×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Droits de l’homme et libertés

    Par L'Economiste | Edition N°:4565 Le 09/07/2015 | Partager

    ■ Remerciements
    Bonjour, je voulais juste vous remercier et vous saluer pour le choix du titre et de l’emplacement de l’article sur le procès des jupes. On peut compter sur L’Economiste.
    I.M. Rabat.

    ■ Caricatures: Résistez!
    Nous avons appris que des promoteurs immobiliers ont critiqué une caricature de L’Economiste. Ecrivez leurs noms!  Les citoyens ont le droit de savoir! Nous disons que c’est un scandale car ces promoteurs ne font qu’essayer de vous intimider pour que vous ne parliez pas des problèmes qu’ils causent aux citoyens de ce pays. Résistez à leurs insultes. Prenez exemple sur Sa Majesté qui a pris la défense des citoyens dans l’affaire Badis de la CGI. Aujourd’hui, ils sont où ceux qui ont voulu voler le peuple en leur vendant des appartements mal faits? C’est la justice.
    Omar Ait H.  Au nom d’un groupe d’acheteurs volés à Marrakech
    ■  Merci L’Economiste!
    Quand L’Economiste met sur sa première page, un sujet de société, on peut être sûr qu’il a bien réfléchi et que c’est grave. Comme pour l’affaire des jupes. Merci de votre morale, de vos choix et de votre courage, vous êtes soucieux de préserver et d’agrandir les libertés des citoyens marocains...
    D. Yz Tanger
    ■ Une attitude archaïque
    Je suis réellement choqué et outré par le comportement des dizaines d’habitants de la ville de Fès qui ont presque battu à mort un travesti il y a de cela quelques jours. Sur la vidéo publiée sur le Net, l’on peut voir que l’homme en question a payé cher et a reçu des dizaines de coups à la tête et partout sur le corps. C’est absolument inadmissible. Une foule n’a pas le droit de lyncher et de battre à mort un Marocain pour sa différence. Par ailleurs, son orientation sexuelle ne regarde que lui. Ces personnes-là qui se disent musulmanes ont tort. Juger et punir, c’est la mission du tout puissant et non des êtres humains.
    G.D.
    ■ Il ne faut pas jouer avec le feu
    Il est vrai que l’affaire du travesti qui a été presque battu à mort à Fès a de quoi choquer. Mais, honnêtement, je pense que cet homme a provoqué les habitants de la ville de par sa démarche et son accoutrement, dévoilant au grand jour son homosexualité en plein ramadan. Il a tout bonnement joué avec le feu et savait quelque part à quoi il s’exposait en agissant de la sorte. Bien entendu, il n’y a pas que lui qu’il faut blâmer pour autant. Cette foule d’habitants n’avait pas à le battre et à appliquer sa «loi de la jungle».
    H.A.
    ■  La justice s’en mêle: Une bonne nouvelle!
    J’ai été agréablement surpris par la décision prise par le ministère de la Justice et des Libertés suite au lynchage du travesti à Fès. Les personnes impliquées et responsables de ce «massacre» seront en effet poursuivies et encourront de lourdes peines. Ce genre d’attitudes doit en effet être sévèrement sanctionné par la loi. Il faut absolument remettre les pendules à l’heure au Maroc. Cela fait deux affaires du même genre en moins d’un mois, avec l’affaire des jupes d’Inezgane! L’Etat doit absolument reprendre le contrôle face à ces dangereuses dérives!
    Y.I.

    ■ Incompétence et couardise

    J’ai lu dans un journal que le procureur du Roi dans le procès des jupes avait accusé la police d’avoir produit un mauvais rapport. J’ai entendu sur Radio Atlantic un expert, M. Kerdoudi, affirmer qu’il fallait sanctionner ce procureur. Nous sommes tout à fait d’accord. Il mérite même deux sanctions, une pour avoir renoncé à jouer son rôle de vérifier le rapport de police et une autre pour avoir essayé de faire porter la responsabilité aux policiers. Donc une sanction pour incompétence, une autre pour couardise. La sanction doit être exemplaire, car l’ensemble de la justice et de la police doivent savoir que les temps ont changé. Ils ne sont plus les tout puissants de leur quartier, qui peuvent faire ce qui leur plaît à n’importe qui, parce qu’il n’y a pas de défense possible contre leur abus. Partout l’œil des citoyens veille et surveille.

    Najat B. Agadir

    ■ Première rame du TGV: Pas une bonne nouvelle!
    J’ai récemment appris que la première rame du futur TGV marocain avait déjà été livrée et que celui-ci devrait être opérationnel dès 2017. Une bonne nouvelle? Pas à mon sens. En effet, au lieu de dépenser des sommes folles dans ce projet, il aurait été préférable d’améliorer l’état des routes et les infrastructures routières au Maroc qui sont loin d’être satisfaisantes. Quant aux trains, ce n’est pas mieux. Ceux-ci auraient bien besoin d’être rénovés, réparés et améliorés. Au lieu de chercher à acquérir de nouveaux moyens de transport sophistiqués et neufs, il faudrait plutôt chercher à revoir ceux que nous avons déjà.
    Y.O.

    ■ Hausse de la qualité des eaux de baignade: Une bonne nouvelle!
    Les eaux de baignade seraient plus propres d’après l’article paru dans l’Economiste du 18 juin dernier. D’après ce dernier, les résultats de la surveillance de la qualité des eaux de baignade dans les plages ont montré une légère amélioration du taux des stations conformes aux critères hygiéniques de baignade, passant de 97% à 97,39%. Une évolution qui résulte avant tout des efforts menés à travers différents programmes, rattachés à l’assainissement liquide ou encore à la gestion des décharges. De nombreux efforts restent à faire, aussi bien de la part du gouvernement que de celle des citoyens, pour rendre les eaux de baignade plus propres et en améliorer sensiblement la qualité. Un indicateur qu’il ne faut pas prendre à la légère et sur lequel repose le succès de la saison estivale.
    K.I.

    Islam: Le risque de la radicalisation

    ■ L’Internet comme solution
    La radicalisation  pourrait bel et bien se répandre au Maroc dans les mois ou années à venir ! En effet, près de 3.000 Marocains ont déjà rejoint les rangs de Daesh, qui véhicule un Islam des plus violents et a profité de l’ignorance et de l’égo des citoyens du pays. Les jeunes sont manipulés par le web, instrument principal de la désinformation religieuse. Pour changer la donne, je propose d’utiliser ce même outil à des fins contraires. Il faut désormais enseigner le véritable Islam à la jeune génération afin de la protéger de la mauvaise interprétation des textes.
    F.E.
    ■ L’espace public doit être régi par les institutions
    La tournure que prennent les polémiques actuelles vire au grand n’importe quoi! Le peuple ne doit pas lui-même agir par son propre chef au risque de tomber dans une anarchie totale! Nous vivons en effet dans une société de droit où il y a une législation, des institutions et des responsables aussi bien au niveau religieux qu’au niveau militaire. C’est à ces organes d’agir et à eux uniquement! Au sein de l’espace public, il est nécessaire qu’il y ait un respect mutuel et une tolérance, qui représentent le socle de base de la citoyenneté!
    Y.A.
    ■ La Grèce tunisienne
    Je me demande si la Grèce n’est pas en train de jouer le même rôle qu’a joué la Tunisie dans le printemps arabe: deux pays méditerranéens de «petite taille» par rapport à leurs voisins mais qui ont tous deux déclenché deux phénomènes qu’on pourrait qualifier de «surprise stratégique». D’un côté, le «non» grec aura sans doute de l’effet sur l’avenir du pays dans un premier temps, puis sur celui des voisins qui ont imposé l’austérité à leurs populations (l’Espagne par exemple). De l’autre, les conséquences du soulèvement grec seraient aussi dramatiques sur la zone euro que celles du printemps arabe sur la région Mena. Deux événements qui, pour moi, s’inscriront dans l’histoire pour quatre raisons: la taille de chaque pays, leur originalité, la surprise stratégique et enfin leurs incidences directes et indirectes négatives au moins à court et moyen terme sur l’économie mondiale. J’ai peur que l’irréversibilité du processus de l’unification monétaire européenne, qu’on présentait comme un atout des unions monétaires par rapport aux autres régimes monétaires, serait remise en cause. Les Européens sont dans une situation très difficile entre le marteau et l’enclume… Soit  ils acceptent la décision de la Grèce et revoient les conditions de l’accord, et dans ce cas les Allemands auront du mal dans le futur à imposer une discipline budgétaire aux autres membres de la zone euro surtout les nouveaux entrants. Soit ils refusent et par conséquent, ils doivent se préparer à une période d’instabilité de l’euro, rajoutée aux subprimes. Je vous laisse imaginer la suite du scénario. Dans les deux cas, le «non» grec devrait pousser ces pays à revoir les critères de convergence inscrites dans le pacte de stabilité et de croissance.
    Pr JEDLANE Nabil

    ■ Prévision de croissance
    Voici un point de vue différent concernant les prévisions de croissance de l’économie marocaine du CMC pour l’année 2016. En effet, je ne suis pas d’accord sur ces prévisions de 2,8% en 2016 après 5,2% en 2015, alors que valeur aujourd’hui personne ne peut prévoir l’importance de la prochaine campagne agricole au Maroc. D’autre part, les taux de croissance prévus par le FMI de 3,8% pour l’économie mondiale et 1,5% pour la zone euro laissent présager que la demande externe adressée au Maroc sera la même en 2016 ou en légère augmentation. Enfin, rien ne laisse prévoir pour le moment une augmentation importante du prix du pétrole pour 2016. Aussi, je suis confiant que la croissance de l’économie marocaine en 2016 sera supérieure à 2,8%.
    Jaouad KERDOUDI

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc