×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Suicide des jeunes Des solutions pour éviter le drame

    Par Karim Agoumi | Edition N°:4752 Le 15/04/2016 | Partager
    Une conférence tenue par «Sourire de Reda» pour sensibiliser le public au danger
    Les «jeunes», catégorie la plus indiquée pour agir

    Les jeunes adolescents sont nombreux à souffrir suite à un harcèlement, à un échec scolaire ou encore après la perte d’un parent. Une souffrance qui peut rapidement prendre des proportions considérables et conduire au suicide, pour le plus grand malheur de leur entourage. Pour le sortir de cette situation, le soutien d’un autre jeune est souvent préférable et représente la meilleure alternative à ce fléau. C’est pour sensibiliser le public aux moyens d’action les plus efficaces pour éviter le passage à l’acte que l’association «Sourire de Reda» a récemment tenu une conférence à la Fondation Al Saoud. Animée par le fondateur de SantéTV, Amine Sebti, la rencontre a donné la parole à des experts du domaine dont notamment la présidente de l’association, Meryeme Bouzidi Laraki. Un moyen de sensibiliser le grand public à ce phénomène inquiétant et de lui proposer des solutions concrètes.
    La souffrance des jeunes est un problème courant au Maroc. L’on apprend ainsi qu’il concernait plus de 85% d’entre eux. Ce mal-être, trop souvent banalisé, peut pourtant conduire à l’isolation de l’adolescent et à différents passages à l’acte tels que la délinquance, l’addiction à l’alcool et même au suicide dans les cas les plus graves.
    Ce dernier peut être causé par des facteurs prédisposants tels qu’un état dépressif, une situation familiale difficile ou encore un problème de santé mentale, précise Wafa Belmaachi, membre fondatrice de l’association.
    Pour éviter le drame, il est essentiel que l’adolescent concerné parle de sa souffrance. Un moyen efficace pour la personne de libérer la pression qu’il ressent à garder en lui une angoisse. Il est également conseillé de trouver des alternatives à l’isolement et pousser le jeune en question à sortir et à se sociabiliser pour ne surtout pas rester seul avec ses idées noires.
    Les jeunes sont les personnes les plus indiquées pour prévenir ces dangers, confie Belmaachi. «Ils sont intimement liés par des affinités générationnelles et donc plus aptes à se comprendre et à se parler», explique-t-elle. «Ce sont les jeunes qui sont dépositaires des confidences de leurs actes», précise par ailleurs Meryeme Bouzidi Laraki, présidente de l’association. En plus de repérer puis de tendre la main à ses «camarades» en difficulté et de les écouter, le jeune acteur de la prévention doit également prévenir un adulte s’il lui ont été révélées des idées suicidaires. Il peut également faire connaître à la personne en difficulté la plateforme «Stop silence», un espace d’écoute anonyme pour les jeunes au Maroc et en Afrique, créé par l’association et opérationnel depuis plus de cinq ans. «Les écoutants de Stop silence sont rigoureusement formés à la gestion de la crise suicidaire», précise dans ce sens la présidente. Enfin, un jeune en souffrance peut s’aider lui-même en prenant conscience de sa situation et en trouvant lui-même des solutions.

    Les signes du désespoir

    Il est possible de repérer certains signes d’un passage à l’acte imminent, souligne Belmaachi. Le jeune change ainsi brutalement de comportement du jour au lendemain. Des changements alimentaires, un manque de sommeil et une situation d’isolement sont  notamment révélateurs d’un mal-être. Mais pas seulement. Des appels aux secours «subliminaux» sont souvent lancés par le jeune en souffrance peu avant le suicide comme par exemple «Vous allez voir, ce sera mieux sans moi».

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc