×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Les touristes boudent la ville de Fès

    Par L'Economiste | Edition N°:4686 Le 14/01/2016 | Partager

    ■ Un manque réel d’animation
    La ville de Fès vit actuellement un véritable cauchemar. En effet, ses hôtels sont sinistrés, ses restaurants sont vides et ses commerçants particulièrement tristes. Des conditions qui constituent un réel frein au développement du tourisme de la ville, comme l’on peut le lire dans l’article sur le sujet paru dans votre numéro du 7 janvier dernier. Il faut dire que la ville n’a rien à vendre et manque réellement d’animation. Ses rues sont en effet tristes et mal éclairées. Seuls quelques lounge bars et restaurants accueillent tout au plus une poignée de touristes autour de groupes musicaux, et ce jusqu’à 23 heures! D’autre part, l’insécurité règne dans la région. Les touristes sont régulièrement harcelés par les rabatteurs et les mendiants. Les agressions, quant à elles, sont légion! Il faut absolument changer la donne!
    G.O.
    ■ Solution: Se rabattre sur les guides touristiques
    Afin que la ville de Fès attire à nouveau le touriste, il faut à mon sens valoriser le métier de guide touristique. Ce sont en effet les guides qui permettent de promouvoir le patrimoine naturel et culturel de la ville.  Ils influencent la perception que se fait le touriste de la destination. Les guides sont en effet en contact direct avec eux puis représentent la destination ainsi que son histoire. Il faut donc à tout prix les mettre en valeur et leur garantir les meilleures conditions de travail. A bon entendeur salut!
    F.P.

                                                                 

    ■ Fès : L’invasion des marchands ambulants
    Le sujet des marchands ambulants à Fès est devenu à la fois complexe, délicat et épineux. Au niveau de l’arrondissement de Saiss ou encore en médina,  ils gênent réellement la circulation et menacent la sécurité des piétons. Leur activité entraîne également la dégradation des routes… C’est simple! Ces petits commerçants ambulants sont désormais partout et défient les commerçants formels, n’hésitant pas à installer leurs étalages en face des boutiques, des maisons, des établissements scolaires et même des mosquées. Et lorsque les autorités leur ont demandé de libérer ces espaces, plusieurs d’entre eux sont allés jusqu’à menacer de s’immoler par le feu en signe de protestation. Il faut à tout prix réagir, et à l’échelle nationale puisque le problème concerne bon nombre de villes du Royaume. Je propose entre autres de réorganiser ce «secteur» voire même de réintroduire ces marchands dans le monde du travail formel.
    O.P.

    ■ Mendiants: Des fainéants astucieux!
    Casablanca, la future place financière, est devenue une cité où la mendicité fait recette! Il suffit de vous présenter à un carrefour ou un rond point avec un bébé à votre bras ou dans votre dos, et voilà au moins 400 DH par jour, assurés ! Faites le compte! Un feu rouge change de couleur chaque minute, soit 60 fois par heure, soit 480 fois par jour de huit heures. 1 DH par arrêt, je dis bien 1 DH par arrêt uniquement, et la journée est fructueuse! Alors pourquoi travailler à 70 DH par jour ou même à 100 DH? Les citoyens qui donnent de l’aumône à ces fainéants astucieux encouragent deux choses: la fabrication des enfants illégaux et le banditisme! Messieurs les responsables de la ville, prenez vos responsabilités!
    M.C.
    ■ Encore des inondations!
    Il a suffi que le ciel nous envoie quelques gouttes d’eau pour que nos routes s’inondent. Quelle honte. Chaque année, c’est le même scénario qui se répète. Les points noirs des inondations sont pourtant connus. Aucune mesure préventive n’est prise pour éviter tout désagrément aux usagers de la route. Quand nos responsables vont-ils enfin se réveiller!   
    A.K.

                                                                 

    ■ Ouverture imminente du parc de Palestine: Une bonne nouvelle!
    Le parc de Palestine, ex-parc de Belvédère actuellement en réhabilitation, sera bientôt ouvert comme nous l’apprend l’article sur le sujet paru le 12 janvier. Il conservera le patrimoine arboricole d’origine, auquel s’ajouteront des essences supplémentaires! Le parc comportera également des aménagements d’aires de jeux, des terrains de sport ainsi qu’un espace de pétanque. Je trouve qu’il s’agit d’une excellente nouvelle. En effet, Casablanca est une ville qui manque cruellement d’espaces verts. Aussi, j’encourage vivement la restauration, la réhabilitation et la création d’espaces naturels et de parcs au sein de cette ville.
    Y.P.

    La police trop brutale!

    La police marocaine réalise un travail formidable pour protéger la population et je lui dis bravo! Cependant les violences qu’ont subi les professeurs-stagiaires sont totalement inacceptables. Pire, elles sont dangereuses! Frapper des manifestants pacifiques représente une des pires erreurs que l’on peut faire si on souhaite maintenir l’ordre public.  Marche contre Amendis, marches des médecins, marche contre le chômage à Fès, marche des professeurs-stagiaires... Le problème devient récurrent et doit être réglé au plus vite!
    T.G.

                                                                 

    Acharnement médiatique

    Depuis plusieurs jours, sites électroniques et médias ne cessent de faire du matraquage autour du dossier des enseignants stagiaires. La question s’invite aussi en force dans les réseaux sociaux. Les partis de l’opposition en ont profité pour descendre le gouvernement, ce qui a donné à ce problème une ampleur disproportionnée.
    La répression un tantinet musclée des forces de l’ordre contre ces jeunes étudiants n’a pas arrangé les choses. Mais sait-on d’abord de quoi s’agit-il exactement, si ces étudiants sont dans le vrai ou dans le tort? Ces jeunes ont accepté toutes les conditions imposées par le ministère avant le concours de sélection, et après, en signant leur PV d’installation. Leur contrat avec l’Etat était clair. Mais dès qu’ils ont mis les pieds dans les centres de formation, ils ont décidé de faire du forcing pour renier leur engagement.
    Ce sont eux les fautifs dans cette histoire. Peu importe pour eux la réforme du système d’enseignement que le gouvernement est en train d’entamer, leur seul souci c’est d’obtenir un recrutement automatique dans la fonction publique, sans passer par un concours. Ils méritent peut-être notre sympathie après la répression dont ils ont été victimes, mais pas notre soutien.
    A.Z  

    ■ Football /Casablanca: Il est temps de délocaliser le stade d’honneur!
    J’en ai assez des matchs qui ont régulièrement lieu au stade d’honneur, avec en vedette des équipes phares telles que le Raja ou encore le Wac. Habitant juste à côté, je subis à chaque match des désagréments importants tels que des embouteillages, des nuisances sonores… Les hooligans sont incontrôlables et violents. Ils n’hésitent pas à agresser aussi bien les passants que les automobilistes. Ces désagréments sont si dérangeants que je suis obligé de fuir chez des amis ou chez des membres de ma famille le temps du match. J’en ai assez de fuir, de me cacher, de m’abriter voire même de prier et d’attendre que cela passe! Que font les autorités face à ce problème de taille?! Ils attendent qu’il y ait encore plus de policiers agressés? Il est temps que la wilaya de Casablanca délocalise ce stade une fois pour toutes hors de Casablanca afin que les citoyens habitant les nombreux quartiers environnants n’aient plus à subir tout cela. Ne nous laissons pas marcher dessus!
    H.P.
    ■ Bus électriques à Marrakech: Une excellente initiative
    Marrakech se met au vert et c’est tout simplement une excellente nouvelle! En effet, comme nous l’apprend l’article sur le sujet paru le 8 janvier dernier, de nouveaux bus urbains seront bientôt introduits dans la ville ocre. Leur particularité? Ces véhicules seront écologiques et électriques. Ils fonctionneront donc sans essence! Une première pour cette ville… Plus respectueux de l’environnement, ils coûteront néanmoins près de 40% plus cher qu’un bus «classique». Je pense personnellement que ce projet est réellement prometteur. Il est temps que le Royaume se soucie des problèmes environnementaux et adopte des mesures concrètes pour diminuer la pollution de l’air. Il faudrait davantage de programmes similaires pour le pays. C’est important pour l’image du Maroc et pour son propre niveau de développement, sans oublier que ses habitants seront bien évidemment gagnants. Agissons ensemble pour protéger l’environnement!
    D.A.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc