×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès veut dévoiler les secrets de la «diplo-gastronomie»

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4750 Le 13/04/2016 | Partager
    Le festival de la diplomatie culinaire invite 6 pays du 14 au 17 avril
    Eviter les repas des désaccords et prôner un art culinaire qui garantit la paix

    Les meilleurs cuisiniers de la planète pourraient-ils satisfaire les puissants de ce monde et les convaincre à rétablir la paix? En tout cas, c’est la conviction des organisateurs du 1er festival de la diplomatie culinaire qui aura lieu du 14 au 17 avril sous le thème «Diplomatie culinaire et cultures méditerranéennes au service de la paix».
    Dimanche dernier, son initiateur, Faouzi Skali, s’est réuni avec El Hadi El Mernissi, président de l’Association des hôteliers, Armand Guigui, président de la communauté israélite de Fès, et d’autres organisateurs afin de discuter des derniers préparatifs. «L’événement sera grandiose», promet Skali. Selon lui, «de nombreuses personnalités sont déjà annoncées pour son ouverture, ce jeudi 14 avril, à l’hôtel Les Mérinides». Y figurent l’Ambassadeur d’Espagne, le Marquis de Griñón, qui dirige l’Académie royale de gastronomie de Madrid et le grand Chef Iñaki Gamba, ainsi que Francesco Pisano, le responsable, auprès du directeur général de l’office des Nations unies de Genève, de la diplomatie culturelle, ainsi bien sûr que de nombreuses personnalités marocaines. Sa première soirée, comme les deux autres qui vont suivre ainsi que le déjeuner Amazigh et Hébraïque prévu sous les tentes le dimanche 17 avril, seront l’occasion d’échanges thématiques et de moments musicaux issus des différentes cultures qui sont représentées.
    En effet, cette première soirée sera introduite par des chefs et auteurs culinaires, comme Meryem Cherkaoui, Iñaki Gamba, Maguy Kakon et Fatima Amehzoune. «Nous allons aborder une thématique originale en écho avec le concept de ce festival: «La diplo-gastronomie», une expression du «soft power» sur la scène internationale», souligne l’initiateur du festival. Et d’ajouter: «les chefs d’État savent que tout se passe toujours autour d’une table… et il y a toute une diplomatie pour garantir un dialogue serein, fructueux et pérenne sur des questions épineuses, économiques, et d’avenir, le temps d’un repas». Lors des débats, il n’est pas exclu d’évoquer les coulisses de la diplomatie gastronomique. Car, satisfaire un chef d’Etat n’est pas toujours aisé et les cuisiniers des palais doivent apprendre à composer. «Ce registre comprend des histoires anecdotiques mais parfois très sérieuses comme celle du président iranien, Hassan Rohani, qui a refusé, en novembre dernier, de participer, pour sa première visite en France, à un repas à l’Élysée où serait servi du vin», rappelle l’initiateur du festival.
    Comme pour les choix politiques, les goûts des uns et des autres sont plus difficiles à connaître. Si certains grands chefs ont pris l’habitude d’appeler directement leurs homologues pour savoir quel plat travailler afin de faire plaisir à la personnalité invitée. D’autres ne composent jamais. Leurs mets cachent bien des secrets. Ceux-ci pourraient être dévoilés lors du festival de Fès.

    En attendant la COP22

    «En attendant la COP22: Patrimoines culinaires et approches environnementales; un nouvel art de vivre?». Telle est la thématique choisie pour le dîner-débat du 17 avril. Y seront conviés des experts, analystes et cuisiniers de trois villes du nord, Séville, Montpellier et Palerme et trois villes du sud, Fès, Beyrouth et Istanbul. Des Chefs cuisiniers des deux rives vont se rencontrer pour présenter leurs œuvres et faire des créations communes. Après débats et réflexions, les artistes Maxime Karoutchi, Aicha Redouane, Habib Yamine, Luis Gallego Corbella et Fernández Pacheco assureront tout au long du dîner différents intermèdes musicaux.

    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc