×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Baccalauréat: Près de 38% de réussite

Par L'Economiste | Edition N°:1547 Le 25/06/2003 | Partager

. Les résultats de la session de rattrapage sont prévus pour le 15 juillet. La nouvelle formule a posé beaucoup de problèmes. Les indépendants et le privé sont en chute libre Ce sont 74.271 élèves toutes branches et systèmes confondus sur un total de 227.649 inscrits qui ont réussi les épreuves nationales unifiées du Baccalauréat cette année. Soit un taux de réussite de 37,97%. 64.032 passeront la session de rattrapage prévue pour le 3 juillet prochain. Les résultats de cette session seront annoncés à la fin de la deuxième semaine de juillet. Toutefois, le parcours pour les candidats inscrits selon l'ancien système s'arrête là. Les résultats n'ont pu être rassemblés qu'à 3 heures du matin hier mardi en raison du retard pris par deux académies pour livrer leurs résultats.La lecture des résultats du baccalauréat pour la session de juin 2003 reste toutefois difficile. Selon le directeur de l'enseignement secondaire Mohamed Kharbach, qui s'est exprimé lors d'un point de presse organisé au ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse, cette année coïncide avec la sortie de la première promotion du nouveau système institué par la Charte nationale de l'enseignement.La lecture des résultats peut en effet se faire de plusieurs façons: soit par types de candidatures ou d'enseignement, soit selon les systèmes du baccalauréat (nouveau et ancien). Par types de candidatures, les résultats seront comme suit: sur les 74.271, 68.574, soit 90%, sont issus des établissements de l'enseignement public, 813 du secteur privé et 4.884 des indépendants. Par type d'enseignement: les résultats s'annoncent comme suit: 67.270 ont réussi dans l'enseignement général, 1.610 de l'originel et 5.391 du technique. Mais si on considère les résultats par système, il y a 56.226 qui ont réussi selon la nouvelle formule et 18.045 selon l'ancien système.Sur les 227.649 candidats inscrits, 195.026 ont passé l'examen, soit un taux de présence de 85,66%. 56.204.148, soit un taux de 32,64%, ont passé le baccalauréat selon le nouveau système. 56.225 ont réussi sur 173.316 qui se sont présentés aux examens, soit un taux de présence de 84%. Sur les 23.501 inscrits aux examens selon l'ancienne formule, 22.710 étaient présents, soit un taux de présence de 96,63%. 18.045 ont réussi, soit un taux de réussite de 78,45%.37,15% des candidats, soit 64.032, ont bénéficié de la session de rattrapage. Le directeur de l'enseignement secondaire n'a pas pu se prononcer quant au taux de réussite au sein de cette catégorie. Mais il a assuré néanmoins que la majorité dispose d'une moyenne entre 8 et 10. Les candidats à la session de rattrapage sont donc plus proches de la réussite si l'on considère que 50% des points sont fixes puisque composés des résultats de l'épreuve régionale et du contrôle continu. Les élèves qui ont été convoqués pour la session de rattrapage auront dix jours pour se préparer aux examens prévus pour le 3 juillet. . Baccalauréat nouvelle formuleParmi les spécificités de la nouvelle formule du baccalauréat, le système d'évaluation qui a posé un réel problème. Suivant les orientations de la charte nationale de l'enseignement, le nouveau système d'évaluation est composé de l'examen régional unifié qui compte pour 25%, du contrôle continu 25% et de l'examen national unifié qui compte pour les 50% restants. En fait, le nouveau système est un peu de l'ancien (régional et contrôle) et un peu du nouveau (national). La session de rattrapage posait un réel problème pour la commission chargée de la préparation des épreuves du baccalauréat.Il a été décidé qu'elle ne sera pas seulement pour les cas de force majeure (maladie), mais une seconde chance pour les élèves qui n'ont pas réussi l'examen national unifié. En fait, la commission a pris en considération que la deuxième chance soit un acquis qu'il s'agit de préserver. L'objectif en fait est de ne pas avoir deux bacs afin que tous les élèves puissent avoir les mêmes chances d'accès aux instituts supérieurs, sinon la session de rattrapage serait vidée de son sens. La Commission a également constaté que la charte ne fait pas référence aux indépendants. Résultat: de 78.000, le nombre des indépendants qui ont passé le baccalauréat l'année dernière est passé à 55.000 seulement cette année. Il n'y a pas eu un grand changement dans le système de coeficients.Seule l'éducation physique a pris plus d'importance. Le nouveau système a tenté de préserver les équilibres pour ne pas donner lieu à des cas extrêmes. En revanche, les délais ont été améliorés. L'ancien système prévoyait trois jours pour toutes les épreuves. Dans le nouveau système, il y a une moyenne de 5 matières sur 2,5 jours, à raison d'une matière la matinée et une autre l'après-midi et ainsi de suite. L'épreuve de mathématiques par exemple durera 4 heures au lieu de trois heures dans l'ancien système. C'est un retour en quelque sorte aux années 70. Pour le choix des matières qui ont fait l'objet de l'examen national unifié, un compromis a été trouvé cette année en attendant la mise en application des nouveaux programmes et des nouvelles structures de l'enseignement secondaire. Pour la gestion du nouveau bac, le ministère avait lancé une campagne de sensibilisation au sein des établissements scolaires et auprès des associations de parents d'élèves. Le programme des examens a été fixé d'avance. Quant aux sujets des épreuves, ils ont été choisis par des commissions nationales composées de 180 inspecteurs de l'enseignement sur la base de propositions des enseignants. 100 sujets qui signifient en fait 100 matières de l'enseignement secondaire. Il faut également multiplier ces 100 sujets par les trois composantes: l'examen régional, le contrôle continu et l'examen national. Les commissions ne disposaient que d'un mois (2 mai au 2 juin) pour venir à bout de ce travail colossal. Mission accomplie.Noureddine FASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc