×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    L’Oréal-Unesco prime l’excellence scientifique

    Par L'Economiste | Edition N°:4665 Le 10/12/2015 | Partager
    5 bourses seront remises à de jeunes scientifiques maghrébines
    Une représentation des femmes encore très faible dans le domaine

    Rajaâ Cherkaoui El Moursli est lauréate 2015 du prix L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science et également jury cette année pour le programme des bourses régionales. Elle est un bel exemple d’encouragement pour les jeunes filles qui aimeraient poursuivre une carrière scientifique. Elle a été primée en contribuant à prouver l’existence du boson de Higgs (Ph.  L’Oréal-Unesco)

    Au-delà de sa dimension philanthropique  autour de la beauté, mieux connue du public, la Fondation L’Oréal s’engage également dans le domaine scientifique depuis maintenant 17 ans. C’est dans ce cadre que L’Oréal-Unesco octroiera des bourses à 5 jeunes filles du Maghreb, mardi 15 décembre.
    La Fondation L’Oréal-Unesco pour les femmes scientifiques a pour ambition d’encourager la science dès le plus jeune âge. D’ailleurs, dans certains pays, cet engagement est initié dès le collège afin d’essayer de susciter des vocations. En effet, le domaine scientifique n’est pas forcément évident à intégrer pour les femmes et ce, à travers le monde, étant encore un milieu dominé par la gent masculine pour de multiples raisons.  Selon l’institut des statistiques de l’Unesco, seuls 30% des chercheurs à travers le monde sont des femmes. Et seuls 3% des prix Nobel sont des femmes. Parmi elles, 2 ont reçu le prix L’Oréal-Unesco pour les femmes scientifiques.  
    Bien que les effectifs se féminisent de plus en plus dans l’enseignement supérieur au Maroc, le choix d’une branche scientifique pour les étudiantes demeure dans des doses homéopathiques. Pour pallier ce phénomène, la Fondation L’Oréal-Unesco encourage les jeunes filles en leur offrant des bourses ou encore des prix. Il est important d’instaurer la confiance chez ces jeunes filles dès leur plus jeune âge en leur ouvrant les yeux sur leur potentiel tout en leur démontrant que le domaine de la recherche scientifique (très vaste) n’est pas exclusif aux hommes.  Le programme de la Fondation s’articule autour de 3 niveaux. Tout d’abord il y a le prix L’Oréal-Unesco, remis à 5 lauréates dans le monde (une par continent). Il s’agit de scientifiques qui ont déjà une carrière importante et qui ont abouti à une découverte scientifique majeure. Parmi les lauréates de l’année dernière, la chercheuse marocaine au parcours hors pair, Rajaâ Cherkaoui El Moursli qui a contribué à démontrer l’existence du boson de Higgs. Le prix remis par la Fondation L’Oréal-Unesco constitue une aide qui contribue à la carrière scientifique de ces femmes.  Depuis 1998, le programme pour les femmes et la science a récompensé 2.250 femmes scientifiques dans 110 pays.
    Le deuxième niveau est celui des bourses internationales. Il s’agit de jeunes femmes doctorantes dont il vise à faire aboutir la recherche. Quant au Maroc, de 2007 à 2013, les bourses de 50.000 DH étaient marocaines. Depuis l’année dernière, le programme s’est développé au Maghreb et offre 10.000 euros. Ces boursières régionales peuvent également envoyer leur dossier à Paris pour obtenir une bourse internationale dans le cadre du programme  «International Rising Talents».
    Comme l’a précisé Loubna Aziz, directrice RH et communication corporate chez L’Oréal Maroc, «le monde a besoin de sciences, et la science a besoin des femmes».
    Aïda BOUAZZA
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc