×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Tétouan/ Facultés: La tension couve toujours

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4731 Le 17/03/2016 | Partager
Des étudiants refusent de passer les examens de rattrapage et cherchent à empêcher les autres de le faire
Calme précaire après le grabuge de mardi
Les incidents risquent de reprendre à tout moment
tetouan_faculte_031.jpg

Le calme est revenu à la Fac de Tétouan, mais la tension risque d’atteindre les autres sites universitaires comme celui de Martil (Ph. Hatim)

Le climat de tension actuel qui sévit dans les différentes universités du pays, en particulier Fès, s’est propagé à Tétouan. Après la Faculté des sciences, c’est au tour de celle des Lettres et Sciences sociales de Martil de s’inscrire en solidarité avec l’Unem, le mouvement estudiantin meneur. Si, pour l’instant, le calme semble être revenu, il n’est pas à écarter que les tensions puissent reprendre dans les prochaines semaines.
En effet, la tension couve depuis quelque temps déjà à Tétouan. Tout au long des derniers mois, l’antenne locale de l’Unem menait des actions de protestation et des sit-in au sein de la fac des sciences de Tétouan. Si ces actions n’ont causé aucun incident, elles ont par contre eu des effets sur les notes de ces étudiants lors des examens, entraînant automatiquement un passage par les séances de rattrapage. Une situation que les étudiants protestataires refusent. Pour eux, c’est une année blanche qu’il faudrait instaurer, inspirés par l’exemple des enseignants stagiaires. Une situation qui a dérapé mardi dernier. Ces étudiants n’ont pas seulement refusé de passer les examens mais ont cherché à empêcher leurs camarades de les passer, ce qui a entraîné l’entrée en action des forces de l’ordre, selon plusieurs témoins.
Les incidents qui se sont même propagés aux environs de la faculté auraient laissé quelques blessés parmi les forces de l’ordre et les étudiants. Une dizaine d’étudiants ont été interpellés, ils ont commencé à être relâchés le soir même. Les protestations se sont poursuivies jusqu’au centre-ville où elles ont été rapidement jugulées par les forces de l’ordre, sans que de nouveaux incidents ne soient enregistrés. Les facultés à Tétouan n’ont jamais été un exemple de stabilité, les différentes factions du mouvement estudiantin, avec à leur tête l’Unem, y étant fortement implantées, à l’inverse de la Fac de Tanger. Lors des dernières années, une certaine immunité s’était installée, entraînant un semblant de stabilité. Mais depuis le début de cette année universitaire, le climat semblait chauffer, exacerbé par ce qui se passait dans d’autres campus, avec comme point culminant les incidents de mardi dernier.
De notre correspondant,
 Ali ABJIOU

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc