×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1584 Le 19/08/2003 | Partager

Réponse au courrier

. «Au bon vieux temps» dans le n°1577Je lis quotidiennement L'Economiste et particulièrement la rubrique «Courrier des lecteurs». Certains courriers du n°1577 ne peuvent me laisser sans réaction. Je m'explique: Un certain Hamid de Paris, manifestement, nous explique que le Maroc n'est plus qu'un bordel sale où règne une insécurité permanente et qu'il n'y vient que pour voir sa famille, contraint et forcé.La critique, monsieur, est facile mais il est autrement plus difficile d'oeuvrer pour son pays et de le construire. Puisque, monsieur, vous trouvez ce pays -et je ne dis pas votre pays- tellement sale et corrompu, venez nous montrer ce que vos années passées en France vous ont appris et impliquez-vous dans la construction d'un Maroc jeune et bourré de potentiel; mais peut-être est-ce vous demander un sacrifice trop grand que de quitter des conditions matérielles confortables pour venir vous retrousser les manches là où il le faut. Je n'en peux plus de cette attitude de certains Marocains -à l'étranger ou au Maroc d'ailleurs-, qui se comportent comme si ce pays n'était pas le leur et qui semblent obligés de porter la nationalité marocaine tel un fardeau. Pourquoi ces gens-là pensent-ils que le Maroc est une sorte d'entité incontrôlable qui leur devrait je ne sais quel confort ou facilité. Le Maroc c'est avant tout les Marocains la sécurité, ce sont les marocains qui l'assurent et si certains trouvent qu'elle n'est pas au point et bien qu'ils s'organisent pour l'améliorer; la corruption non plus n'est pas une fatalité.Voilà ce que j'avais à dire et j'espère que ce courrier, si jamais il est publié, servira à sortir quelques consciences marocaines de l'atrophie et la passivité.oN. A. M., Casablanca


Pas de Maroc sans Sahara!

Nous ne pouvons même pas imaginer que le Maroc perde un jour une partie de ses territoires. Pas question de perdre même un pied carré. Le rôle des responsables politiques du pays est de défendre ses territoires à tout prix. Mais les Marocains ne peuvent plus accepter la façon de faire de notre diplomatie, qui traite le dossier du Sahara comme si celui-ci est acquis irrévocablement, sans tenir compte des menaces qui l'entourent. L'ennemi n'a jamais cessé de travailler de façon patente et latente à la fois. L'ennemi a l'espoir de gagner une fausse cause imaginaire et s'il ne gagne pas, il n'aura rien à perdre. Mais nous, si nous perdons notre cause légitime, ça sera la catastrophe pour le peuple marocain. Avec la mondialisation, l'homo-politicus est devenu un homo-economicus par excellence.Autrement dit, tous les pays d'aujourd'hui cherchent à réaliser ou à atteindre leurs intérêts même au détriment de leurs amitiés. On ne parle plus d'un pays ami car l'amitié n'existe pas entre pays. Il n'y a que des intérêts. De ce fait, la vision politique de nos responsables doit changer radicalement pour qu'ils puissent voir les choses telles qu'elles sont dans la réalité et agir en conséquence de la manière la plus adéquate. Nos responsables ont toujours aveuglément compter sur l'amitié des USA, oubliant que les pays d'obédience socialiste n'existent plus car tout simplement l'Union soviétique n'est plus. Si les USA comptaient autrefois sur le Maroc pour réaliser leurs équilibres géopolitiques face à l'Union soviétique qui misait sur l'Algérie, ils n'ont plus besoin du Royaume. Pis, les USA peuvent bel et bien compter sur l'Algérie qui est politiquement instable mais riche en pétrole. C'est tout ce qu'ils cherchent car l'instabilité politique mène facilement à l'exploitation des richesses et des peuples.Le pauvre Maroc croit toujours aux valeurs universelles désuètes d'amitié et d'engagement. L'amitié sur la scène internationale a deux significations opposées l'une à l'autre. Pour les pays comme le Maroc qui respectent leurs engagements internationaux, l'amitié est synonyme de naïveté. Par contre, elle est synonyme d'hypocrisie et d'égoïsme pour les pays qui ne croient qu'en leurs intérêts. La mondialisation, même à ses débuts, a tout changé. Il faut donc évoluer avec le temps pour pouvoir défendre nos intérêts les plus légitimes. Il faut inviter ces chercheurs à écrire sur notre cause et publier leurs écrits partout dans le monde. Il faut aussi sensibiliser l'opinion mondiale à la légitimité de notre combat contre un ennemi historiquement inexistant, ennemi qui avait eu tout le soutien matériel et moral du Maroc pour obtenir son indépendance.B.A., entrepreneur


Les jolies colonies de vacances

. Merci Monsieur le Ministre! Bonjour L'Economiste,Je vous prie de transmettre mon courrier au ministre de la Jeunesse et des Sports, M. El Gahs. Nous vous remercions Monsieur le Ministre de cette belle, importante, grandiose, intelligente, patriote, humaine, aimante... initiative.Nous, c'est moi et tout mon entourage: famille, amis, connaissances, amis de mes amis, soit tout le monde quoi!Merci beaucoup Monsieur le Ministre. Respectueusement, Abdennour

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc