×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Drame du Stade Mohammed V

    Par L'Economiste | Edition N°:4736 Le 24/03/2016 | Partager
    attentats_belgique_036.jpg

     

    ■ Un  bilan déplorable
    Le dernier match du Raja qui s’est joué samedi dernier s’est tristement terminé. Trois morts, 55 blessés, de nombreuses voitures abîmées par des jets de pierre… Une véritable hécatombe! Et même si les prochains matchs joués au complexe par l’équipe seront à huis clos et qu’elle devra payer une amende assez importante, cela est insuffisant! Le ministère de l’Intérieur doit prendre des mesures sérieuses et ne pas se limiter à de simples sanctions. En effet, il faut préciser que chaque week-end, le quartier est pris d’assaut par des supporters «enragés» et la santé des habitants de la région mais également des autres supporters plus «civilisés» est clairement menacée! Il faut réagir et rapidement!
    H.P.

    ■ Réagissons!
    Le lourd bilan du week-end dernier donne à réfléchir… De violentes échauffourées ont éclaté entre deux groupes de supporters du Raja armés de pierres, de barres de fer ou encore de fumigènes. Et ce ne sont pas les sanctions tombées immédiatement et consistant en des matchs à huis clos et en une amende à payer qui vont changer la donne. A mon sens, il faut remonter à l’origine du problème. Les jeunes concernés ne sont là que pour se battre. Il faudrait à mon avis que des associations intègrent ces jeunes dans des centres afin qu’ils puissent canaliser leur violence dans le sport, la musique ou encore les études. Dynamiser la vie sportive et culturelle des quartiers délabrés de Casablanca devient à mon sens une priorité!
    T.A.

    ■ Une absence de réaction de la part des autorités
    Comment se fait-il que le directeur de la société de développement locale (SDL) Casa Event et Animation a autorisé la tenue d’une rencontre au Stade Mohammed V malgré le fait que le stade était en plein travaux? Pourquoi a-t-il refusé d’annuler l’événement? Par ailleurs, comment se fait-il que le maire de Casablanca, qui est le supérieur hiérarchique des dirigeants de SDL, n’a rien dit et rien fait, malgré les risques de violences?  Pourquoi a-t-il refusé d’ordonner l’annulation de l’événement? Comment se fait-il enfin que le wali de Casablanca  n’a rien fait alors qu’en vertu de ses pouvoirs, il peut interdire tout événement pour risques de trouble à l’ordre public? Pourquoi a-t-il refusé d’annuler l’événement en vertu de ses pouvoirs de wali? Ce qui s’est passé est absolument dramatique! On ne peut pas dire que l’on ne savait pas qu’il y avait un risque. Les responsables doivent assumer leurs décisions. En autorisant des matchs de plus en plus violents et en refusant d’écouter les habitants de Casablanca, ils ont une responsabilité directe!
    Thomas S. Guerrin

                                                            

    ■ Ouverture d’Ikea au Maroc: Un système qui pourrait ne pas plaire
    Votre article sur Ikea datant du 17 mars dernier m’a fait beaucoup réfléchir. Le premier magasin de l’enseigne a récemment ouvert à Zenata. Lors de son inauguration, une véritable foule de Marocains était présente. L’on pourrait cependant avoir la curiosité de se demander si le géant des meubles en kit suédois séduira le public casablancais… En effet, à Ikea, c’est au client de récupérer lui-même son meuble, de le transporter et surtout de le monter. Un système appelé «flat pack» permet une réelle économie de volume et un transport facile en voiture. De quoi encourager les Marocains à bricoler… Mais ce n’est pas gagné! En effet, les Marocains aiment déléguer leurs différentes «tâches» quotidiennes aux «M3alem», qu’il s’agisse de chauffeurs, de boulangers, de barbiers ou encore d’artisans… Je pense que les marocains aiment également ne pas se «prendre la tête» et choisissent toujours la solution de facilité. Alors monter son propre meuble, ce n’est pas une philosophie qui plaira à tout le monde ! Bien entendu, les Marocains bricoleurs existent, mais ne représentent pas la majorité de la population à mon sens. o
    G.A.

                                                            

    ■ Revoir la loi sur les partis
    L’éditorial du lundi 1er février de L’Économiste intitulé «Machine cassée» (sur les ressorts de la croissance) était excellent, tant par la pertinence de l’analyse que par la clarté de la démonstration.  Mes sincères félicitations! Mais je voudrais surtout relever le paragraphe ci-après: «Un score qui donne des arguments à ceux qui ne voulaient pas ou qui ne veulent plus d’un système démocratique pour sélectionner les gouvernants. Il est évidemment hors de question de les suivre sur ce chemin». Bien qu’il soit hors de question de remettre en cause les choix démocratiques du pays, nous ne pouvons rester les mains liées et continuer à subir un système incapable de faire émerger les meilleurs gouvernants possibles. Une des clefs pour sortir de cette situation est la mise à niveau de nos partis politiques qui sont les «fournisseurs» de gouvernants. Cela ne peut se faire, à mon avis, que par la loi. Je pense qu’il est temps de procéder à une refonte totale de la loi sur les partis politiques.
     M’H. Grine

    ■ Avez-vous perdu la tête?
    Cher L’Economiste, je vous trouve bien trop sympathique avec le gouvernement de monsieur Benkirane. Vous écrivez que la croissance tombera en dessous de 1% en 2016 et en titre, vous mettez que «Bank Al-Maghrib soutient la croissance». On vous a connu plus avisé. Avez-vous perdu la tête? Alors s’il vous plaît retrouvez votre neutralité. Le monde des affaires a besoin de votre impartialité.
    Jamal B.

    ■ Programme anti-corruption de l’OCDE: Une excellente initiative
    J’ai été agréablement surpris par votre article annonçant le lancement d’un programme anti-corruption par l’OCDE paru le 17 mars dernier. Un projet dont l’objectif consiste avant tout à renforcer l’intégrité du secteur public au Maroc, mais également à favoriser une meilleure connaissance par les citoyens de leurs droits. Il était temps de faire bouger les choses à ce niveau-là et de mettre par ailleurs à contribution les ONG pour lutter activement contre ce fléau. En effet, la corruption existe bel et bien dans le secteur public marocain. Il peut s’agir de corruption à interface directe avec les citoyens comme par exemple l’obtention de documents administratifs. Mais pas seulement… La corruption est également présente au niveau des appels d’offres lancés par l’administration concernant les marchés publics. Il faut continuer les efforts dans ce sens et encourager les plaintes des citoyens et la dénonciation de tout comportement suspect!
    H.O.

                                                            

    ■ Attentats de Bruxelles: De qui se moquent les Européens?
    Tout d’abord, mes sincères condoléances aux familles des victimes des attentats de Bruxelles. J’ai des neveux en Belgique et des amis aussi. Je souffre autant et plus que personne ce malheur, ces attaques contre les Musulmans, les Chrétiens, les Juifs et tous les autres humains. (…) Je suis autorisé à dire franchement ce qui est arrivé. Et là ça ne va pas, pas du tout!  Qu’aurions-nous dit à notre gouvernement, à notre ministre de l’Intérieur, s’ils avaient fait toute une campagne de communication sur l’arrestation d’un terroriste, mais en laissant juste à côté toute une bande en train de préparer des attentats encore bien pires? Or c’est ce que les politiciens français et belges ont fait: ils ont sommé leurs citoyens d’admirer leur action sans même prendre des précautions élémentaires pour la sécurité des habitants! Ce qui me fâche encore plus, c’est qu’ils veulent qu’on les admire ici aussi, qu’on suive leur exemple (…mais quel exemple?...). Laisser monter dans un avion un individu affichant ses ambitions terroristes, avec tout un arsenal dans son sac de voyage plus une bonbonne de gaz? Et répondre à l’agence de presse AFP qu’une bonbonne de gaz ce n’est pas un explosif puisque c’est un «combustible»?!! Mais de qui se moquent nos voisins européens qui nous donnent des leçons à tour de bras?
    Mardoc.  Z. de Casablanca

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc