×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Quand le Maroc croise la Russie

    Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4759 Le 26/04/2016 | Partager
    L’exposition se poursuit à l’Espace Expressions CDG jusqu’au 10 mai
    Des œuvres de Abderrahman El Hannaoui et Igor Loguinov y sont présentées
    maroc_russie_culture_059.jpg

    Tableau de Igor Loguinov intitulé «Allah ijaal baraka» (120x120cm) (Ph. Fondation CDG)

    Après avoir organisé l’expo-ateliers «Reflet Sud» en partenariat avec le Conseil national des droits de l’homme (CNDH), la Fondation CDG propose cette fois-ci d’aller vers d’autres horizons avec l’exposition «Regard croisé: Maroc-Russie». En partenariat avec l’ambassade de Russie au Maroc, cet évènement invite deux artistes, l’un Marocain et l’autre Russe, jusqu’au 10 mai à présenter leurs travaux. «Cette exposition a pour objectif de contribuer à donner du sens et de la matière au dialogue interculturel que nous promouvons, et à faire valoir l’art de nos deux pays, le Maroc et la Russie, en tant que composante fondamentale des relations et des échanges culturels», précise Dina Naciri, directrice générale de la Fondation CDG. Cette exposition est également l’occasion de célébrer l’amitié et les liens singuliers qui unissent les deux pays. A travers «Regard croisé: Maroc-Russie», les ambassadeurs artistiques, Abderrahman El Hannaoui et Igor Loguinov, présentent chacun une série de peintures mais aussi des dessins mettant en lumière le ressenti de chacun par rapport à des situations vécues ou encore rêvées.
    Igor Loguinov est né en 1975 dans une petite ville russe du nom de Gus-Khrustalny. Aujourd’hui, il vit et travaille à Casablanca. C’est à l’université de médecine que le peintre autodidacte poursuit ses études supérieures. Il démarre sa carrière artistique en 2000 au Maroc. Loguinov a réalisé plus de 700 œuvres en 12 ans dont la plupart ont été vendues. La majorité de ses expositions se sont tenues à Casablanca et Rabat mais aussi à

    maroc_russie_culture_2_059.jpg

    Œuvre sans titre de Abderrahman El Hannaoui (180x135 cm) (Ph. Fondation CDG)

    Marrakech, Mohammedia et Settat. «Tantôt démarche néo-orientaliste, tantôt aboutissement expressif, le style forgé par Igor marque son univers imaginaire de scènes pittoresques et symboliques, explorant les thèmes les plus révélateurs d’actualité, créant ainsi un monde iconographique qui vacille entre le cubisme et le romantisme», indique à son égard le critique d’art, Abdellah Cheikh.

    Egalement autodidacte, l’artiste peintre Abderrahman El Hannaoui est né en 1964 à Casablanca. Sa passion pour l’art se révèle dès l’âge de 8 ans où il commence à réaliser au crayon des dessins de tout ce qu’il voit. Il poursuivra ses essais avec l’aquarelle, la gouache puis la peinture à l’huile. Il compte à son actif plusieurs expositions au Maroc, en France puis en Espagne. El Hannaoui travaille actuellement sur la représentation du corps en utilisant diverses techniques. «La représentation hétéroclite d’éléments réels de notre actualité donne à penser que les œuvres de cet artiste singulier sont porteuses de sens et d’allégories», note Abdellah Cheikh.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc