×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La piraterie maritime diminue dans le monde

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4762 Le 29/04/2016 | Partager
    Sauf dans le golfe de Guinée, au large du Nigeria
    L’ONU veut une coopération internationale

    La baisse des actes de piraterie maritime se poursuit dans le monde, sauf dans le golfe de Guinée, au large du Nigeria. Dans son dernier rapport trimestriel, le Bureau maritime international (BMI), une branche de la Chambre de commerce internationale, a recensé 37 actes de piraterie et vols à main armée en mer dans le monde pour les trois premiers mois de 2016. L’an dernier à la même époque, il en relevait 54.
    La Somalie continue d’enregistrer zéro incident. Mais la situation sur le rivage reste fragile et il est impératif que les navires maintiennent la vigilance.
    Depuis 2012, la piraterie a fortement reculé. Et ce, grâce au déploiement de patrouilles internationales en mer, notamment au large de la Corne de l’Afrique après une vague de violentes attaques de pirates majoritairement somaliens. Mais selon les experts du BMI, le problème s’est déplacé au large des régions pétrolifères du Nigeria. De janvier à mars, 10 attaques et 44 prises d’otages ont eu lieu dans cette zone. La plupart du temps, les pirates armés s’emparent des cargaisons de fuel.
    En Asie du Sud-Est, la piraterie est également en forte chute après un pic d’attaques l’an dernier, principalement contre de petits pétroliers. Seulement six attaques sont à déplorer au premier trimestre contre 30 l’an dernier à la même période. Un bon point attribué aux actions menées par les autorités malaisiennes et indonésiennes. Cependant, l’antenne du BMI sur la piraterie, installée à Kuala-Lumpur, incite à la plus grande prudence entre le sud des Philippines et l’est de la Malaisie. Au fait, trois attaques et prises d’otages ont été menées récemment par des hommes lourdement armés. Les autorités n’ont pas encore dévoilé qui était à l’origine de ces attaques, mais des groupes islamiques basés aux Philippines sont coutumiers de ce type d’attaques avec prises d’otages près des côtes malaisiennes. Actuellement, le groupe islamiste philippin Abou Sayyaf est soupçonné de détenir 18 membres d’équipage indonésiens et malaisiens. A rappeler aussi qu’aux Philippines, un otage canadien a été exécuté par ce groupe islamiste. Les pirates attaquent surtout des navires de l’industrie pétrolière. Les actes de piraterie menacent l’aide humanitaire, les navires d’assistance mais aussi les transports logistiques. Ce qui incite à la plus grande prudence.
    Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé à une coopération internationale pour lutter contre la piraterie et les vols à main armée en mer, pour empêcher qu’ils contribuent au financement du terrorisme.  Le Conseil a invité les Etats de la région du golfe de Guinée à coopérer pour lutter contre les actes de piraterie et les vols à main armée en mer menaçant la navigation internationale, la sécurité et le développement économique de la région. Au premier trimestre 2016, le Bureau international maritime a enregistré six attaques et six tentatives dans le golfe de Guinée.

    Un texte sur la sécurité et la sûreté maritimes

    UN Sommet extraordinaire sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique, sera organisé à Lomé, au Togo, le 15 octobre 2016. Objectif: adopter un texte sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement économique et social en Afrique.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc