×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Auto-Hall sanctionnée par l'illiquidité et le manque de visibilité

Par L'Economiste | Edition N°:433 Le 01/02/1999 | Partager

Auto-Hall devrait renouer avec la croissance dès 1998. Cependant, le manque de visibilité à moyen terme et l'illiquidité du titre en bourse font que les analystes de CFG recommandent la sous-pondération.

Auto-Hall fait du statu quo en bourse. Le titre n'a pas traité une seule fois en 1999. Son dernier cours, de 1.898 DH, date du 17 décembre 1998. En fait, ce cours a connu son plus haut niveau début mai 1997, à 3.000 DH au lendemain de l'annonce du résultat de la société pour l'exercice 1996. La société avait alors réalisé un résultat net de 100 millions de DH en hausse de 13,5% par rapport à l'exercice précédent. Le marché a aussitôt corrigé le cours, réalisant la part du résultat non courant dans la formation des bénéfices annoncés. Une correction qui s'est étalée jusqu'en 1998. L'illiquidité du cours fait l'unanimité de tous les analystes de la place. Dans une récente étude, CFG (Casablanca Finance Group) a passé au crible les fondamentaux de cette entreprise et ses perspectives de développement. Pour les six premiers mois de l'exercice 1998, Auto-Hall a annoncé un résultat avant impôts de 63 millions de DH contre 36 millions un an auparavant. Selon les analystes de CFG, cette progression est due essentiellement à l'évolution à la hausse des ventes de poids lourds qui sont des produits à forte marge. A cela s'ajoutent la forte croissance des ventes de véhicules particuliers et véhicules utilitaires légers, la baisse du Yen par rapport au Dirham et les produits non courants estimés à 20 millions de DH. Ces conditions favorables à l'activité de l'entreprise devraient lui permettre de réaliser une progression de 20% de son chiffre d'affaires en 1998. Le résultat net, lui, devrait atteindre 57 millions de DH, soit une hausse de 46%. Cependant, l'exercice 1999 devrait connaître un tassement des résultats, voire une légère baisse et ce, en raison notamment de la disparition du résultat non courant et d'une contraction des marges attendue sur les véhicules particuliers. L'étude met l'accent sur le climat de plus en plus concurrentiel dans lequel évolue Auto-Hall. Avec le lancement des marques Ford et Mitsubishi en 1994, les ventes d'Auto-Hall ont été relancées les deux années suivantes. Mais cette reprise a été freinée par l'arrivée sur le marché de marques concurrentes avec des produits de qualité égale mais à des prix plus compétitifs.
Tous ces éléments réunis poussent les analystes à penser que la progression bénéficiaire d'Auto-Hall devrait être supérieure à celle du marché. Petit handicap toutefois, l'activité de la société reste étroitement liée aux aléas climatiques. Ce petit détail a pour effet de diminuer la visibilité sur les résultats à moyen terme. De plus, Auto-Hall utilise la méthode de provisionnement spécifique dans ses bilans et ne publie pas de comptes consolidés. Par conséquent, CFG estime que «l'action devrait traiter avec une décote de 25% par rapport au marché». Et en conclut donc que le titre Auto-Hall devrait être sous-pondéré dans un portefeuille.

Hanaa FOULANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc