×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:4701 Le 04/02/2016 | Partager

    Agriculture: Luttons contre la sécheresse!

    Il y a urgence!
    J’ai apprécié les mesures qui ont été prévues pour lutter contre la sécheresse en milieu agricole. Le gouvernement vient

    en effet de tenir une réunion à cet effet et a décidé de mettre en œuvre un important programme. Il faut dire qu’il y avait urgence! La campagne 2015 – 2016 a enregistré un déficit pluviométrique de 63% comparé à une année normale. Le plan d’action s’articule autour de trois axes principaux. Il a d’abord été décidé d’approvisionner toutes les régions du Royaume en orge via 72 centres de proximité. Le second axe consiste à protéger les ressources végétales et à assurer l’irrigation des plantations irriguées par les eaux de pluie sur une superficie de près de 93.000 ha. Le troisième axe revient quant à lui à assurer l’accès en eau potable aux régions et aux zones rurales les plus reculées. Objectif: sauvegarder leurs cultures vivrières ainsi que leur cheptel. Je pense que cette initiative est bonne, mais pas suffisante. Il faudrait également puiser dans les réserves de nos nombreux barrages et réaliser des économies d’eau à grande échelle. Autre mesure envisageable, éduquer le citoyen sur la nature de ces sécheresses.                
    T.P.

    Sensibiliser le citoyen avant tout
    La sécheresse est un phénomène qui, malheureusement, frappe notre pays. D’autant plus que notre économie est largement conditionnée par la pluviométrie. Quand la pluie tombe, l’économie va bien. Je pense que les mesures prises par le gouvernement demeurent bien trop timides. Avant de parler sécheresse, il est préférable de sensibiliser les ménages sur la nécessité de réduire nos consommations d’eau. Un volet ignoré par le gouvernement et qui constitue l’épine dorsale du sujet.  Faire la prière c’est bien, mais je pense que l’Etat doit également soutenir les entreprises opérant dans le domaine de l’agriculture pour le développement d’autres techniques pertinentes qui permettront de trouver des solutions scientifiques à ce phénomène.
     H.O

    La croissance économique particulièrement menacée
    L’économie marocaine va mal. Elle est particulièrement menacée. Cela est lié aux conditions climatiques récentes qui influent sur les performances du secteur agricole. Mais pas seulement. L’on peut expliquer cette crise économique par l’instabilité politique qui frappe actuellement l’Afrique du Nord, impactant directement les performances touristiques du pays. Enfin, le troisième facteur principal demeure l’incapacité à remédier au niveau élevé du chômage. Je pense qu’il faudrait davantage mettre à profit l’eau des barrages pour irriguer les cultures du Royaume, en espérant bien évidemment que la pluie pointe le bout de son nez. En ce qui concerne le chômage, il faudrait par exemple créer des formations adaptées aux besoins du marché pour les jeunes à la recherche d’emplois. Une démarche qui existe déjà actuellement, mais qui n’est pas suffisamment développée au sein du pays. Tout n’est cependant pas perdu concernant l’économie du pays. En effet, la multiplication des infrastructures et le développement du secteur des services tirent bel et bien l’économie vers le haut.
    H.P.
     

     

    Turquie: Erdogan dérange-t-il  l’Occident?
    Je souhaite réagir à une tribune de Dominique Moisi, enseignant à Sciences Po, parue le 28 janvier dernier. Le professeur doit être franc avec les lecteurs. Qu'est-ce qui dérange l'Occident? La Turquie... ou Erdogan? Un jour j'ai posé la question à un Européen (sic) et la réponse était claire mais bête: ce sont les deux. Et il continua sa réponse en avançant qu’Erdogan contribuera à l'affaiblissement de cette Turquie qui ne rentra jamais en UE. Pourquoi? Et bien parce que Erdogan a dit un jour que la femme n'est pas l'égal de l'homme! Fin de réponse. La vérité est que l'Occident est gêné par ce pays qui a une grande richesse historique et présente maintenant le rythme de croissance le plus élevé en Europe. La montée de la pensée islamique pourrait renforcer tout cela et mettra en péril l'idéologie occidentale. La Turquie et Erdogan font peur à l'Europe et l'intimident, pas du côté sécuritaire mais du côté moral. L'histoire, nous la connaissons et ne sera pas bafouée par quelques agissements venant de penseurs qui servent juste leurs causes.   

    Y.R.

    Tensions entre le PJD et les partis de sa coalition
    Le PJD dirige actuellement le pays avec une coalition. Néanmoins, de nombreuses rumeurs circulent actuellement sur les tensions entre le PJD et certains partis de cette coalition. Les ministres et les partis en question doivent obéir au chef du gouvernement élu par la majorité des Marocains. Ceci est un principe de base de la démocratie qui existe dans toutes

    les monarchies constitutionnelles de la planète. S’ils ne sont pas contents, alors personne ne les empêche de quitter le gouvernement et de voter des législatives anticipées, comme cela se fait dans toutes les monarchies démocratiques du monde. S’ils n’ont pas le courage de déclencher des législatives anticipées, alors qu’ils se taisent et montrent un peu de maturité.

     

     T.G.
     

    Policiers embusqués

    Décidément, l’on fait tout pour compliquer la circulation. Ainsi, au niveau du feu entre Anfa place et Mégarama, l’accès vers la route menant vers l’ancien complexe du dawliz a été interdit. Il permettait pourtant de désengorger ce feu! Souvent excédés par la longue file interminable de voitures, certains automobilistes bravent l’interdiction et, comme par hasard, des policiers embusqués se trouvent à cet endroit pour les piéger. J’appelle cela de l’arnaque organisée! Il aurait été bien plus pratique de placer un rond point permettant le désengagement vers la gauche et de diminuer par ailleurs la file d’attente sur ce feu. Mais, entre faciliter la vie des citoyens et leur extorquer des amendes, le choix est vite fait !
    Sami mustapha

    Musée Mohammed VI: Un tremplin vers l’international
    Une bonne nouvelle. Le Musée Mohammed VI est en train de se hisser à un niveau international. C’est en tout cas ce que nous apprend l’article sur le sujet paru dans votre journal du 28 janvier dernier. Il faut dire que l’espace culturel vient de présenter au public une exposition de grande envergure: l’exposition monographique de César. Il s’agit ni plus ni moins de la première exposition jamais réalisée en Afrique et dans le monde arabe sur César Baldaccini, l’un des plus grands artistes sculpteurs du XXe siècle. Elle présente au public des œuvres d’art visuellement impressionnantes dont notamment «Le pouce», une œuvre de 7 tonnes pour plus de 6 mètres de haut. L’on peut également admirer des «compressions» de bouteilles en verre ou encore d’une voiture! Une autre exposition de renom est prévue en avril, qui portera sur l’œuvre du peintre sculpteur Alberto Giacometti. Tout ceci m’impressionne et porte à croire que le pays n’est pas à la ramasse en matière de culture et d’art. La stratégie du musée consiste en fait à alterner entre artistes de renommée internationale et artistes locaux, afin de tirer ces derniers vers le haut. Une excellente initiative qui permettra aux artistes marocains de côtoyer la scène artistique mondiale et de se faire connaître à l’étranger.
     H.O.

    Responsables commerciaux, «les stars du marché»
    Je vous félicite pour votre enquête «Salaire des cadres 2016». Je souhaitais confirmer votre remarque sur le recrutement des «Responsables commerciaux». J’ai reçu le mois de janvier six propositions d’entretien. Bravo et bonne continuation.
    Yassine.A  de  Casablanca
     

    Des toilettes publiques à Casablanca: Une excellente idée!
    Le manque de toilettes représente l’un des points faibles de la ville de Casablanca. L’absence d’endroits pour se «soulager» donne en effet une mauvaise impression aux touristes en visite au Maroc. Fort heureusement, les choses pourraient bel et bien changer. Près de 60 toilettes publiques ont été installées au sein de la ville blanche selon votre article sur le sujet paru le 1er février. Plusieurs ont notamment été déployées sur l’arrondissement Sidi Belyout. D’autres pourraient par la suite voir le jour dans de nombreux autres quartiers, dont notamment Maârif,  Hay Hassani ou encore Mers Sultan. Pour un tarif de 1 DH, les passants ont désormais accès à des toilettes répondant aux normes d’hygiène et équipées de lavabos, de porte-manteau et de papier hygiénique. Elles seront entretenues par un personnel dédié qui veille également au respect des normes d’hygiène. Au total, la ville devrait bientôt être dotée d’une offre supplémentaire de plus de 60 toilettes publiques. Je pense que cette initiative est particulièrement louable. Les Casablancais avaient largement besoin de toilettes publiques. Pour se soulager, la plupart envahissaient restaurants ou encore cafés, ce qui n’était absolument pas approprié. Certains allaient même jusqu’à investir les murs et les jardins!
    G.O.
     

    Violences dans les facs: Une réaction de Daoudi

     

    • Le ministre de l’Enseignement supérieur a été interpellé par notre éditorial du 27 janvier
    Les accrochages violents qui ont eu lieu ces derniers jours à Agadir et à Marrakech se sont déroulés à l’entrée principale de la cité universitaire d’Agadir et en-dehors de celle de Marrakech. Ils ont opposé des factions idéologiques dont certains de leurs membres n’appartiennent pas à l’université. Ceci explique les événements déplorables qui ont causé hélas la mort de deux jeunes qui n’étaient pas, au titre de l’année académique en cours, inscrits ni à l’Université Ibn Zohr d’Agadir ni à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech. Ils n’ont donc pas la qualité d’étudiant.
    Aussi, et contrairement à ce qui a été rapporté dans ledit éditorial, le ministère assume, en effet, pleinement sa responsabilité en ayant mis en place un dispositif de discussion, tel que prévu dans les règlements intérieurs des universités, consistant à exclure tout étudiant impliqué dans des actes de violence et de vandalisme au sein des établissements universitaires. De même que le résidant impliqué dans de pareils actes. La bourse d’études octroyée par le ministère lui sera également suspendue.
    Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc