×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2288 Le 01/06/2006 | Partager

Au revoir, El Guerrouj

 En quoi le départ d’un athlète peut-il être sujet à débat? Vous êtes à court d’idées ou quoi? Antigone Ce n’est pas un sujet à débattre! Je ne vois pas qu’un tel sujet mérite qu’on lui consacre du temps. Si El Guerrouj tire sa révérence, c’est parce qu’après un parcours il a gagné ce qu’il veut et c’est tout! Donnez-nous SVP des sujets sérieux! Hasna On ignore les vraies raisons du départ d’El Guerrouj... A 32 ans, il peut jouer au 5 ou 10.000 mètres. Cherkkaoui Il a tout gagné !!!El Guerrouj est quelqu’un de très intelligent. Il ne veut pas sortir de la petite porte. Il a raison de mettre un terme à sa carrière. Il a tout gagné et doit se reposer et donner plus de temps à sa famille et ses affaires. Et si on le laisse former et conseiller de nouveaux talents.A. M. Un grand bravoUn grand bravo pour notre champion de tous les temps. Je pense que c’est une décision sage qu’a prise Hicham, il ne faut surtout pas forcer les choses. Tu quittes les stades haut les mains, encore bravo et tu resteras pour toujours dans nos coeurs pour tout ce que tu as apporté à nous et à tous.Reda La relève: Qu’en est-il du jeune Abdelali Igueder ?!Le champion du monde junior Abdelali Igueder est vite oublié par les responsables de l’athlétisme et de la presse nationale. Rappelons-le, à la veille du championnat du monde junior en Italie, ce jeune espoir de l’athlétisme national a rencontré des énormes difficultés à obtenir le visa d’entrée en Italie. A la dernière minute, il a pu arriver en Italie un jour avant le début de ce championnat. En dépit de ces contraintes, il a pu, contre vents et marées, monter au podium. Les responsables auraient pu lui accorder, en guise d’encouragement, l’opportunité de participer aux Jeux Olympiques d’Athènes pour acquérir davantage de maturité et d’expérience. Le directeur technique de l’équipe nationale d’athlétisme l’a empêché habilement de participer au dernier meeting de Doha. Personne, sauf Daouda et compagnie, ne connaît les dessous de cette affaire!!Taznakhte


Morchidates et pas imamates

 Et pourquoi pas?D’excellentes professeurs d’universités dirigent des cours dans toutes les spécialités (littéraires et scientifiques) devant des amphithéâtres bondés d’étudiants. C’est logique d’avoir également des spécialistes en théologie (imamates) dans les mosquées.Yasmine Un pas en avant, deux en arrièreOn y a un peu cru, mais malheureusement, chez nous, la femme ne sera jamais l’égale de l’homme, personnellement je ne vois pas pourquoi une femme ne pourrait pas faire le prêche du vendredi ou un autre jour, puisque les femmes ne sont pas mélangées aux hommes pendant les prières. Mais le problème chez nos chers musulmans c’est le «chitane» ou en clair l’impulsion sexuelle qui ne quitte pas leurs esprits même pendant la prière, ce qui me fait douter un peu sur leurs réelles croyances.Hassan Fatwa injusteJe trouve que c’est injuste d’empêcher la femme de diriger une prière au moins pour les femmes. C’est contradictoire, on va chercher un homme dans un douar pour diriger une prière sachant que dans certains villages, les hommes quittent leur domicile pour aller travailler loin de chez eux. Les fquis sont des saints? Ok une femme peut séduire…mais qui sont ces hommes qui dictent la loi, sous prétexte que nous suivons le rite malékite ? A. H. Réforme«L’imamat est du seul ressort des hommes», je n’ai pas été tout à fait étonnée, de toutes manières, les morchidates ont été créées dans le cadre de la révision et de la réforme de tout ce qui touche aux mosquées, leur surveillance, etc... Donc, la femme ne pourra et ne sera jamais ni imama ni ne pourra effectuer le rituel sacrifice du mouton; les morchidates sont là pour épater la galerie, pour faire de la figuration et dans le meilleur des cas, pallier les lacunes et remplacer les Oum Zainab et compagnie, qui, elles, «prêchent» auprès de la gent féminine. Nous ne leurrons pas. Elle est bien bonne celle-là «le rite malékite ne le permettant pas», disait en substance d’une voix chevrotante notre cher Alem venu annoncer l’échec à l’examen oral de la morchida sur RTM. Nous ne le savions que trop.Sinon, cela flaire clairement l’oeuvre inachevée, mais ne dit-on pas que les voies du Seigneur sont impénétrables? Plusieurs femmes licenciées dans telle ou telle matière ont «fini» par trouver un job, c’est déjà ça. A.


Interrogation de juristes femmes

Nous avons été choquées par l’intervention, on ne peut plus officielle du ministère des Habbous par rapport à cette question qui serait un peu comme une intervention du ministère de l’Intérieur pour un lèse-majesté.En dehors de toutes polémiques religieuses, c’est la juriste marocaine qui est interpellée. Où en est la hiérarchie des normes et la pyramide de Kelsen? Le Roi, Amir Al Mouminine (article 19 de la Constitution; non abrogé jusqu’à aujourd’hui) a permis à Rajaa Naji Mekaoui d’animer une causerie religieuse à la mosquée en plein mois sacré du ramadan. A-t-il commis un impair que notre ministre actuel des Habbous corrige?Quant à la fatwa de Karadaoui, justifiant la chose par la tentation due aux positions de la prière, c’est une offense pour la religion et pour la femme en particulier car les positions que prend une femme pendant la prière (qui est un moment privilégié où il doit être fait abstraction du corps et où seul l’esprit devient maître) est également prise par la femme dans des lieux publics où rien n’est censé la protéger, les administrations publiques et entreprises utilisent des femmes pour faire le parterre et traquer la poussière où qu’elle se trouve ou encore ces femmes courbées dans les champs pendant les récoltes, etc...Faites une fatwa monsieur Karadaoui pour créer une caisse de solidarité à l’égard des femmes si nos traditions (qui sont l’ennemi de toutes religions) sont tellement importantes et relèguent toute possibilité d’égalité et d’équité entre les hommes et les femmes!!Nous remarquons que toutes les positions à tentation ne dérangent pas nos illustres penseurs tant qu’elles tiennent les femmes dans une position d’infériorité et de subordination.REVEILLONS-NOUS et soyons plus pragmatiques.C’est un cri du coeur d’action femmes juristes.Merci.Me Nadia Oulehri, présidente de l’Association Action Femmes Juristes


Jeunes: Voteront? voteront pas?

 J’ai eu la joie et l’honneur de participer à une étude effectuée dans le cadre des «jeunes et l’exercice de la politique au Maroc» sous les auspices d’un excellent organisme de communication à Casablanca. Nous avons été édifié(e)s sur les résultats, une étude qui était presque identique à celle réalisée par L’Economiste. A.T. Groupuscules Il n’existe pas de vrais partis au Maroc. Ce qu’on a c’est des groupuscules à la solde de l’administration et d’une frange de la population défendant leur propre insert. Un vrai parti recueille plus de 25% des voix du peuple. Ces partis ne s’intéressent pas à nos problèmes mais à ceux de l’Orient. Le PJD essaye d’exploiter l’islam pour briguer des postes. Les socialistes dans un passé récent avaient donné des espoirs avec leurs discours et leurs débats aux parlements. La suite nous la connaissons.A. Manies incurables des chefs de partisLa question est de savoir à quel parti voteront les jeunes ? la majorité écrasante des membres des bureaux politiques des partis sont des sexagénaires. Le background de leur jeunesse riment en «-isme»: communisme, populisme, socialisme, arrivisme, pragmatisme... des vocables qui sous-tendent des idéologies chimériques et des manies incurables. Sûrement, il faut leur prescrire un traitement de choc car leur état est désespéré. Ben A. Politique piratée Une des idées reçues que politiciens et médias essayent de renforcer est celle qui stipule que les jeunes sont superficielles et qu’ils fuient la politique. A mon avis c ‘est pas du tout le cas, c’est plutôt l’inverse. Ce sont les partis politiques qui fuient les jeunes et le peuple même. En effet les partis ainsi que les syndicats sont piratés et leurs vieux pirates n’aiment pas qu’on vient y adhérer, ils préfèrent plutôt qu’on leur donne nos voix, le jour du scrutin pas plus. Enfin, la question taboue n’est pas «est-ce que les jeunes voteront ou pas» mais «quand est-ce que les partis marocains commenceront à faire de la politique»? Dr Saïd El M. Même si, pourquoi?La pièce théâtrale sera jouée de toute façon. Les prémisses sont là. Les mêmes visages, la même politique... Avec les jeunes ou sans eux le jeu sera fait. Bien sûr c’est grave cette indifférence des jeunes mais que voulez-vous faire. La politique au Maroc n’est pas crédible, les partis corrompus, on fait avancer bak sahbi même dans les partis de gauche qui se veulent les seuls démocratiques comme PPS et USFP ! Moi jeune jamais inscrit sur les listes (et je ne le ferais pas). Si l’on croit les sondages en cours (regardez sur le site yabiladi) la situation est grave. Elle profite encore aux partis corrompus car ils y seront encore seuls sur la scène.Un cercle vicieux n’est-ce pas?Raced, jeune


Virements: Date de valeur à j+2

 Le groupement professionnel des banques se doit de réagir devant des méthodes de communication d’Attijariwafa bank qui relèvent de la concurrence peu loyale.Banquier Avez-vous connu par le passé un banquier faire des cadeaux à sa clientèle? Je vous remercie de me faire part par le canal de ce forum, encore moins chez Attijariwafa bank.Un client Les commissions bancaires ont augmenté ces dernières années. La marge des banques est élevée . En outre, la dématérialisation des opérations ne justifie plus l’application de dates de valeur avec les tracasseries qui en résultent. Hanane Attijariwafa bank va renoncer à une bonne marge de bénéfice qui lui revient des agios. S’agit-il d’une révision de la politique bancaire en général? Est-ce que le client prend de plus en plus de l’ampleur? Amina S. Communication inutileEn fait, il s’agit d’une communication inutile, le management de cette banque vient de donner l’impression qu’il n’est pas aux faits et réalités marocains et donne l’impression d’avoir perdu la culture et le savoir-faire d’Abdlaziz Alami, un vrai maître et grand bâtisseur du système bancaire à qui je rends hommage avec tous ceux qui l’ont entouré au niveau du siège et du réseau. Si AWB commence à faire des cadeaux, je lui dis merci, mais qu’elle commence par soigner la qualité, le savoir-faire et le savoir-être et surtout fédérer ses femmes et ses hommes pour mieux nous servir. Quant à l’impact de cette anticipation sur notre compte d’exploitation je suis sûr qu’il sera nul, merci d’avoir pensé à l’entreprise à laquelle awb a déjà tourné le dos. Un client Bank Al-Maghrib, où es-tu?C’est une nouveauté que la modification des «dates de valeur» appliquées aux chèques à la compensation et il serait temps car il y a abus. Les gens s’accommodent à tort du fait que l’argent est inscrit au crédit du compte à j+10 et au débit à j-5, etc. Ceci veut dire que les banques cherchent la moindre occasion pour générer des commissions pour incident de paiement!! Il faut noter que le traitement du chèque est informatisé aujourd’hui ce qui signifie que le montant du chèque est inscrit dans les livres de la banque le jour même ou au pire à j+1 alors que le client ne peut en bénéficier qu’à j+10 c’est abusif. Ceci devient injustifiable avec la «dématérialisation» du chèque qui supprime les délais d’acheminement des vignettes physiques d’une place de compensation à une autre (chèque hors place). Dernière précision, je ne comprends pas pourquoi parler de «date de valeur» pour un effet de commerce, elle n’existe pas car il s’agit de «date d’échéance» qui est non modifiable hormis le système de l’escompte qui n’impacte pas de toute façon la date initiale. Ce qui est bizarre c’est que la Banque du Maroc est absente dans ce discours alors qu’elle est en charge de la réglementation?Abdou (Paris)


Votre dialogue

. ScanningAprès discussion avec un ami banquier, la situation au Maroc, contrairement en France, est qu’il n’y a pas de scanning des chèques. Donc un chèque déposé à Beni Mellal sera traité à Casa puis renvoyé à Beni Mellal. D’où l’impossibilité de l’instantanéité. Dixit.Abdou F.A.. Qui paye?Abdou, votre ami banquier s’est moqué de vous, le J+2 existait en France avant qu’on ait inventé le scanner. Donc mauvaise raison. Mon avis est que le banquier dans la concurrence, a commencé à prendre un peu de risque, c’est-à-dire le risque que le chèque ou l’ordre de virement ne soit pas bon. Mais la question dont je ne connais pas la réponse c’est: quel sera le prix que le client (lequel celui qui émet ou celui qui aurait du recevoir) va payer au cas où l’ordre ne pourrait pas être exécuté? Notre cher L’Economiste n’a pas posé cette question…Jamal, banquier à Agadir . Mon avis de financierAttijariwafa bank a anticipé la dématérialisation des chèques qui concernera l’ensemble du système bancaire. Je pense que la communication développée par cette banque va profiter beaucoup plus aux autres banques, vouloir anticiper un évènement cache des insuffisances, qu’il convient de situer au niveau de la pertinence des méthodes de gestion trop critiquées par la clientèle et les anciens cadres de l’ex-Wafa.Un financier

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc