×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Mode

    Fashion Week printemps été 2016: Retour sur les grandes tendances

    Par L'Economiste | Edition N°:4697 Le 29/01/2016 | Partager

    «ELLES», ce sont ces pièces d’exception entièrement réalisées à la main dans les ateliers parisiens. Une Fashion Week dédiée aux tendances de l’été, pour une valse de créations où broderies, dentelles, et parures, nous entraînent dans le tourbillon d’un rêve éveillé.
    La distinction entre le prêt-à-porter et la haute couture n’est pas toujours évidente pour tout le monde, mais elle existe bel et bien. Comme son nom l’indique, le prêt-à-porter est immédiatement commercialisable, ce qui, a contrario, ne l’est pas toujours pour la Haute Couture. Conçue pour une clientèle  exclusive (une petite centaine à travers le monde), elle sert de vitrine aux couturiers. La haute couture, un domaine élitiste ou siègent en permanence quelques maisons telles que Chanel, Dior, Jean Paul Gaultier, Maison Margiela. A celles-ci s’ajoutent quelques maisons étrangères comme Versace, Valentino ou Elie Saab et enfin, des membres invités comme Zuhair Murad qui n’obtiennent l’autorisation de défiler que pour une année. Appellation juridiquement protégée par la Fédération française de la couture, la qualité de haute couture n’est attribuée qu’aux maisons de luxe répondant à des critères stricts: 25 tenues par collection, fabriquées à la main par une équipe de 20 personnes au minimum, dans les ateliers parisiens de la maison.
    Des collections ensuite présentées lors d’un rendez-vous bi-annuel, comme celui qui a eu lieu cette semaine à Paris. La Fashion Week parisienne a été marquée par Dior, qui après le départ de Raf Simons a présenté une collection imaginée par son studio de création. La créatrice Yiqing Yin a aussi surpris. Sa maison éponyme a reçu le 16 décembre dernier le prestigieux label Haute Couture. Autres découvertes, l’invitation, cette saison, de trois nouveaux membres qui intègrent le calendrier officiel. Tout d’abord Iris Van Herpen, créatrice néerlandaise âgée de 31 ans, qui étonne par ses créations sculpturales, ses impressions 3D et sa maîtrise pour travailler des matières innovantes. Yacine Aouadi, originaire de Marseille, personnage discret, qui nous entraîne dans des histoires magiques où la fantaisie se mêle à la féérie. Enfin Guo Pei, artiste, créatrice, qui a installé son atelier à Paris et qui a créé l’événement en sculptant ses robes pour en faire de véritables œuvres d’art.
    Aysha HAKAM

                                                                 

     

    ■ La plus belle scénographie

     

    QU’ATTENDRE de la haute couture sinon qu’elle évoque quelque chose de l’ordre du rêve, du désir, du lointain et du déplacement des sens. La couture ne raconte pas le monde, elle en redit les atouts fantasmés… Pour sa nouvelle collection, Karl Lagerfeld a choisi comme thème l’écologie en le transportant dans un jardin zen, sous la verrière du Grand Palais. Les tops, vêtus de couleurs douces, subtiles, sortaient d’une structure en bois, à un rythme lent mais fluide. Les matières naturelles comme la paille composent les broderies. Une collection que le couturier, toujours enclin à capter l’air du temps qualifie de pas «vraiment bling-bling, tapis rouge». Côté beauté, les volumineux chignons et le maquillage (deux traits de crayons le long de l’œil) s’inspirent d’une sculpture en plâtre de Picasso, actuellement exposée au Musée d’art moderne de New York. Côté people, les actrices Diane Kruger, Gwyneth Paltrow étaient parmi les célébrités présentes au défilé, de même que le mannequin Cara Delevingne, qui a fait sensation en s’installant au premier rang avec son chien!

                                                                 

     

    ■ Le nouveau visage

     

    CRÉATEUR invité cette année, Yacine Aouadi a fait sensation.
    Si cette maison vous est inconnue, elle ne l’est pas du monde de la mode. Yacine a fait ses armes chez Balmain aux côtés de Christophe Decarnin puis d’Olivier Rousteing (excusez du peu!).  Notre coup de cœur pour ce jeune créateur est complet! Rien à voir avec les shows spectaculaires des grandes maisons de luxe: Sa collection célèbre l’amour passé sous rayon X, ses silhouettes s’inspirent des années 1920, dans une palette de rose qui fait la part belle à l’organza, mais aussi au cuir de python, au cuir d’agneau velours, aux broderies et aux transparences, pour des silhouettes délicates.

                                                                 

     

    ■ Le défilé le plus attendu

     

    Tout le monde attendait avidement le défilé Dior et pour cause ! C’est un des incontournables de la Fashion Week parisienne. Mais cette édition avait un goût particulier, comme si quelque chose manquait… ou plutôt quelqu’un ! On a découvert des pièces nettement plus accessibles, où les femmes Dior se veulent plus libres et où elles affirment leur style définissant «... un nouveau réalisme de la couture».
    Le studio a réinterprété des classiques de la maison française tels que la veste Bar twistée de nœuds, les porte-bonheur brodés sur les vêtements … C’est moderne et terriblement joli. C’est Couture sans en avoir l’air. C’est Naturel pour une sophistication spontanée. En résumé du chic, de la sobriété (trop peut-être), mais il manquait selon nous la marque du maître…o Selon nous, car la collection a séduit les nombreuses personnalités présentes, toutes habillées en Dior pour l’occasion.

                                                                 

     

    Les premiers pas  Les premiers pas

     

    LA maison Yiqing Yin, fondée par la créatrice française d'origine chinoise du même nom, a présenté des drapés élaborés, froissés travaillés, plissés étudiés. Elle signe avec «Blooming ashes» («Les cendres qui s'épanouissent») sa première collection depuis son entrée dans le cercle ultra fermé de la haute couture parisienne. A 30 ans, cette créatrice est connue pour sa maîtrise du pli, un art qu'elle décline avec délicatesse sur des matières comme la fourrure, la mousseline ou l'organza. Avec le cuir, elle fait des bustiers tressés avec des lanières ou des harnais pour une femme «dans la toute puissance de sa fragilité». Spectaculaire, elle clôture le défilé avec une «créature» vêtue de lumières LED et de cordes de piano, un modèle co-créé avec le sculpteur Bastien Carré.

                                                                 

     

    ■ Des grands venus d’Orient

     

    EN marge de la Fashion Week parisienne, l’Oriental Fashion Show (initié il y a douze ans par Hind Jourad) nous a fait découvrir  un panel de six maisons de « Haute Couture » Orientale, au George V Four Seasons Paris. Et les créateurs orientaux ne se cantonnent pas à un rôle de figuration. Inspirés par la magnificence de leurs origines, ils font de la haute couture orientale la digne héritière d’un patrimoine culturel riche et raffiné. S’ils représentent aujourd’hui l’élégance et le rêve, c’est qu’ils ont su s’appuyer sur un savoir-faire séculaire  pour le mettre au service de la créativité. Lors de cette nouvelle édition, nous avons fait escale en Égypte, au Maroc, au Koweit et au Liban pour découvrir quelques créateurs de renom au travers de leurs nouvelles collections. En parlant du Maroc, Lamia Lakhsassi créatrice casablancaise, a présenté la nouvelle collection de sa marque éponyme. Silhouettes élégantes, étoffes somptueuses, elle a su se distinguer par les factures sophistiquées de ses créations, aussi intemporelles qu’audacieuses. Sa signature ? La couleur. Vibrante, riche, et harmonieuse, comme tout ce pan du patrimoine marocain qui trouve un nouveau souffle dans l’univers pointu de la créatrice.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc