×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Alcan repart à l'assaut de Péchiney

Par L'Economiste | Edition N°:1599 Le 11/09/2003 | Partager

. L'OPA/OPE devrait être ouverte en début de semaine prochaineAlcan est décidément très intéressé par Péchiney. Le groupe canadien d'aluminium et d'emballage vient en effet d'annoncer qu'il allait de nouveau ouvrir une offre publique d'achat et d'échange (OPA/OPE) à l'endroit de son homologue français. Celle-ci devrait avoir lieu lundi ou mardi prochains et fait suite à deux tentatives infructueuses de la part d'Alcan. Le 7 juillet dernier, le management d'Alcan présentait en effet un projet combinant échange et rachat de titres de Péchiney, évaluant ces derniers au prix unitaire de 41 euros. Devant le refus du CA de l'entreprise hexagonale, le groupe canadien a alors proposé fin août un prix de 47-48 euros. Une proposition encore jugée insuffisante par les administrateurs de Péchiney, considérant qu'«elle ne reflétait pas la valeur stratégique du groupe». Revenu à son offre initiale, Alcan cherche en effet par cette opération à rattraper le groupe américain Alco en tête de son secteur. Ses dirigeants se disent en outre prêts à abandonner 4 à 5% des actifs du nouvel ensemble pour répondre aux exigences antimonopolistiques de la Commission européenne. Car, si elle a obtenu le feu vert du gouvernement français vendredi dernier via la Commission des opérations boursières (COB), la firme canadienne attend encore l'autorisation de Bruxelles, dont la décision est attendue le 29 septembre. Celle-ci constitue désormais sans doute le principal obstacle à l'assaut d'Alcan, qui semble bénéficier de l'approbation des marchés. Depuis la première annonce du projet canadien, le cours de Péchiney a en effet grimpé de 35,5% à la Bourse de Paris, passant de 34 à 46,3 euros, tandis que dans le même temps, l'action d'Alcan a également connu une forte hausse sur la place de Toronto. Le groupe canadien mise en outre sur la très grande ouverture du capital de Péchiney, dont le flottant (part appartenant aux investisseurs institutionnels ou au public) représente plus de 90%. En cas de réussite, le management d'Alcan s'est d'ores et déjà engagé à conserver la plupart des sites de Péchiney. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc