×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Balance commerciale: L’effet pétrole persiste

Par L'Economiste | Edition N°:2227 Le 06/03/2006 | Partager

. La facture s’alourdit de 73% en janvier. Bonne performance des phosphatesLe rapport mensuel de l’Office des changes pour janvier fait ressortir un déficit commercial en légère aggravation, tiré par le poids de la facture pétrolière, et ce, en dépit des bonnes performances des phosphates. Le déficit commercial s’est creusé de 5,5% à 5,7 milliards malgré une augmentation plus rapide des exportations par rapport aux importations (www.leconomiste.com). Les expéditions ont totalisé 7,38 milliards de DH (+10,1%) alors que les achats ont été de 13,12 milliards (+8%) sur le mois. La performance des phosphates et dérivés, l’une des premières ressources du Royaume, a contribué à l’augmentation des exportations à hauteur de 585,9 millions de DH (+50,5%). Par contre, le textile, un autre produit-phare des exportations marocaines, a connu un léger recul. Les vêtements confectionnés et les articles de bonneterie ont baissé de 7,4 et 9%, respectivement, et totalisent 1,32 et 0,47 milliard de DH. Pour ce qui est des importations, les achats de pétrole continuent de peser sur le solde de la balance commerciale après le record historique de 24 milliards de DH enregistré en 2005 (+65%). Alors que les importations hors pétrole n’ont augmenté que de 1,1% en janvier, celles de pétrole brut s’inscrivent en hausse de 73,1% à 2,04 milliards de DH. Le rapport note que «les produits énergétiques représentent désormais le premier groupe de produits à l’importation». Cette augmentation est due essentiellement à la flambée des prix du brut sur les marchés internationaux, puisque les importations en volume n’ont progressé que de 2,5%. Vendredi, le baril de référence «light sweet crude» traité à New York gagnait 20 cents à 63,56 dollars contre 63,36 la veille. Le prix moyen de la tonne importée s’est, par conséquent, renchéri de 68,8% à 3.941 DH la tonne sur un an glissant.Rappelons que le gouvernement, qui a alloué l’année dernière 6,8 milliards de DH à la compensation des produits pétroliers, a basé ses prévisions pour le Budget 2006 sur un baril à 60 dollars. Les importations de voitures ont aussi marqué une hausse significative: 39,7% à 419,7 millions de DH pour celles de tourisme, et 55,1% à 311 millions de DH pour les industrielles. Malgré l’aggravation du déficit commercial, le taux de couverture, même s’il reste faible, s’est légèrement amélioré en janvier. Il passe de 55,3 à 56,3%, ce qui veut dire que le Maroc importe presque deux fois plus qu’il n’exporte. Avec des importations en 2005 de 178,4 milliards pour des exportations de 92,7 milliards de DH, cet indicateur s’était établi à 52% à fin décembre. Le Maroc avait alors accusé un déficit commercial record de 85,7 milliards en augmentation de 22,3% sur un an.Tarek HALIM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc