×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Une «vie industrielle» pour le cannabis

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4742 Le 01/04/2016 | Partager
    La thérapeutique, le domaine le plus prometteur
    Textile, construction, combustibles, des eldorados pour le chanvre
    Des dizaines d’autres applications et utilisations, jusqu’à l’alimentation
    industrie_cannabis_042.jpg

    Les diverses applications du cannabis: cordages, biocombustible ou encore construction et isolation (Ph. Adam)

    Trouver des applications au cannabis n’est pas une tâche difficile, c’est tout le contraire. Il s’agit d’une plante naturelle dont les utilisations sont extrêmement variées, la plus connue, malheureusement étant celle de produit de base pour la fabrication de haschich. Il est employé par l’être humain depuis le Néolithique et fut très largement utilisé par le passé. Il a toutefois peu à peu été fortement réglementé au cours du XXe siècle en raison de ses propriétés psychotropes dans certains de ses

    production_cannabis_042.jpg

    S’il est vrai que la superficie cultivée a connu une véritable régression lors des 15 dernières années, la production de résine de cannabis n’a pas véritablement changé. Ceci est dû à l’introduction de nouvelles variétés hybrides avec des rendements cinq fois supérieurs aux variétés traditionnelles. Elles ont été amenées d’Europe où la culture de cannabis est tolérée pour des usages industriels et médicaux. Selon des études en France, une dizaine d’hybrides différents ont déjà pu être identifiés au Maroc.

    usages.
    Mais le chanvre indien comme l’appellent les érudits a plusieurs cordes à son arc. Et c’est justement là l’une des premières applications connues de cette plante riche en fibres à tisser. Les marins depuis la nuit des temps utilisaient des cordages filés en chanvre. Avec l’augmentation de taille des bateaux et le développement du commerce international, les cordes en chanvre avaient accompagné la navigation avec des cordes pouvant atteindre des diamètres de 20 centimètres. Flexible, endurant, ce type de produit peut déjà soulever une tonne avec un diamètre d’un centimètre. Mais les applications maritimes ne s’arrêtent pas là. Le chanvre servait aussi pour fabriquer un autre élément indispensable pour les bateaux, les voiles. De même, le chanvre a permis pendant des siècles d’habiller l’homme avec un produit naturel et pas cher, avant l’avènement du coton, largement encouragé par la révolution industrielle. Chauffage, construction, de multiples applications en plus, mais les utilisations thérapeutiques du cannabis sont parmi les plus remarquables.

    production_cannabis_2_042.jpg

    Le Maroc reste l’un des principaux producteurs de la résine de cannabis dans le monde, principal dérivé psychotrope du cannabis. D’autres pays producteurs en Europe produisent du cannabis mais pour des besoins industriels et thérapeutiques

    Cette plante contient du Tétrahydrocannabinol, plus communément appelé THC. Cette molécule est le principe actif responsable des effets psychotropes du haschich à fortes doses. A faibles doses, il a des propriétés anti-inflammatoires et aurait, selon plusieurs recherches en cours, des effets sur le traitement des migraines chroniques. Cette molécule à laquelle la science a commencé récemment à s’intéresser, aurait même des effets sur le traitement du cancer, surtout au niveau des métastases. Plusieurs médicaments existent actuellement sur le marché à base de cannabis, c’est le cas par exemple du Sativex utilisé pour le traitement symptomatique de la sclérose en plaques et des effets collatéraux de certains cancers.
    Le chanvre connaît en plus d’autres utilisations, telles que la construction, notamment dans l’isolation phonique et thermique, les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques. Il s’agit de perspectives et de débouchés possibles dans le cas de la légalisation et de la régulation possibles du cannabis au Maroc.

    La construction aussi

    La construction semble devenir elle aussi un domaine dans lequel le cannabis pourrait devenir un succès. Une architecte allemande vient d’en faire l’expérience. Elle propose des produits fabriqués à base de chanvre et qui pourraient servir à la construction. C’est le cas de la cannabric. Il s’agit de blocs de fibres de cannabis mélangés avec un liant et qui pourraient remplacer les briques traditionnelles. «Les constructions avec la cannabric permettent d’atteindre des niveaux de confort thermique et acoustique sans commune mesure avec les méthodes actuelles», explique Monika Brümmer, qui a déjà testé son invention en Espagne où des maisons entières ont été édifiées avec ce type de produit. Selon elle, la cannabric permet non seulement de réduire l’empreinte carbone des constructions, elle peut même arriver à créer des empreintes négatives. En effet, la fabrication de la brique et du ciment sont des processus extrêmement énergivores, tout à fait le contraire de la cannabric. En chiffres absolus, la cannabric reste un peu plus chère actuellement qu’une brique traditionnelle, mais en cas d’industrialisation poussée, elle pourrait devenir plus rentable. D’autant plus que les gains au niveau thermique en chauffage et air conditionné permettent d’atteindre un amortissement en moins de sept ans, nuance Brümmer.

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc