×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les défauts de paiement en hausse

    Par L'Economiste | Edition N°:4754 Le 19/04/2016 | Partager

    Conjoncture défavorable, concurrence … les entrepreneurs traversent une période difficile et les défauts de paiement augmentent. L’an dernier, les sociétés affichant une note comprise entre B- et B+ ont vu leur taux de défaillance tripler, passant de 0,9% à 2,7%, rapporte Les Echos France daté du 13 avril 2016. Le journal cite d’ailleurs une étude de Deutsche Bank. Le constat est relevé aussi par l’agence de notation Moody’s. Pour l’ensemble des émetteurs ayant une note en dessous de BBB-, l’agence constate une augmentation nette des incidents de paiement sur un an. Ces derniers ont quasi doublé depuis leur niveau d’avril 2015 (inférieur à 2%), pour passer à 3,8% en avril 2016. Cette dégradation est due principalement au secteur des matières premières qui subit une chute des cours. Moody’s a enregistré 33 nouveaux cas de défaut de paiement parmi les entreprises qu’elle note au cours du premier trimestre de cette année. Pour la plupart, les sociétés en difficulté ont une activité liée au gaz, au pétrole, à l’industrie minière ou métallurgique. Moody’s prévoit une remontée progressive cette année pour atteindre un taux de défauts de 4,6% à la fin 2016. Le Maroc n’est pas épargné (cf. notre édition N° 4747 le 08/04/2016, Délais de paiement: Le fournisseur, banquier numéro un malgré lui). Selon Coface, le défaut de paiement est à l’origine de 40% des défaillances. Plus de 5.800 entreprises défaillantes ont été recensées au Maroc en 2015, soit une croissance de 15% (cf. L’Economiste du 07/04/2016). Au-delà des statistiques, c’est la tendance qui est inquiétante.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc