×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casablanca: Centre commercial à Belvédère ou salle omnisport?

Par L'Economiste | Edition N°:1453 Le 06/02/2003 | Partager

. Le projet de reconversion de l'ancien marché de gros de Casablanca est toujours dans l'impasseLe projet de reconversion de l'ancien marché de gros de Casablanca est toujours dans l'impasse. Initialement, le local devait abriter une salle de sport. Mais entre-temps, il s'est transformé en centre commercial qui tarde à voir le jour. Mohamed Chkarmou, président de la Commune de Roches Noires, confirme que l'ancien marché de gros sera transformé en projet immobilier. S'il y a un retard dans sa réalisation, il y voit la conséquence d'une lenteur administrative. «Ce dossier traîne depuis plusieurs mois dans les tiroirs du ministère de l'Intérieur«. Le président affirme que sa commune a repris contact avec la société Développeur Immobilier Commercial (D. Im. Co) en charge du projet. «Nous avons même pu renégocier le loyer annuel du centre commercial, qui passe de 1 à 1,4 million de DH«. Le promoteur s'est engagé par ailleurs à prendre en charge l'aménagement et l'entretien d'un parking paysager autour du projet. En plus, la société en charge du projet s'engage également à financer une salle de sports d'une valeur de 2 millions de DH, est-il souligné auprès de la Commune de Roches Noires. Mais là encore, la diligence administrative reste le talon d'Achille de ce projet. Outre les 4.000 m2 de superficie répartis en deux grandes parties- agroalimentaire (1.400 m2) et galeries marchandes (2.150 m2)-, il est prévu un sous-sol réservé au parking de 150 places. Selon le président de la commune, le projet doit permettre la création de plus de 150 emplois, en plus de ceux indirects. Le risque à craindre cependant est que les promoteurs changent d'avis. La société serait en effet sur d'autres projets importants en Tunisie, Liban, Turquie, Pologne, Italie, Espagne... «Ça serait dommage qu'ils partent investir ailleurs«, conclut Chkarmou.


Salle omnisport

Initialement, le projet de l'ancien marché de gros était destiné à abriter une salle omnisport réunissant plus de 14 disciplines, souligne Mohamed M'jid, président de la Fondation marocaine pour la jeunesse, l'initiative et le développement. «Les négociations avaient duré plus de dix ans, mais je ne vois toujours rien venir«, souligne-t-il. «On a toujours tendance à considérer le sport comme un défaut de jeunesse«. La Fondation M'jid a d'ailleurs concocté tout un programme pour la construction d'un complexe sportif avec des espaces de minifoot, minitennis, une salle d'éveil pour apprendre le civisme et un minicircuit pour enseigner le code de la route aux enfants. Pour M'jid, le sport a plus d'impact que quoi que ce soit. Pour preuve, il cite des exemples de l'Olympique de Marseille, du Real de Madrid et... El Aynaoui «qui a réalisé un joli coup de pub pour le Maroc. Ce que n'ont pas fait les politiques pendant 45 ans«. Non seulement, le projet est bloqué, mais le site va se transformer en centre commercial, signale M'jid. Selon lui, la zone de Belvédère a surtout besoin d'espaces verts, de lieux de sport et de culture, plutôt que de magasins et bureaux fermés«. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]economiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc