×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Syrie: Le retrait partiel russe dope les négociations

Par Soufiane NAKRI | Edition N°:4730 Le 16/03/2016 | Partager
L’envoyé spécial de l’ONU salue un «développement significatif»
Mais l’opposition au régime de Damas reste prudente
syrie_troupe_russe_030.jpg

L’aviation russe continuera ses frappes, malgré le retrait de Syrie de la majeure partie du contingent militaire russe (Ph. AFP)

Moins de 24 heures après l’annonce surprise du président Vladimir Poutine, les troupes russes ont entamé hier, mardi 15 mars, le processus de retrait de la majeure partie des forces présentes en Syrie tout en maintenant partiellement l’aviation qui continuera, le cas échéant, les frappes. Les premiers pilotes et avions revenus de Syrie ont été accueillis par des responsables sur une base militaire du sud-ouest de la Russie.

Il s’agit de la première phase du désengagement voulu par le président russe présentée comme une «mesure de facilitation» du processus de négociation actuel en Suisse entre le pouvoir syrien et l’opposition.  Pour le chef du Kremlin, il est logique que les troupes russes se retirent après avoir atteint l’essentiel des objectifs fixés par Moscou en Syrie.  Le retrait de l’armée russe a été salué par l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, qui a parlé de «développement significatif» et espère un impact positif sur l’état d’avancement des négociations en cours. En revanche, l’opposition syrienne, qui veut la mise en place dans les six mois qui viennent d’un organe de transition, a accueilli la nouvelle avec une grande prudence. «Nous devons vérifier la nature de cette décision et sa signification», a déclaré Salem Al-Meslet, porte-parole de la délégation du Haut comité des négociations (HCN). L’opposition syrienne reste divisée malgré des tentatives de réunification. Première «conséquence» sur le terrain: le front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, a interprété ce retrait partiel des troupes russes comme  une «défaite» et annonce une offensive dans les 48 heures.

La situation syrienne semble inextricable à l’heure actuelle et elle cristallise les enjeux aussi bien locaux, régionaux qu’internationaux. Dans le cadre d’une opération de lutte contre le terrorisme, en soutien au régime de Bachar Al-Assad, la Russie avait débuté sa campagne militaire en Syrie fin septembre 2015. Le conflit syrien touche à sa sixième année consécutive, en faisant 270.000 morts, 1 million de blessés et 8 millions d’habitants ont quitté leur foyer, provoquant une importante crise migratoire.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc