×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Clinton et Trump, en route pour la Maison Blanche

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4756 Le 21/04/2016 | Partager
Ils ont triomphé à New-York, et … du suspense
Il reste cinq primaires la semaine prochaine

Hillary Clinton (côté démocrate) et Donald Trump (côté républicain) ont remporté haut la main, mardi 19 avril, les élections primaires cruciales de New York. Ce qui augmente leur avance pour représenter leur parti à l'élection présidentielle américaine de novembre. Trump l'a remporté avec 60,5% des suffrages, contre 25,1% au gouverneur de l'Ohio John Kasich et 14,5% au sénateur ultra-conservateur du Texas Ted Cruz, avec la quasi-totalité des bulletins dépouillés. Chez les démocrates, Clinton l'a remporté par 57,9% contre 42,1% au sénateur du Vermont Bernie Sanders. La victoire de l'ancienne première dame, sénatrice et secrétaire d'Etat, la rend quasi irrattrapable dans la course à l'investiture démocrate pour la présidentielle. Elle est d’ailleurs bien placée pour remporter l'élection. Elle deviendrait ainsi la première femme à diriger les Etats- Unis. «La course à l'investiture est dans la dernière ligne droite et la victoire est en vue», a-t-elle déclaré radieuse depuis un hôtel de Manhattan, accompagnée de son mari Bill et de leur fille Chelsea. «Merci New York. Vous avez encore prouvé qu'il n'y a pas de meilleur endroit que chez soi», a-t-elle ajouté. L’abandon de ses fonctions de secrétaire d’Etat en 2013 était un signe qu’elle voudrait prendre tout son temps pour se préparer à ces échéances électorales. Chose confirmée avec l’édition de son livre «Hard choices» (Le temps des décisions), et dont la tournée dédiée était pour beaucoup une campagne électorale précoce. L’Economiste avait présenté à ses lecteurs un résumé de ce livre (cf. notre édition N° 4342 du 22/08/2014, Comment la future présidente (?) des USA voit le monde). D’autre part, la victoire de Donald Trump (habitué aux déclarations chocs) permet au milliardaire républicain de reprendre l'ascendant sur son principal adversaire, Ted Cruz, après une défaite le 5 avril dans le Wisconsin. Trump (69 ans) est à couteaux tirés avec l'appareil du parti républicain qu'il accuse de vouloir empêcher sa nomination. Tant le président Barack Obama que le chef de la diplomatie américaine John Kerry ont vivement condamné ses récents propos. Côté démocrate, Sanders a annoncé qu'il ne baissait pas les bras. «Nous avons perdu ce soir, mais il y a encore cinq primaires la semaine prochaine et je pense que nous aurons de bons résultats», a-t-il déclaré. Il était d'ailleurs parti mardi faire campagne en Pennsylvanie, tout comme John Kasich et Ted Cruz. La Pennsylvanie organise ses primaires le 26 avril, ainsi que le Connecticut, Delaware, Maryland et Rhode Island. Depuis plus de 20 ans, les primaires de New York arrivaient trop tard dans la saison pour susciter le moindre intérêt. Mais pas cette année, le processus entamé en janvier n'ayant toujours pas permis de déterminer qui sera le candidat des deux partis à l'élection présidentielle. Et trois New-Yorkais étaient dans la course.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc