×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Congrès international des femmes
Débats sur fond de réforme de la Moudawana

Par L'Economiste | Edition N°:1610 Le 26/09/2003 | Partager

. Le Congrès s'ouvre aujourd'hui à Casablanca . Objectif primordial: Appuyer les revendications féminines à l'égalitéElles vivent en France, en Belgique, en Espagne ou au Canada. Elles sont nées, ont grandi à l'étranger ou y vivent parce que leur conjoint y est établi. Elles sont certainement différentes les unes des autres mais toutes sont Marocaines ou soumises aux dispositions du code du statut personnel. Elles voudraient pourtant que certaines dispositions changent afin de leur permettre de vivre en conformité avec leur environnement. Elles souhaiteraient que soient davantage prises en compte leurs revendications, celles relatives aux difficultés qu'elles rencontrent, juste parce qu'elles sont Marocaines et tombent sous le joug de certaines lois. Rapts d'enfants, vols de documents, répudiation, mariages forcés… les exemples sont légion. Ces femmes n'en peuvent plus, ne veulent plus subir ces lois. Elles mènent leur combat, veulent renforcer le lobbying pour que soient entendues leurs voix. Et parce qu'en définitive les revendications sont identiques, parce qu'elles sont Marocaines, ces femmes d'ailleurs s'allient aux femmes d'ici pour mener le même combat. Le Congrès international des femmes marocaines d'ici et d'ailleurs, qui s'ouvre aujourd'hui à Casablanca sous le slogan de l'égalité, celle-là même que les femmes ne cessent de réclamer depuis l'aube des temps, est d'abord un plaidoyer pour que cessent les injustices entre les deux sexes, pour que celles que l'on qualifie encore, en ce début de XXIe siècle, de “sexe faible” disposent de leurs droits. La secrétaire d'Etat à l'Organisation du travail et du bien-être au travail de Belgique, Anissa Temsamani, d'origine marocaine, Carmen Romero (députée à Cadiz et épouse de Felipe Gonzalez) ou encore Fatima El Amraoui, députée au Canada, d'origine marocaine, participeront aux travaux du Congrès organisé par le CIOFEM (Centre d'information et d'observation des femmes marocaines, entité relevant de la Ligue démocratique des droits de la femme). Yasmina Baddou, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, en charge notamment de la Famille, devrait elle aussi prendre la parole aujourd'hui même ainsi que d'autres sommités du Mouvement associatif international des femmes. Il sera question certes du mariage, de la répudiation, du droit international et des stratégies d'action. Mais il sera aussi, voire surtout, question de révision de la Moudawana. Le moment est en effet crucial. La Commission royale pour la réforme de la Moudawana vient de remettre à SM le Roi le premier projet du nouveau code de la famille. Or, “siègent dans cette commission certaines personnalités renommées pour leur extrémisme religieux. Ce qui rend vaine toute tentative d'arriver à un compromis reflétant une lecture évolutive (al ijtihad) du code du statut personnel”, explique Fouzia Assouli pour qui “il convient de réagir très vite pour faire entendre les voix des femmes qui constituent 50% de la société en vue d'appuyer leurs revendications à l'égalité”. C'est dans cette optique que se tient le congrès. Les Marocaines résidentes à l'étranger s'y sont associées parce que leur condition est en partie déterminée par le code du statut personnel “basé sur une discrimination institutionnalisée”. Et qu'au moment où l'on clame la nécessaire intégration mondiale, il s'avère contradictoire de ne pas inclure la question de la femme dans cette internationalisation.Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc