×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Médias & Com’
    H&S: Un outsider qui gagne du terrain

    Par Ayoub IBNOULFASSIH | Edition N°:4785 Le 01/06/2016 | Partager
    WB Africa table sur 100 millions de dollars à l’horizon 2019
    Présence dans une vingtaine de pays africains
    medias_com_085.jpg

    WB Africa, la nouvelle entité dont H&S Invest Holding co-détient 50% des parts, coiffe 3 filiales: Crystal Creative, une agence de conseil en stratégie de communication, Timberwolf Digital, expert en développement et création publicitaire et WB Media, spécialisée dans l’achat d’espace médias

    H&S Invest Holding restructure son portefeuille d’activité. Cette fois-ci, c’est le secteur des médias et communication qui suscite la convoitise de la holding familiale qui vient de réaliser une prise de participation de 50%, co-détenue avec Adil Besri dans le capital de WB Africa. Une entité nouvellement constituée. L’autre moitié du tour de table est détenue par deux actionnaires libanais. «L’idée est de créer un full service provider -fournisseur de service complet-  en vue d’accompagner les multinationales et entreprises basées au Maroc dans leur démarche d’ouverture sur le continent africain», lance d’emblée Moncef Belkhayat, président de WB Africa. Le nouvel entrant chapeaute 3 entités juridiques: Crystal Creative, une agence de conseil en stratégie de communication,  WB Media, spécialisée dans l’achat d’espace média et Timberwolf Digital, expert en développement et création publicitaire. WB Africa revendique déjà la place du premier réseau marocain d’agences de communication et de création d’espaces médias, à s’implanter en Afrique. Ce contrat permettra au groupe d’opérer directement dans 5 pays à travers des filiales, notamment au Maroc, en Algérie ou encore en Libye. Il permettra aussi de couvrir 25 pays africains via le partenariat exclusif avec Totem. «L’objectif est d’atteindre 100 millions de dollars à l’horizon 2019», ambitionne Moncef Belkhayat.
    En quittant le salariat, Belkhayat fonde en 2005 la holding H&S et se positionne sur le segment de la distribution au Maroc avec notamment l’acquisition de Dislog pour un investissement global de 4 millions de DH. Aujourd’hui, Dislog génère près de 87% du chiffre d’affaires consolidé, qui ressort à 2,5 milliards de DH. En 2012, Moncef Belkhayat retente l’expérience en créant un pôle communication et média. «Au bout de 3 ans et demi, nous sommes parvenus à nous hisser au 2e rang au niveau national avec 286 millions de DH de flux financiers juste après Klem», annonce Belkhayat. Ce nouveau virage stratégique a pour objectif d’accroître la part du volet communication et média dans les bénéfices du groupe, dont la part actuelle s’établit à 13% du chiffre d’affaires de la maison-mère.
    Au Maroc, H&S compte parmi ses principaux clients des acteurs de référence, tels que Procter&Gamble, Samsung, Adidas, Ettihad Airways, Delonghi Kenwood… Au fait, 98% du chiffre d’affaires est du ressort des multinationales. Pour l’ex-ministre de la Jeunesse et des sports, la politique et le business ne font pas bon ménage. «De par ma casquette politique, j’évite tout acte commercial avec une entreprise publique ou collectivité pour éluder  tout conflit d’intérêt quel qu’il soit puisque les centres d’intérêt de ces entités se trouvent ailleurs qu’au Maroc», avait déclaré Belkhayat récemment sur Atlantic radio.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc