locales. Sur la question de l'enseignement, la charte est érigée en deuxième priorité de cette décennie. Mais pour accompagner le processus, il faut des décisions audacieuses et résolues de la part des responsables. «Il est nécessaire de procéder à l'installation de la Commission permanente y afférente, prévue par la charte, pour qu'elle s'attelle, dès la rentrée scolaire de 2003-2004, au renouvellement de ces programmes et cursus«, note le Souverain. Dans le même contexte, un Institut Royal des Etudes Stratégiques devra voir le jour pour accompagner les changements et maîtriser et agir sur les mutations profondes qui s'opèrent aux niveaux interne et externe. Promotion de l'investissement, encouragement de la libéralisation, mise à niveau de l'économie, diplomatie offensive… figurent aussi parmi les points abordés. Il s'agit pour le Souverain de renforcer les relations avec les voisins immédiats sans oublier le voisinage euro-méditerranéen.


Le Jihad, conquête intérieure

“Dans sa plus belle acception, le Jihad, dit Amir Al Mouminine, est une lutte contre toute tentation maléfique chez l'être humain et contre les dérives et le chaos. C'est aussi un effort d'imagination et d'émulation pour accomplir les bonnes actions”. . Esprit de citoyenneté et lutte contre la discriminationC'est un rôle vital que doivent jouer l'université et l'élite intellectuelle nationale dans l'enracinement de la modernité et l'éducation qu'il convient de prodiguer à nos jeunes pour qu'ils s'imprègnent des vertus de l'engagement patriotique. C'est ce qu'indique le Souverain dans son discours. «A cet égard, nous appelons le Conseil consultatif des droits de l'homme, institution où s'expriment les différentes sensibilités nationales, à élaborer un projet de charte nationale des droits et obligations du citoyen et à préparer les propositions nécessaires pour combler les lacunes juridiques dans le domaine de la lutte contre tout genre de discrimination, de haine et de violence«, ajoute SM le Roi. «C'est ainsi que nous pourrons concrétiser notre objectif d'approfondissement de l'esprit de citoyenneté, fidèle à notre identité, ouvert sur les valeurs de notre époque, assumé par une famille unie dans l'harmonie, et par des médias responsables«, explique le Souverain. A cet effet, SM le Roi réaffirme sa détermination à assurer leur mise à niveau, en allant de l'avant pour une réforme en profondeur du code de la famille et du paysage médiatique national. H. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc