×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Espagne: Podemos déchiré par la guerre des chefs

Par Soufiane NAKRI | Edition N°:4732 Le 18/03/2016 | Partager
Le numéro 3 du parti a été brutalement limogé
Des divergences sur la participation au gouvernement
podemos_032.jpg

Le secrétaire général du parti politique espagnol Podemos, Pablo Iglesias, a pris une décision unilatérale en limogeant son numéro 3 (Ph. AFP)

Podemos, le parti qui liguait tous les «Indignés» et les adversaires de l’austérité, traverse une crise sans précédent. Ce mouvement est gagné par la guerre des chefs, un peu comme les vieux partis traditionnels dont il voulait être le contre-exemple. Le secrétaire général de Podemos, Pablo Iglesias, vient de rendre public un communiqué dans lequel il limoge le numéro 3 du parti, Sergio Pascual. Il lui reproche «une gestion déficiente qui a gravement nui à Podemos, dans une délicate période de négociations pour former un gouvernement du changement». C’est bien des divergences de fond sur l’opportunité de participer au gouvernement qui apparaissent au grand jour. La décision de «débarquer» ce haut responsable du parti a surpris les militants d’autant plus qu’elle a été prise sans convoquer l’organe de la direction. Ce qui remet en cause leur management interne.
La crise de croissance que traverse Podemos pourrait être lourde de conséquences. Ces tensions internes pourraient impacter la crédibilité du parti qui a connu son heure de gloire lors des dernières élections.  Quelques jours avant ce limogeage du numéro 3, dix membres de la direction de Podemos en Galice ont démissionné, suivis par dix autres à la direction du parti à Madrid. Principale explication: le manque de projet et de visibilité du dirigeant local.
Troisième force politique depuis les législatives du 20 décembre 2015 en Espagne, Podemos est pourtant en apparence en position de force. Il compte 65 députés sur 350. Le parti est une mosaïque de mouvements dont les intérêts et le positionnement sont différents: plateformes citoyennes, organisations sociales, petits partis, organisations universitaires, etc.
Podemos est né d’un vaste rassemblement des «Indignés» par l'austérité à Madrid en 2011, des militants d'un parti altermondialiste «Izquierda anticapitalista» (gauche anticapitaliste) et d'anciens du parti écolo-communiste «Izquierda Unida» (gauche unie) dont Pablo Iglesias, lui-même accusé de vouloir exercer un strict contrôle sur ses troupes.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc