×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2730 Le 07/03/2008 | Partager

Editorial: Consommation irresponsable

Mal manipulée, la publicité peut entraîner une forme de consommation irresponsable ou irréfléchie. Par ses magies, la publicité éveille chez le consommateur le désir d’acheter. La consommation est devenue une nouvelle idéologie séduisant le plus grand nombre d’adeptes. Consommer oui, mais il faut rester vigilant et mettre un holà aux dérives. Aujourd’hui, plus que tout, nous avons besoin d’une consommation responsable conduisant à un développement durable. Nous avons besoin de remettre le chronomètre à zéro et de dresser un plan d’action soulignant les points forts et ceux à améliorer pour réussir ce développement. Ces dernières années, les habitudes de consommation ont évolué au Maroc. Nos ambitions, en tant qu’ONG de défense des consommateurs, visent à changer de vitesse et agir en partenariat avec d’autres relais pour diffuser le plus largement possible et permettre à chacun l’accès à une consommation réellement choisie.Mais le mouvement ne peut s’accélérer ou se développer sans le concours du consommateur. Celui-ci ne doit pas s’arrêter à l’aspect économique du produit, mais vérifier les autres facteurs tels que la manière dont il a été fabriqué, les effets de cette production sur l’environnement, si le personnel impliqué est formé et motivé par l’entreprise, si le produit est étiqueté ou promu par une publicité mensongère. Il faut chercher l’information, demander aux professionnels et aux associations de protection des consommateurs.L’acte d’achat, de consommation, d’utilisation des différents biens, produits ou services n’est pas neutre, mais constitue plutôt un geste qui influence spectaculairement la construction de notre monde. Sommes-nous tous des consommateurs responsables? La réponse est bien évidemment non. Aussi est-il temps d’adopter des gestes permettant la satisfaction de nos propres besoins, mais aussi et surtout participant à l’amélioration des processus de production et du développement social et environnemental. Wadii MADIH [email protected]


Eco-Info: e-commerce: Nouveau concept cherche garde-fou

Pour le seul pays comme la France, par exemple, le commerce électronique représente un marché de plus de 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Ce qui donne une certaine idée sur l’évolution de l’«e-commerce» ou du «commerce en ligne sur Internet». Au fait, qu’est-ce que le «e-commerce»? Cette technique de vente permet, en un temps réduit, de confronter une multitude de vendeurs et d’acheteurs. De cette confrontation, naît un véritable «marché mondial». On y trouve de tout, des expositions, des galeries d’art, des vêtements, des appareils électroménagers, des hi-fi, des jeux, des services financiers, des billets de spectacles ... La procédure de vente est la même que celle pratiquée sur le marché ordinaire: l’acheteur intéressé passe la commande, paie et il est ensuite livré. Cependant, lorsqu’il s’agit de biens matériels, un problème de logistique se pose: comment stocker et livrer les produits? Rappelons que l’«e-commerce» fonctionne sur la base du principe de vente par correspondance (VPC), pas de papier imprimé (catalogue électronique). Raison pour laquelle les sociétés inexpérimentées rencontrent de réelles difficultés dans leur organisation logistique. Quant aux biens immatériels tels que les logiciels, les billets de spectacles, les jeux vidéos, la musique, les voyages, les bases de données, les services financiers, bancaires ou d’assurances, leur livraison est beaucoup plus rapide et ne connaît quasiment pas de difficultés, vu que les transactions se déroulent en ligne. A ce niveau, pas de problèmes de logistique, d’approvisionnement, de livraison matérielle... Soulignons donc que l’«e-commerce» ou le «commerce en ligne sur Internet» est certes simple, mais le problème du respect des règles juridiques, déontologiques, morales ou de la concurrence reste à résoudre, d’où un contrôle régulier de l’Etat, pour éviter les dérives liées à ce «commerce virtuel».Mohammed [email protected]


Conseil !

. Attention, la loterie par mail est une arnaqueChaque jour, à l’ouverture de notre boîte e.mail, nous sommes envahis par toutes formes de publicités et pour certaines très choquantes. A coté des séquences photos et autres publicités, un phénomène tout aussi envahissant apparaît, celui des adresses de loterie. Face à cela, il faut rester vigilant. Gagner une loterie par mail, c’est prouvé, est une véritable arnaque. Il est difficile de localiser la source d’envoi. De même, on vous demande des frais plus conséquents à régler... Toute loterie et tout jeu concours possède un règlement auquel on est en droit d’accéder. Qui plus est l’adresse électronique est généralement hébergée dans un service gratuit de messagerie. N’oubliez pas, les mauvaises intentions sont nombreuses et peuvent concerner un gros lot à une loterie ou l’aide à une personne pour rapatrier son argent (venant de pays africains)... Surtout n’acceptez pas d’envoyer de l’argent, car les fraudeurs arrivent à déverrouiller la clé afin d’encaisser l’argent. De nombreuses personnes ont succombé sous le coup de ces malversations. Evitez d’être la prochaine victime. Alors, n’ouvrez plus ce genre de message et glisser-les directement dans la corbeille.Mustapha [email protected]. Faites-vous livrer dans les règles de l’artPour éviter tout problème lors d’une livraison, il est conseillé de ne rien signer avant d’avoir déballé les paquets livrés et de vérifier qu’ils contiennent bien tout ce que vous avez commandé.En cas de retard, vos droits dépendent en partie des dispositions qui figurent dans votre bon de commande. Dans les pays développés, le code de la consommation impose aux professionnels, lorsque le prix convenu excède environ 5.000 DH, d’indiquer une date limite de livraison. De même, pour des livraisons dépassant un montant de 5.000 DH, la date de livraison doit être précisée dans le bon de commande. Et si l’opérateur dépasse la date limite de 7 jours, le consommateur a la possibilité de rompre le contrat et de demander au vendeur ou à l’emprunteur de lui rembourser les sommes versées à son profit. Le remboursement s’effectue suite à son information par lettre recommandée.Selon la réglementation d’un grand nombre de pays européens, si le contrat prévoit que les sommes versées d’avance ont été effectuées à titre d’acompte, le commerçant doit rembourser la somme totale versée. Si le contrat ne qualifie pas la somme versée, il faut considérer qu’il s’agit d’arrhes, et le commerçant se trouve dans l’obligation de rendre au consommateur le double de la somme versée.Mohammed [email protected]


. Consommateurs, à vous la parole!Nous lançons deux débats consécutifs sur des sujets d’actualité et pour lesquels nous souhaitons avoir votre avis. Les thèmes suggérés sont «Comment prévenir et traiter la violence de certains jeunes»? et «Que pensez-vous des associations de défense des consommateurs?». Nos adresses sont à votre disposition sur la page Eco-Consom. [email protected]
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc