×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Centre Riad Al Amal
    Sur les traces des Restos du cœur

    Par L'Economiste | Edition N°:2755 Le 14/04/2008 | Partager

    . La première unité inaugurée le 11 avril à Casablanca. L’aide alimentaire et la réinsertion sociale comme leitmotivL’association Riad Al Amal vient d’inaugurer officiellement son premier centre d’accueil à Casablanca, en présence de plusieurs personnalités du monde associatif, ainsi que de Yasmina Baddou, portant la double casquette de ministre de la Santé et de présidente de la Commune d’Anfa. Le local, offert par la Commune, a été aménagé grâce aux subventions d’un mécène qui a préféré garder l’anonymat.En réalité, le centre est ouvert depuis novembre 2007. A ce jour, plus de 7.500 repas ont été distribués, dans une ambiance qui se veut très familiale, avec un décor et de la musique traditionnels. «Le fait de se réunir autour d’un repas chaud permet à ces personnes de recréer des liens sociaux et de réapprendre à respecter autrui», souligne Mahassine Kettani, présidente de l’association. «Plusieurs d’entre elles reviennent nous voir, parce qu’elles se sentent en confiance». Rappelons que Riad Al Amal a été créée le 21 mars 2006 et qu’elle se distingue des associations déjà existantes en ce qu’elle a pris les fameux Restos du cœur français comme modèle. Elle se donne pour objectif de fournir une assistance à caractère alimentaire et sanitaire aux personnes les plus démunies. Le second objectif de l’association est de donner à ses bénéficiaires un soutien psychologique, afin de faciliter leur réinsertion sociale. Selon Chakib Guessous, vice-président de l’association, la chose n’est pas aisée. «Ces personnes ont été marginalisées pendant très longtemps. Certaines d’entre elles n’ont même pas de papiers d’identité ou de liens avec leur famille. Il convient d’abord de résoudre les problèmes à ce niveau avant de penser à leur trouver un travail, ce à quoi l’association travaille avec acharnement.»L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a subventionné environ 20% de l’équipement de la cuisine du premier centre. Des partenariats ont été établis avec trois organismes, en particulier le Samu Social, qui enverra à Riad El Amal les personnes qui bénéficieront de ses prestations, et la Fondation de l’étudiant ainsi que l’association Anaïs qui délégueront des bénévoles pour aider au service. D’après Rachid Oudghiri, trésorier de l’association, les ambitions de Riad Al Amal ne s’arrêtent pas à un seul centre. «Nous voulons créer plusieurs centres à l’échelle de Casablanca, avant de nous étendre à travers tout le pays. Mais pour cela, il faudrait que l’on se fasse connaître davantage. L’inauguration d’aujourd’hui devrait nous donner plus de visibilité.» Adam BERRADA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc