×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

BCE: Le Conseil des gouverneurs se réunit demain à Francfort

Par L'Economiste | Edition N°:611 Le 07/10/1999 | Partager

· Remontée des conditions de crédit attendue avant la fin de l'année

La Banque Centrale Européenne (BCE) devrait maintenir le statu quo monétaire jeudi, lors de son conseil des gouverneurs, estiment les analystes. Toutefois, la probabilité d'une hausse de taux, plus précoce que prévu, commence à faire son chemin dans les esprits. Le conseil des gouverneurs, l'organe de décision de la BCE, comprend les six membres du Directoire et le président des onze banques centrales de la zone Euro.
Le principal taux d'intérêt de la zone Euro appelé taux de refinancement ou Refi, est fixé à 2,50% depuis le 8 avril, date à laquelle la BCE avait décidé de l'abaisser d'un demi-point.
Des propos récents du vice-président français de la BCE, Christian Noyer, ont amené les économistes à réfléchir sur la pertinence d'avancer leur pronostic pour le relèvement des taux. M. Noyer a déclaré qu'il était "possible et même probable" que la BCE intervienne pour garantir la stabilité des prix dans la zone Euro, et qu'il valait souvent mieux agir à titre préventif.

Surprises ?


Le président de la BCE, le Néerlandais Wim Duisenberg, a insisté sur le fait que les risques à long terme pour la stabilité des prix ne devaient pas être négligés. Il a notamment évoqué la diffusion progressive de la hausse des prix du pétrole sur les prix à la production d'abord, et à la consommation ensuite.
Les banquiers centraux européens semblent préparés à une remontée des conditions de crédits avant la fin de l'année. M. Duisenberg avait pour la première fois évoqué le sujet, de façon plus elliptique, à la mi-juillet, en déclarant que "le biais vers un resserrement monétaire se manifeste progressivement".
Aussi la réunion de jeudi pourrait-elle réserver des surprises, notent certains économistes. Ils disent attendre un relèvement de 50 points de base du Refi au cours du trimestre courant. Le geste pourrait intervenir dès demain.
Les opérateurs des marchés craignent aussi une hausse dès demain. Les taux Euribor sur le marché de l'argent intègrent déjà une hausse de 25 points de base du Refi, ont souligné des courtiers à Francfort. Les experts s'en tiennent néanmoins au scénario d'un resserrement des conditions de crédit lors du premier semestre 2000. "Les indices récents d'évolution des prix montrent encore des croissances modérées et la BCE avait souligné dans son bulletin mensuel de septembre l'importance des prochaines négociations salariales du début de l'an 2000 sur l'évolution des prix", soulignent les analystes de la Commerzbank. C'est pourquoi ils estiment probable que la BCE reste sur sa position d'attente et ne remonte ses taux qu'au début de l'an 2000.
Un tour de vis monétaire à peine six mois après l'assouplissement de taux décidé par la BCE pourrait de surcroît handicaper la relance économique en cours dans les deux grands pays de la zone Euro que sont l'Allemagne et l'Italie, notent des experts.

Hicham RAÏQ (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc