×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Agadir: Les fausses notes de la foire d’artisanat

Par L'Economiste | Edition N°:3433 Le 28/12/2010 | Partager

. Le «made in China» rivalise avec les produits marocains . Les exposants ont manqué d’électricité Objets en thuya, en fer forgé, en cuir… Tout le savoir-faire marocain, et plus particulièrement du Souss, était exposé la semaine dernière à Agadir sur la place Bijaouane. C’était à l’occasion d’une foire régionale de l’artisanat organisée par la Chambre d’artisanat d’Agadir en coordination avec la délégation régionale de l’Artisanat et en partenariat avec la Maison de l’Artisan pour promouvoir l’activité. «Il s’agit de créer une opportunité pour les artisans pour se faire connaître loin d’un cadre commercial où les bazaristes gagnent entièrement du terrain», souligne Bouaida Affane, président de la Chambre d’artisanat d’Agadir et sa région. A travers 96 stands, réunissant des artisans du Souss et d’autres régions du Royaume c’est donc une grande variété de produits artisanaux locaux qui ont été exhibés lors de cette rencontre. Une manifestation qui a été marquée cependant par quelques fausses notes. D’une part, le public avisé a bien remarqué que parmi la multitude d’objets exposés figuraient des produits «made in China». Un exposant explique que l’ambition était de réunir une exposition purement artisanale mais faute de temps et de moyens, certains proposent aussi des produits chinois. «Mais les visiteurs ne sont pas dupes, ils font bien la différence avec les produits faits localement», indique un observateur. La foire a aussi été marquée par quelques incidents logistiques. Durant quatre jours les exposants ont manqué d’électricité s’éclairant uniquement de lampes d’appoint. Pour Younes Douah, ex-candidat de «Sanaât Bladi», la «première édition des artisanales», réalisée en 2009 par les étudiants du master Tourisme et Communication de l’université Ibn Zohr était bien mieux organisée. De son avis, cette foire 2010 aurait été intéressante pour tous si elle avait permis aux artisans d’exposer non seulement des articles mais aussi un savoir-faire en action. Un artisan met en exergue quant à lui que le secteur de l’artisanat se porte mal à Agadir en comparaison avec les autres villes du Royaume, telle Fès par exemple.A noter que dans la région d’Agadir, le secteur de l’artisanat représente 8% du PIB régional. «Nous avons besoin d’être valorisés, indépendamment des commerçants, pour aller de l’avant, mais le problème est d’ordre foncier», poursuit le professionnel. A ce propos, il faut rappeler que dans le cadre du contrat-programme vision 2015, 9 zones sont dédiées à l’activité artisanale. Elle sont basées à Marrakech, Fès, Tanger, Meknès, Safi, Rabat, Casablanca, Laâyoune et à Agadir et couvriront une superficie totale de 450 hectares.De nos correspondantes, I.Bo & M.A

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc