×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Maroc/Rwanda
Les clés du rapprochement

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4800 Le 22/06/2016 | Partager
Grand potentiel de coopération[scald=3799:sdl_editor_representation]
L’agriculture, l’habitat, la formation professionnelle… principaux créneaux identifiés
Rabat sollicité pour son expertise dans l’INDH et le plan Maroc Vert
maroc_rwanda_000.jpg

L’accueil réservé par le Souverain au président rwandais Paul Kagame témoigne de la volonté de renforcer le rapprochement entre les deux pays. Il a été décoré par le Roi du Ouissam Al Mohammadi de classe exceptionnelle, la plus haute distinction du Royaume (Ph. MAP)

Nouvelle percée du Maroc en Afrique. Rabat poursuit la diversification de ses partenariats sur le continent, qui ne se limitent plus à ses alliés traditionnels comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou le Gabon. Aujourd’hui, la vision diplomatique du Royaume s’ouvre sur de nouveaux territoires. En témoigne l’accueil réservé par le Souverain au président du Rwanda, Paul Kagame, en visite de deux jours au Maroc depuis lundi dernier. Cérémonie d’accueil officiel présidée par le Roi à la place du Mechouar au Palais royal de Casablanca, iftar officiel donné par le Souverain… autant de signes qui témoignent de la volonté de rapprochement entre les deux pays. Le président du Rwanda, qui a eu une séance d’entretien en tête à tête avec le Roi, a été décoré du Ouissam Al Mohammadi de classe exceptionnelle, la plus haute distinction du Royaume.
Lors de cette visite officielle, le ton a été vite donné: les deux pays ambitionnent de développer leur coopération dans une logique dynamique et multiforme. Pays de taille relativement modeste, limitrophe de l’Ouganda, de la Tanzanie, du Burundi et du Congo, le Rwanda peut se positionner en tant que partenaire stratégique dans cette région de l’Afrique. Les domaines de coopération sont multiples. Globalement, ce partenariat pourrait s’articuler autour de deux axes: économique et sécuritaire. En témoigne la qualité des membres de la délégation ayant accompagné le président rwandais au Maroc. Outre les ministres des Affaires étrangères et de la Planification économique, Paul Kagame était aussi accompagné du vice-président des opérations de développement et du président de la Fédération rwandaise du secteur privé, ainsi que le secrétaire général en charge du Renseignement et de la sécurité.

maroc_rwanda_1000.jpg

Au niveau économique, les responsables rwandais veulent «examiner les moyens de promouvoir la coopération bilatérale de manière à aboutir à des résultats tangibles et pragmatiques dans des domaines tels que le logement et l’artisanat». Des membres de la délégation accompagnant le président rwandais ont aussi appelé à «intensifier les échanges entre les deux pays notamment d’expériences et d’expertises». Une coopération qui s’inscrit dans la logique de la politique africaine du Maroc, basée sur le co-développement. Le Rwanda pourrait par exemple profiter de l’expérience marocaine dans le domaine du développement humain. Certes, le pays est «régulièrement salué à l’international pour ses efforts en matière de lutte contre la pauvreté». Mais, il faut souligner que «près de 45% de sa population continue de vivre sous le seuil de la pauvreté», selon les données de la Banque mondiale. Un appui marocain dans ce domaine, notamment sur la base de l’expertise développée grâce à l’INDH, peut être d’un grand apport, dans un pays qui souffre depuis des années des séquelles du génocide. L’agriculture et l’élevage constituent également d’autres domaines de partenariat. Surtout qu’il s’agit d’un secteur qui emploie plus de 90% de la population active au Rwanda. Mais les cultures restent peu diversifiées, se limitant essentiellement aux plantations du café et du thé. Là aussi, Rabat peut faire bénéficier son partenaire de l’expérience développée grâce au plan Maroc Vert, notamment dans les volets concernant le renforcement des capacités des petits agriculteurs. Les opportunités de coopération concernent également d’autres créneaux comme le transport aérien, la formation professionnelle…

Reconfiguration géopolitique

Au-delà des aspects économiques du partenariat maroco-rwandais, il s’agit également d’un rapprochement à portée géopolitique. Rabat renforce sa présence dans une zone de l’Afrique où elle n’était pas très impliquée. En plus de l’Afrique de l’Ouest et du Nord où le Maroc compte de nombreux alliés, le renforcement des relations avec le Rwanda permettra certainement d’ouvrir de nouveaux canaux vers l’est et le sud du continent. Surtout que cela intervient dans un contexte géopolitique marqué par une série de changements. En tête la progression de la menace terroriste, avec le renforcement de certains groupes comme Boko Haram, qui sèment la terreur dans plusieurs pays de la région. L’expertise marocaine dans le domaine de lutte anti-terroriste pourrait être sollicitée. Le nouvel ancrage africain du Maroc pourrait également porter un coup dur aux ennemis de l’intégrité territoriale, qui risquent de perdre des relais sur le continent, surtout dans un contexte marqué par leur quête d’un successeur à Mohamed Abdelaziz et par la perte de crédibilité de leur thèse vis-à-vis de plusieurs pays ayant retiré leur reconnaissance du Polisario.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc