×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Chronique

L’Arabie saoudite redessine ses alliances stratégiques

Par L'Economiste | Edition N°:4558 Le 30/06/2015 | Partager

L'accélération fut presque aussi brusque qu'inattendue.

Spécialiste du monde arabe, Mustapha Tossa, journaliste franco-marocain, est diplômé de l’Institut supérieur de journalisme à Rabat promotion 1986 et du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes de Paris. Il participe en 1988 au lancement du service arabe de Radio France internationale. En 1990, il présente l’émission Rencontres destinée aux communautés d’origine étrangère sur France 3, avant d’effectuer des reportages et de réaliser des documentaires dans le cadre de la série «Racines» diffusée sur la même chaîne. Chroniqueur pour Atlantic Radio et L’Economiste, il intervient régulièrement sur les chaînes de télévision françaises et satellitaires arabes pour commenter l’actualité internationale.

La mort du Roi Abdallah et l'arrivée de celle de Salman fut un tournant aigu dans les choix stratégiques et diplomatiques du Royaume. La famille régnante s'est recomposée et le pouvoir a été redistribué à travers une subtilité toute orientale, difficile pour l'observateur étranger à décoder. Tant elle renvoie à des lignages compliqués et des positions de forces politiques et économiques obscures.
Les choix diplomatiques du Royaume ont été visibles et concrets. L'opération militaire menée à la tête d'une coalition pour mater la rébellion chiite au Yémen a parfaitement illustré le tournant. Cette guerre que les Saoudiens ont mené aux Iraniens sur le territoire yéménite a eu une conséquence immédiate sur les conflits à l'intérieur même de la famille sunnite.
De la relation de compétition ouverte et des antagonismes larvés entre l'Arabie et le Qatar, la guerre du Yémen et l'arrivée du roi Salman a rapproché les deux puissances. Leur intérêt vital à tenter de mettre fin à l'expansion iranienne dans la région les a inévitablement rapprochés. Un grand point de friction demeure même si au fil des mois il a perdu de son intensité, c'est la relation avec l'Egypte d'Abdelfattah Sissi. Le Qatar n'a toujours pas avalé la démarche putschiste de l'armée égyptienne qui a envoyé le président  démocratiquement élu Mohammed Morsi en prison et criminalisé le mouvement des Frères musulmans. Démarche que l'Arabie saoudite du roi Abdallah avait inspirée, protégée et financièrement parrainée. Sur la crise syrienne, si les deux  pays font le constat identique de la nécessité de faire chuter le régime de Bachar El Assad, ils y vont par des voies différentes et parient sur des groupes radicaux aux agendas souvent croisés.
La relation entre l'Arabie saoudite et son allié le plus stratégique et le plus intime, les Etats-Unis d'Amérique, est en train de vivre une séquence troublée. Riyad ne semble pas avoir pardonné au président américain Barack Obama sa précipitation à vouloir absolument conclure un compromis politique sur le nucléaire iranien. Le constat saoudien est le suivant: non seulement ce compromis va faire de l'Iran à terme une puissance nucléaire, ce qui signifie en termes stratégiques lui garantir une suprématie militaire dissuasive, mais la levée de sanctions internationales sur l'Iran prévue dès la signature de cet accord à la fin du mois de juin  va donner au régime iranien d'immenses moyens financiers. Et donc militaires pour continuer à nourrir sa capacité de nuisance et conforter son expansion dans la région.

 

Cette difficile relation avec Washington sembla être aussi à l'origine d'une stratégie saoudienne de diversifier les alliances et de multiplier les soutiens internationaux. C'est ce qui explique cette soudaine ouverture sur la Russie de Vladimir Poutine et cette brusque envie de faire des affaires avec Moscou. C'est ce qui explique surtout ce rapprochement avec la France à laquelle le vice-prince héritier, ministre de la Défense Mohamed Ben Salman vient de rendre une importante visite couronnée par la signature du gigantesque contrat dans le domaine militaire, nucléaire ou des transports.
Dans toutes ses démarches internationales, Riyad semble obsédée par cette volonté d'adresser des messages d'amertume et de déception à l'adresse de Barack Obama. Moscou comme Paris sont pour eux des caisses de résonances à leurs frustrations de voir leur grand allié américain obnubilé par le compromis sur le nucléaire iranien au risque de faire pencher la balance stratégie au profit de leur concurrent historique iranien. Sans oublier que dans sa volonté de faire passer la pullule iranienne, Barack Obama, par imprudence ou par calcul, a tenu à adresser un message d'une grande clarté aux pays du Golfe en assurant qu'ils sont plus menacés par leurs oppositions internes et leurs contestations domestiques, déçues de leur gouvernance, que d'un hypothétique danger iranien. Ce qui avait eu le don de rajouter de la colère froide à une glaciale amertume.

 

WikiLeaks et le corbeau saoudien

«Le Royaume d’Arabie saoudite est actuellement l’objet d’une verticale entreprise de déstabilisation». C’est en tout cas la profonde conviction d’une grande partie des responsables saoudiens. Ils en veulent pour preuve les dizaines de milliers de câbles diplomatiques publiés sur le site de WikiLeaks. Ils sont le fruit d’une grande opération de piratage des ordinateurs du ministère des Affaires étrangères et quelques services  de renseignement. Les documents publiés décrivent la manière avec laquelle les Saoudiens gèrent les réseaux de relations à l’étranger, leurs tentatives d’influencer les médias et d’acheter des allégeances. Un travail de lobbying, tout ce qu’il y a de normal n’était-ce la puissance financière du royaume qui lui donne de vertigineuses propositions.
Le royaume est aussi l’objet d’attaques d’un corbeau saoudien sur Twitter et qui se cache sous l’identité @mujtahidd. Ce compte Twitter, que certains assurent être une source proche de la famille régnante, affole la toile avec ses tweets en arabe souvent considérés par les spécialistes de l’Arabie comme bien informés @mujtahidd qui dispose de presque deux millions d’abonnés, «balance» sur la famille royale, sur le gouvernement, sur les antagonismes au sein du nouveau pouvoir. Il s’avère une précieuse source qui mélange entre l’information politique précise et la saillie déstabilisatrice. Aidé par l’anonymat des réseaux sociaux, ce corbeau saoudien joue sur les nerfs de la nouvelle direction et lui impose un agenda d’une nouvelle nature.
 

  
 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc