×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    El Malki au Club de L’Economiste
    Les priorités de l’USFP pour 2016

    Par L'Economiste | Edition N°:4688 Le 18/01/2016 | Partager
    Préparation des élections législatives
    La création d’un pôle de gauche au menu

    «L’USFP ne mourra jamais». La phrase de Habib El Malki, qui était l’invité du Club de L’Economiste vendredi dernier,  retentit comme un cri de cœur, dans un contexte marqué par un net recul lors des dernières élections. En effet, la formation a perdu de son aura et des observateurs vont jusqu’à lui prédire une fin de parcours. Face à ce pessimisme, le président de la commission administrative, le parlement du parti, ne baisse pas les bras. Et pour cause, le parti a préparé un plan de relance. Ainsi, la priorité n°1 sera le test des prochaines législatives. El Malki a d’ailleurs annoncé sa candidature pour les élections de septembre prochain. Mais attention! L’USFP garde sa place dans l’opposition et ne veut pas suivre l’exemple de l’Istiqlal qui a rompu ses liens avec le PAM pour se rapprocher encore une fois du PJD. En tout cas, au niveau du Parlement, il n’y a plus de coordination entre les partis d’opposition. Mais le jeu des alliances découlera des résultats obtenus lors des élections de septembre prochain. C’est à partir de ces données que la formation dirigée par Driss Lachgar décidera dans quel camp se ranger.
    En attendant, El Malki annonce trois tâches prioritaires pour cette année. La première est de «resserrer les rangs des socialistes, en ouvrant le débat avec tous les mécontents qui avaient claqué les portes du parti». Il ratisse large, de l’époque de l’Alternance en 1998 à aujourd’hui. Dans cette opération et malgré les difficultés de réunir sous la chapelle de l’USFP bien des barons de la politique, Malki reste optimiste: «L’impact est positif, sauf pour ceux qui ont d’autres ambitions», dit-il.
    L’autre tâche aussi difficile reste l’ambition de constituer un pôle de gauche, à travers un projet de plateforme politique, une sorte de charte, note-t-il. D’ailleurs, l’USFP compte contacter le PSU, Congrès Ittihadi, Annahj,… Même le PPS sera approché, confie l’ancien ministre. Il reconnaît toutefois les difficultés de cette tâche pour 2016.  Autre priorité, la préparation des élections à travers une sorte de remise à plat du corpus électoral. Le parti cherchera à revoir les textes de loi comme notamment le seuil de 5%, (défavorable aux petits partis, particulièrement les composantes de gauche), le mode de scrutin,… En parallèle, un travail de contact est mené sur le terrain. L’objectif est d’attirer les meilleures candidatures. Dans cette opération, les notables dans les régions seront particulièrement ciblés. Habib El Malki reconnaît que la pratique politique nécessite une logistique de base et des moyens matériels. D’ailleurs, il rappelle «l’évolution paradoxale sur la scène politique où le volet personnel est plus décisif que le facteur partisan. Auparavant, l’appartenance politique était le capital», rappelle El Malki.

    Les leçons de l’Alternance… du PJD

    LE secrétaire général du PJD a tiré les leçons de l’expérience de l’Alternance. A l’époque, les cadres de l’USFP, entrés au gouvernement, avaient oublié leurs bases populaires. «Nous avons été pris dans un engrenage sans évaluer l’impact sur la vie interne du parti», regrette Habib El Malki. Abdelilah Benkirane a vu les pièges de la fonction. Alors, au lieu de se consacrer totalement à sa fonction de chef de gouvernement, il a scindé son temps en deux parties. Abdelilah Benkirane consacre la semaine à son travail à la Primature. Le week-end est consacré aux activités de son parti. De telle sorte, il ne perd pas pied dans son contrôle de l’appareil du PJD.

    M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc