×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès-Meknès
    Laenser mise sur la coopération décentralisée

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4757 Le 22/04/2016 | Partager
    Son conseil régional s’allie avec la région Centre-Val de Loire, de France
    Economie sociale, développement durable, jeunesse… des axes prioritaires
    laenser_fes_meknes_057.jpg

    Mohand Laenser et François Bonneau, respectivement présidents du conseil régional de Fès-Meknès et du Centre-Val de Loire, accordent un intérêt particulier aux échanges culturels et à la jeunesse (Ph. YSA)

     

    Un mariage de raison entre le conseil régional de Fès-Meknès et la région Centre-Val de Loire. C’est ce qui a été annoncé, mercredi 20 avril 2016, à Fès, par Mohand Laenser et François Bonneau, les présidents respectifs des deux régions marocaine et française.
    Les deux élus ont signé, en effet, un accord-cadre de coopération décentralisée et de partenariat. Celui-ci érige les échanges entre leurs collectivités territoriales, les centres d’intérêt communs, ainsi que les compétences déterminant les périmètres d’intervention des deux régions respectives. D’une durée de 5 ans, la coopération entre les deux parties concerne plusieurs axes prioritaires. «Nous souhaitons développer plusieurs axes, notamment au niveau de la formation et du transfert de savoir-faire, ainsi que le dialogue interculturel», indique Laenser. Selon lui, cet accord donnera une nouvelle impulsion à la coopération décentralisée et aux échanges entre les deux régions qui remontent à novembre 2009. Date à laquelle les départements Centre-Val de Loire et Meknès-Tafilalet avaient décidé de partager leurs expériences dans le domaine des plantes aromatiques et médicinales et le tourisme à vélo à Ifrane, avec l’appui de l’Agence du développement social (ADS). Faut-il noter que la région Centre-Val de Loire concentre 40% de l’industrie pharmaceutique en France. D’où l’intérêt accordé à une coopération scientifique (plantes médicinales). L’ambition du nouvel accord s’inscrit dans «la continuité d’une histoire commune et une formidable aventure humaine et culturelle», estime François Bonneau. «Il faut fédérer les identités culturelles afin de sauvegarder le monde et en faire un espace pour mieux vivre», c’est son credo. La nouvelle charte de coopération accorde un intérêt particulier à l’enseignement supérieur qui constitue un enjeu important, le tourisme vert et la jeunesse. «Il faut s’interroger pourquoi les jeunes doutent de la démocratie. Il faut également faire de ces jeunes des citoyens en action qui acceptent le partage des valeurs et de la culture… afin de baliser l’avenir», souhaite Bonneau. Pour aller vite, ce dernier propose de passer de l’accord à un programme d’actions dans les plus brefs délais. A ce titre, un comité mixte de coopération devrait se réunir incessamment  afin d’élaborer le programme de travail. En attendant, Laenser affiche sa grande satisfaction. «Notre accord devrait consolider les socles et les moteurs indispensables à la construction d’un espace euro-méditerranéen stable, solidaire et prospère», conclut-il.
    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc