×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Comment le système fonctionne

Par L'Economiste | Edition N°:2312 Le 05/07/2006 | Partager

. Un workshop organisé à Ifrane les 4 et 5 juillet. e-tourisme et e-transport aussi au programmeGrâce au projet «e-Fès» plus de 200.000 citoyens peuvent désormais retirer auprès des guichets de l’arrondissement Fès-Agdal des documents de l’état civil. Selon Driss Kettani, coordinateur du projet, «les résultats sont aujourd’hui excellents, puisque 90% des citoyens de l’arrondissement Fès Agdal exclusivement se servent du kiosque numérique avant de passer chez l’officier de l’état civil pour la signature». Pour Mohamed Titna Alaoui, président de l’arrondissement de Fès-Agdal, le vrai intérêt de ces réalisations se situe au niveau des impacts favorisant les conditions de la bonne gouvernance, notamment l’accès universel à un contenu de proximité, obtention des services d’état civil instantanément, et avec une qualité irréprochable, ainsi que la simplification des tâches pour les employés. Pour faire le point sur cette expérience inédite, l’université Al Akhawayne eorganise en partenariat avec le CRDI un colloque international les 4 et 5 juillet à Ifrane. «Ce workshop est l’occasion de permettre aux différentes administrations marocaines et nos partenaires internationaux de découvrir de plus près le projet «e-Fès» qui a décroché récemment le prix national «e-mtiaz» pour l’e-gov (voir article ci-dessus). Il est à noter toutefois que pour réussir le projet e-Fès, l’équipe de Al Akhawayne a dû faire face à des problèmes voire à des défis d’ordres technologiques et sociaux. A l’insuffisance d’une infrastructure de connectivité et au sous-équipement en matériel informatique, s’ajoutaient entre autres un taux d’analphabétisme élevé de la population, difficulté d’interaction avec un ordinateur, prédominance de l’arabe dialectal et faible taux de pénétration des NTIC. Ce qui rendait un peu difficile le travail de l’équipe. La réussite de l’équation de la chaîne e-Gov ne pouvant pas se faire selon Kettani sans la convergence des quatre composantes essentielles: la technologie, les ressources humaines, l’adhésion des pouvoirs publics et l’implication participative des citoyens. C’est surtout la volonté de réussir l’implication aussi bien des responsables de l’arrondissement, du personnel que des citoyens qui a permis de gagner ce pari…


Clonage

En phase de bouclage, les projets concernant les villes de Larache, El Hajeb et Ifrane vont permettre à ces villes d’entrer dans quelques mois de plain-pied dans le monde numérique. «La ville de Larache a donné 1 million DH pour financer son projet. El Hajeb et Ifrane se sont engagées à contribuer au développement de leurs projets de 30 à 50 millions DH de centimes chaque année jusqu’à ce que les projets prennent fin», indique Driss Kettani, directeur aussi du laboratoire ICT4D. Outre l’informatisation du service public, le laboratoire développe des projets de e-tourisme et e-transport. Il travaille actuellement sur un grand projet de e-tourisme financé conjointement par la ville de Larache et Maroc télécom. Son objectif étant de permettre à un touriste, quelle que soit sa langue de trouver des informations et payer son voyage au Maroc via le net et trouver les conditions favorables pour passer un bon séjour. Rachida BAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]onomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc