×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Dioxine: Le Maroc retire la charcuterie belge des rayons

Par L'Economiste | Edition N°:523 Le 07/06/1999 | Partager

· 8.600 kg déjà saisis

·Interdiction d'importer, bulletins d'analyse à la frontière, retrait des produits du commerce,... le Maroc réagit

· La phobie de la dioxine "contamine" toute l'Europe et les Etats-Unis


La psychose du poulet belge fait tache d'huile. La plupart des pays ont décidé de fermer leurs frontières à toute importation d'origine animale provenant de Belgique. Le Maroc, qui avait exclu jeudi dernier tout risque de contamination, a néanmoins décidé d'interdire lui aussi toute importation du Plat Pays. De plus, un bulletin d'analyses vétérinaires délivré par les autorités sanitaires officielles sera exigé à l'importation de toute denrée d'origine animale en provenance des autres pays de l'UE. Ce bulletin devra attester avec exactitude que le taux de Dioxine dans le produit ne doit en aucun cas dépasser les normes internationales admises.
Parallèlement, et selon les premiers chiffres, les services techniques du Ministère de l'Agriculture ont procédé à la saisie de près de 8.600 kg de charcuterie à base de viandes de volailles (saucisse et mortadelle principalement). Ces quantités proviennent essentiellement du circuit de commercialisation des grandes surfaces à Casablanca, Rabat, Fès et dans d'autres villes. Pour éliminer tout risque, "les services du Département de l'Agriculture ont retiré tous les produits pouvant contenir des dioxines et préparés à base de viandes blanches et d'oeufs ou ovoproduits originaires de Belgique", est-il indiqué auprès de la Direction de l'Elevage. Pour l'heure, les tournées continuent et devront aussi cibler les autres commerces.

Ce scandale du poulet contaminé à la Dioxine continue à soulever un vent de panique sur l'Europe et le monde. En dépit de la mise en place d'un cordon sanitaire autour de la Belgique, nombre d'Etats ont cédé à la phobie. Allant au-delà des nouvelles restrictions décidées par la Commission Européenne concernant le porc, le veau, le boeuf et le lait, Rome, Madrid, La Haye et Washington ont déployé les grands moyens pour éviter tout risque de contamination. Ainsi, les Pays-Bas ont bloqué unilatéralement toute entrée de bovins, ovins et porcins en provenance de Belgique, ainsi que leurs produits dérivés. De même, le gouvernement espagnol a ordonné vendredi le retrait du marché de tous les produits belges d'origine animale de crainte qu'ils soient contaminés par la Dioxine.
En Italie, des saisies de viande congelée et de porcs vivants importés de Belgique ont aussi commencé. Les Américains ont saisi cette occasion pour placer une estocade dans le conflit du boeuf aux hormones qui les oppose à l'UE. Washington a ainsi décidé de fermer purement et simplement ses frontières aux produits de viandes de poulet et de porc.

Meriem O.UDGHIRI & Ghasan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc