×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Adaptation aux changements climatiques
La recette du Souss

Par L'Economiste | Edition N°:4572 Le 21/07/2015 | Partager
Gros pari sur l’écotourisme, valorisation de la biodiversité, aquacultures…
Deux microprojets pilotes en cours de réalisation

TOUT d’abord un constat. Le potentiel économique des services écosystémiques n’est jusqu’à présent que faiblement mis en valeur au Maroc. C’est le cas des produits naturels, des ressources génétiques, de la recréation, de la purification et régulation de l’eau. De plus, de nombreux services écosystémiques sont surexploités ou dégradés et leurs usages potentiels sont de plus en plus compromis par les effets du changement climatique. Face à cette problématique, le Programme Adaptation aux changements climatiques, valorisation de la biodiversité et Protocole de Nagoya (ACCN) a été mis en place. II est mené par la Direction Régionale des Eaux et Forêts et de la Lutte Contre la Désertification Sud-Ouest et la GIZ. Le Souss Massa Draâ étant, au niveau national, l’une des deux régions pilotes à bénéficier de ce programme.
Dans le détail, deux micro-projets sont en cours de réalisation et ils seront achevés avant la fin 2015. Le premier concerne le développement et structuration d’un tourisme durable au site Ramsar de Massa, dans un contexte d’adaptation aux changements climatiques. L’enveloppe budgétaire allouée à ce projet porté par l’association El Oued, est de 450.000 DH. Vingt guides touristiques locaux ont ainsi déjà bénéficié de plusieurs sessions de renforcement des capacités sur les thèmes de l’écotourisme. Notamment, birdwatching, accueil des éco touristes… Et de même, construction et aménagement d’un site d’accueil touristique, achat de matériel d’habillement et d’accompagnement des touristes. Quant à lui, le second micro-projet est relatif à l’atténuation de l’impact des changements climatiques sur les ressources naturelles. Moyennant la combinaison d’une gestion durable des gisements naturels avec le développement d’une filière d’élevage in-situ. Il est porté par la coopérative Douira et est financé à hauteur de 550.000 DH. Ce micro-projet s’intéresse à la réalisation d’un plan de renforcement de capacités au profit des femmes de la coopérative Douira, ainsi qu’à la réalisation d’une étude sur les nouveaux procédés de production des moules in-situ. Et aussi, à l’aménagement de trois sites pilotes de productions des moules localement. Il faut noter que la coopérative Douira avait déjà bénéficié d’un appui dans le cadre d’une convention entre le Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification et le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime.

Contexte

POUR rappel, le programme Adaptation aux changements climatiques, valorisation de la biodiversité et Protocole de Nagoya s’inscrit dans le cadre de la coopération entre le Maroc et la République Fédérale d’Allemagne. Il s’agit d’un effort commun de renforcement institutionnel et d’appui à la stratégie nationale d’Adaptation aux Changements climatiques et la valorisation de la biodiversité et des services éco systémiques. A terme, il s’agit de développer sous forme pilote, des instruments et dispositifs institutionnels pour la valorisation intégrée et durable de la biodiversité biologique et pour la gestion des risques climatiques.

De notre correspondante, Fatiha NAKHLI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc