×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Finances-Banques

    Masse bénéficiaire: Le marché relativise

    Par Aïda LO | Edition N°:4752 Le 15/04/2016 | Partager
    Les résultats d’Alliances et Samir pas encore publiés
    Le revenu global porté par les grands comptes, hors Maroc Telecom
    masse_benifice_bourse_052.jpg

    Les entreprises de la cote ont maintenu une politique de rétribution des actionnaires assez généreuse. La masse des dividendes ressort à 20,1 milliards de DH, un niveau quasi identique à celui de 2014 (20,3 milliards)

    Le marché ne se fait pas d’illusion vis-à-vis de la masse bénéficiaire 2015. D’ailleurs, les mouvements sur la cote sont restés quasi inchangés. Le Masi continue d’évoluer en dents de scie depuis l’annonce des résultats. Les investisseurs s’attendent à un bouleversement majeur après la publication des réalisations de Samir et Alliances. Le raffineur, en arrêt depuis août 2015, prévoit des pertes abyssales au terme de l’exercice. Le promoteur immobilier, concentré sur ses efforts de réduction de la dette, vise des résultats en berne. Ces déficits présentent une menace pour la masse bénéficiaire qui vient de renouer enfin avec les performances d’avant 2012. Pour l’heure, les revenus globaux de la cote casablancaise ont clôturé l’exercice 2015 avec une appréciation de 1,6% pour s’établir à 26,8 milliards de DH. L’avalanche des profits warnings, qui a touché les petites et moyennes capitalisations n’ont pratiquement aucun effet. La majorité des sociétés de la cote, soit 42 sociétés (contre 75 au total), ont affiché des bénéfices en amélioration. Le résultat net global, porté par les réalisations des grands comptes, a atteint, quant à lui, 26,7 milliards de DH, en croissance de 1,6%. Les plus grandes capitalisations ont enregistré 74% des bénéfices de la cote. Par secteur, les banques restent la locomotive de la masse bénéficiaire avec une contribution de 37% dans le résultat global. Et ce, en raison de la forte progression de BCP et la bonne tenue d’Attijariwafa bank dans un contexte de baisse de crédits. Le secteur bancaire est suivi par l’agroalimentaire, l’électricité puis les matériaux de construction grâce à l’évolution à deux chiffres de certains opérateurs. A l’inverse, les télécoms, l’immobilier, les assurances ont exercé un impact négatif sur la capacité bénéficiaire globale. Maroc Telecom, qui pèse 16% des revenus de la cote, a migré cette année vers les contributeurs à la baisse. L’intégration d’Atlantique Telecom dans ses comptes a nettement réduit les marges de la première capitalisation.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc