×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès trace ses priorités pour 2016

    Par L'Economiste | Edition N°:4680 Le 05/01/2016 | Partager
    Sécurité, développement socio-économique, promotion… les nouvelles batailles
    Un plan de développement régional, global et inclusif en cours d’élaboration

    Le défi sécuritaire est prioritaire pour les autorités de la ville de Fès. Ici, la voiture du wali de Fès-Meknès, Essaid Zniber, est contrôlée à l'entrée d'un centre commercial, samedi dernier, peu après 13h (Ph. YSA)

    Faire de Fès-Meknès un modèle économique d’une circonscription territoriale inclusive. Telle est l’ambition des autorités locales qui chapeautent les neuf provinces de la nouvelle région. En tête, Essaid Zniber, le nouveau wali, qui se penche actuellement sur la préparation d’un plan de développement régional en adéquation avec la déclinaison de la vision de la régionalisation avancée. Un plan global et intégré qui «se basera sur des projets réalistes et réalisables, avec l’appui et l’apport des différents partenaires (départements ministériels et conseils élus)».
    L’essentiel de cette démarche, c’est qu’elle donnera une vocation à chacune des provinces et surtout une visibilité pour les opérateurs privés. «L’élaboration de ce plan nécessiterait au moins six mois», souligne Zniber. En attendant, le responsable territorial multiplie ses réunions avec ses pairs dans la région. L’ex-secrétaire général au département de l’Habitat veut «ficeler tous ses dossiers». A titre d’exemple, il s’est déplacé la semaine dernière à Ifrane. La petite Suisse est dotée d’un programme de développement de l’ordre de 150 millions de DH. Lequel comprend différents secteurs, dont particulièrement la mise à niveau de la perle de l’Atlas. Celle-ci a déjà séduit l’émir du Qatar, Tamim Ben Hamad, qui y a construit un palais géant (3 ha) sur les hauteurs surplombant l’aéroport. D’autres investisseurs de son pays seraient intéressés par la réalisation d’une zone touristique à Ifrane sur une superficie de 300 ha.
    Pour Fès, la priorité du wali est aussi d’instaurer la sécurité et finaliser le chantier de la restauration de la médina. Pour le premier volet, Zniber confie à L'Economiste que «les autorités ont reçu des menaces sérieuses à la veille des festivités du Nouvel An, mais grâce à la vigilance et la mobilisation, tout s'est bien passé». Ceci étant, les services sécuritaires ne baissent pas la garde.
    Pour ce qui est de la réhabilitation des monuments historiques (MH), le chantier touche à sa fin. Menée à l’initiative du Souverain, l’opération vise à restaurer «à l’identique» 26 sites de grande charge historique, dont 21 sont déjà prêts. «Le reste sera finalisé dans les prochaines semaines», affirme-t-on. En attendant, la muraille de Jnane Dradar peut désormais accueillir ses touristes. Le monument a profité d’une véritable cure de jouvence pour une enveloppe de 6 millions de DH, dans le respect total de l’aspect architectural et technique. Il offre une vue imprenable sur les vestiges des Mérinides et l’ancienne médina. Et il pourrait bientôt accueillir un café, en location grâce à un partenariat avec la ville. L’idée est de créer une activité économique autour du site, afin d’assurer sa rentabilité et surtout le développement économique espéré par la vision globale du projet royal. L’autre priorité du wali est de fédérer les opérateurs de la région autour d’un développement économique harmonieux. En ce sens, l’instauration d’un capital confiance est de mise. Outre un plan d’actions approprié, Zniber insiste sur l’amélioration de l’image de la ville. Et surtout, «l’on doit cesser de dénigrer Fès». Car, si l’on veut attirer des investisseurs, il faut avoir une belle image d’une ville sécurisée et qui a beaucoup de potentiel. Il en est de même pour le développement du tourisme. D’où enfin un appel à la mobilisation, la concertation et la promotion tous azimuts.

    Concertation

    Les services de la wilaya travaillent de concert avec les responsables élus de Fès et de sa région. Car, ils ont des prérogatives sociales, économiques et sécuritaires. Pour ce dernier volet, la résolution des problèmes socio-économiques fait partie des solutions de la stabilité, et la génération de la quiétude. Et Fès- Meknès en a bien besoin. La région a aussi besoin de projets structurants et de plateformes économiques pour résorber le chômage et lutter contre la criminalité et l’extrémisme. Pour Fès, le développement de la ville passera par l’activation de nombre de projets. En tête, figure la réouverture du complexe textile de Fès (Cotef), ancien fleuron de l’industrie. Il en est de même pour la validation de la construction de 3 hôtels à oued Fès. L’autre projet prioritaire est celui de la plateforme industrielle intégrée (P2I) de Fès Ras El Ma. «Un projet d’une grande importance pour la région qu’il faut réactiver», estiment les opérateurs. Ces derniers seront tous invités à la présentation du bilan d’activité du CRI, le 15 janvier. Une rencontre qui se tiendra en présence du nouveau wali.

    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc