×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Casa-Tramway
    Nouveau centre de maintenance à Sidi Othmane

    Par L'Economiste | Edition N°:4499 Le 07/04/2015 | Partager
    La ville cède un terrain de 6,3 hectares pour le site
    Il servira pour les futures lignes 3 et 5
    La recherche de foncier se poursuit pour un 3e centre

    Le centre de maintenance actuel (Sidi Moumen) n’a été dimensionné que pour accueillir 49 rames, soit les besoins actuels de la 1re ligne (37 rames) et ceux de la 2e ligne desservant Hay Mohammadi

    LE projet d’un nouveau centre de maintenance pour le tramway prend forme à Casablanca. Les élus de la ville viennent d’approuver, lors de la session du 26 mars, la décision de céder un lot de terrain qui devrait accueillir le futur centre de maintenance du tramway. D’une superficie de 6,3 hectares, le terrain cédé est situé à la zone d’activité économique «El Hantate» sise à Sidi Othmane. Ce nouveau site sera dédié à la maintenance des rames pour les nouvelles lignes de tram: L3 (reliant avenue 10 mars à Ouled Ziane) et L5 (Driss El Harti-Mohammed VI).
    En effet, le centre de maintenance actuel (Sidi Moumen) n’a été dimensionné que pour accueillir 49 rames, soit les besoins actuels de la 1re ligne (37 rames) et ceux de la 2e ligne desservant Hay Mohammedi (dont la fourche desservant Aïn Diab).
    Pour les lignes L3 et L5, le terrain «El Hantate» reste la seule option pour abriter un centre de maintenance. Outre sa situation à l’extrémité des deux lignes, ce dernier est assez large pour abriter un seul centre pour les deux lignes et donc mutualiser les divers équipements. Sans oublier qu’il présente l’avantage d’un bien communal ce qui devra faciliter les procédures de sa mise à disposition. Le terrain en question servira également à la desserte du pôle Lahraouiyine qui se situe normalement dans la continuité de l’axe Ouled Ziane-10 Mars.
    Il faut dire que la recherche d’un terrain pour abriter ce centre de maintenance n’a pas été de tout repos. Déjà pour la ligne du métro aérien (une option abandonnée entre-temps), divers emplacements ont été examinés sans succès, dont  le terrain communément appelé «Afriquia», le site de l’ancienne décharge de Casablanca (sur le bd Okba), des terrains abritant des jardins publics sur bd Driss El Harti (à proximité du marché de gros)… Mais chacun des terrains envisagés présentait un problème spécifique. Celui d’Afriquia est en effet destiné à accueillir un projet de zone d’activité. Alors que l’ancienne décharge présentait l’inconvénient d’un coût énorme pour son aménagement (il fallait descendre jusqu’à 20 m pour trouver le bon sol et enlever des tonnes de déchets amoncelés).
    Aujourd’hui, la recherche se poursuit afin de trouver un terrain permettant d’abriter un 3e centre de maintenance pour les lignes desservant le sud de Casablanca (L4 et Errahma).
    Les lignes additionnelles de tramway sont actuellement à l’étude. Une décision prise suite à l’abandon de l’option du métro aérien, jugée onéreuse (9 milliards de DH). Depuis il a été décidé de le remplacer par 5 nouvelles lignes, en mode tram ou combiné avec des bus à haut niveau de service (BHNS). La réalisation de ce maillage de la ville en réseau de transport en site propre (80 km en tout) est prévue d’ici 2022. Des  études d’avant-projet sommaire (APS) sont menées actuellement pour décider de l’emplacement des lignes de tram et des BHSN en fonction des populations desservies.

    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc